Ferrari GTC4Lusso - La Ferrari atypique

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

Quand on évoque la marque Ferrari, on pense immédiatement à des autos sport à deux places au potentiel de performance délirant, mais Ferrari produit aussi des modèles à quatre places depuis très longtemps, et s’apprête même à lancer un VUS, l’arrivée du Purosangue étant programmée pour 2022. D’ici là, c’est la GTC4 Lusso à moteur V12 atmosphérique, et sa variante T à moteur V8 turbocompressé, qui se présente comme la plus pratique et polyvalente des Ferrari.

Le nom GTC4 Lusso se décode comme suit. Les lettres GTC évoquent la célèbre Ferrari 330 GTC V12 2+2 produite entre 1964 et 1967, le chiffre 4 indique que la voiture est une quatre places, Lusso signifie « luxe » en italien, alors que l’ajout de la lettre T désigne la variante à moteur V8 turbocompressé. Frappante, la GTC4 Lusso l’est assurément avec sa configuration bicorps, son très long capot avant, ainsi que son empattement de près de trois mètres. Les ouïes latérales à trois lamelles sur ses flancs, les ailes galbées et les échappements encadrant le diffuseur arrière sont autant d’éléments qui rappellent la performance de cette voiture de Grand Tourisme à configuration 2+2.

Atmo ou turbo

Le moteur de la GTC4 Lusso est un fabuleux V12 atmosphérique de 6,3 litres développant 680 chevaux et un couple de 515 livres-pied, lequel est jumelé à une boîte robotisée F1 à sept rapports et à un rouage intégral qui n’agit cependant que sur les quatre premiers rapports. Appelé 4RM EVO, ce rouage intégral adopte une configuration particulière, le vilebrequin du moteur V12 entraînant une seconde boîte de vitesses, appelée Power Transfer Unit, qui livre le couple aux roues avant en cas de perte de motricité du train arrière. Avec un chrono de 3,4 secondes pour le 0-100 km/h et une vitesse maximale de 355 km/h, la GTC4 Lusso impressionne, mais sa consommation est conséquente...

La variante T troque le V12 atmosphérique contre un V8 turbocompressé qui n’entraîne que les seules roues arrière par l’entremise de la même boîte de vitesses. Le V8 concède une vingtaine de chevaux au V12, mais son couple supérieur ainsi qu’un poids réduit permettent à cette variante de grappiller un petit dixième de seconde lors du sprint jusqu’à 100 km/h tout en diminuant, quoique très légèrement, la consommation de carburant. La sonorité du V8 suralimenté est évocatrice, mais souffre de la comparaison directe avec le V12 atmosphérique capable d’envolées plus lyriques.

Peu importe la motorisation, toutes les GTC4 Lusso sont équipées de roues arrière directrices qui tournent jusqu’à 2,15 degrés dans le sens contraire aux roues avant lorsque la voiture roule à basse vitesse, ce qui a pour effet de la rendre plus agile malgré son empattement . Aux vitesses élevées, les roues arrière directrices sont en phase avec les roues avant pour rendre la voiture plus stable dans les virages à long rayon ou encore lors de transitions latérales rapides. Ce dispositif est contrôlé électroniquement, tout comme le différentiel E-Diff, ainsi que l’amortissement piloté, tous paramétrables via le célèbre manettino localisé sur le volant, lequel permet de sélectionner cinq modes de conduite : Neige, Pluie, Confort, Sport, ainsi que ESC off qui désactive le système de contrôle électronique de la stabilité.

Un habitacle à double cockpit

Outre le manettino, on retrouve plusieurs commandes sur le volant sport, dont les indicateurs de changements de voie qui prennent la forme de deux touches avec flèches, dans une disposition particulière à Ferrari, ainsi que le bouton de démarrage du moteur, entre autres. La GTC4 Lusso est dotée d’une interface multimédia avec écran central tactile de 10,25 pouces et il est aussi possible d’opter pour un deuxième écran plus longiligne qui surplombe la boîte à gants, histoire de mettre le passager avant au parfum de ce qui a cours avec affichage du régime moteur, du mode de conduite sélectionné, et de la chaîne audio, entre autres. L’habitacle est spacieux à l’avant, mais les passagers arrière doivent effectuer certaines contorsions avant de pouvoir s’installer dans deux baquets moulants légèrement surélevés.

Avec un prix de départ qui dépasse 300 000 $, la GTC4 Lusso est beaucoup plus chère qu’une Porsche Panamera Sport Turismo, mais sa diffusion plus limitée confère une certaine exclusivité à l’acheteur. Ferrari offre aussi l’entretien sans frais pendant sept ans, une garantie de trois ans avec kilométrage illimité, et la possibilité d’acheter une garantie prolongée couvrant la voiture pour les 17 années subséquentes.

Feu vert

  • Silhouette exceptionnelle
  • Performances très élevées
  • Rouage intégral (GTC4 Lusso)
  • Exclusivité assurée

Feu rouge

  • Prix élevé
  • Tarif des options
  • Consommation élevée
  • Délais de livraison

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires