Mercedes-Benz SL - Vedette de cinéma

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

L'industrie automobile est l'une des branches les plus importantes du capitalisme. Pour que la planche à billets tourne à l'infini, il est de mise que les constructeurs automobiles ne cessent de remodeler leurs véhicules afin d'attirer de nouveaux acheteurs et d’engranger des profits.

Un renouvellement de modèle se fait maintenant tous les trois, quatre ou cinq ans. Mais, pas tous... Certains, dits « classiques », résistent aux plans triennaux et quinquennaux des constructeurs. Parmi eux, on retrouve des légendes comme la Porsche 911, la Chevrolet Corvette et la Mercedes-Benz SL.

Depuis sa création en 1954, seulement six générations de Mercedes-Benz SL se sont succédé. Le millésime le plus marquant a été le modèle original (1954-1963), mais connu sous le nom 300SL, lequel est considéré comme l'une des plus belles voitures de l'histoire sinon la plus belle. Quant à la deuxième génération de SL (1963-1971) qui a été dessinée par le designer français Paul Bracq – la première avait été l’œuvre de l'allemand Friedrich Geiger –, elle tient souvent la vedette dans les films d'Hollywood.

Pour le reste, les générations subséquentes se sont enchaînées en prenant toujours soin de se moderniser au besoin. Cela dit, le principal fait d'armes de cette évolution a été l'introduction du toit rigide escamotable Vario-Roof en 2001, la SL pouvant désormais remplir les deux rôles à la fois. On se rappellera que cette fabuleuse ingénierie avait été mise au point la première fois pour sa petite soeur SLK en 1996.

La prochaine génération...

Tout semble indiquer que la prochaine génération de SL, dont le dévoilement est prévu en 2021 (ou 2022), abandonnera son toit rigide rétractable pour une capote en toile afin de réduire son poids. Par la même occasion, les ingénieurs auront plus de latitude à concevoir une silhouette toute en beauté et à améliorer la sportivité de la SL qui, avouons-le, n'a pas l'agilité d'une Porsche 911 ni celle d'une Chevrolet Corvette pour enchaîner les virages.

Cette septième génération sera assemblée sur la plate-forme MSA (Modular Sports Architecture) qu'elle partagera avec la future et deuxième génération de la Mercedes-AMG GT. En plus de partager leur châssis en aluminium, les deux splendeurs devraient avoir en commun quelques pièces mécaniques, dont les suspensions, la direction et le système d'hybridation légère EQ Boost des moteurs. Si le V8 restera l'apanage de l'AMG GT, la future SL ouvrira son capot à un six cylindres turbo de 3,0 litres dont la puissance avoisinera 370 chevaux. Quant au V8, il restera bien entendu au menu de la SL alors que le V12 prendra définitivement le chemin des oubliettes. L'arrivée de la plate-forme MSA et d'un toit souple permettra à la carrosserie de la future SL d'adopter des proportions plus raisonnables en accord avec l'idée exacte que l'on se fait d'un roadster classique.

Revenons à nos moutons

En examinant de plus près la SL actuelle, il est difficile de critiquer le confort de ce carrosse royal qui mesure presque 4,7 mètres de long. L'habitacle de ce cabriolet biplace est sans contredit l'un des plus vastes de la catégorie. Dans un premier temps, il est aisé de prendre place dans l'habitacle grâce aux larges portières. Qui plus est, les nombreux ajustements des sièges électriques permettent aux personnes de 6 pieds et plus d'abaisser l'assise pour se mettre à l'abri du vent ou pour ne pas avoir le cuir chevelu qui frotte au plafond lorsque le toit est relevé.

Cela dit, les sièges ne font pas que se mouler au corps. Une fonction « massage » aide à prévenir la fatigue des longs trajets, tandis que des coussins latéraux actifs permettent d'accroître le soutien et de rester bien en place dans les virages. Pour prolonger le plaisir de rouler à ciel ouvert lors des journées froides, un système de chauffage situé sous chaque appui-tête agit comme une écharpe virtuelle pour diminuer les risques de torticolis ou de rhume!

Sous le long capot, on retrouve un V6 biturbo de 3,0 litres dans la SL 450 alors que la SL 550 a droit à un V8 biturbo de 4,7 litres. Le premier développe 362 chevaux, le second en produit 449. Si vous jugez que les accélérations de ces deux engins ne sont pas assez rapides pour vous décoiffer, les 577 chevaux du V8 biturbo de 5,5 litres de l'AMG SL 63 précipiteront votre calvitie! Quant au V12 de 6,0 litres et 621 chevaux de la défunte AMG SL 65, il a été supprimé l'an dernier. Le V8 de l'AMG SL 63 est arrimé à une boîte automatique à sept rapports tandis qu'une boîte automatique à neuf rapports dessert les deux autres moteurs. Dans tous les cas, il s'agit d'une propulsion. Il est presque assuré que la future SL proposera un rouage intégral.

Feu vert

  • Moteurs performants
  • Confort princier
  • Tenue de route sûre
  • Consommation raisonnable (V6)

Feu rouge

  • Coût des options
  • Volume du coffre
  • Prix exagéré (V8)
  • Génération en fin de carrière

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires