Toyota 4Runner - On est en quelle année, déjà?

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

S'il existe des êtres humains qui refusent de vieillir, on retrouve la même propension dans le monde de l’automobile. Certains véhicules s’accrochent ardemment au passé par conviction, refusant de changer leur manière de faire en évoquant des motifs bien précis. C’est le cas avec le Toyota 4Runner qui, même en 2020, demeure pratiquement inchangé depuis sa légère mise à jour en 2014. En réalité, la génération actuelle de ce costaud VUS a été introduit en 2010!

Étant donné que le Toyota 4Runner figure dans un segment exclusif, celui des VUS intermédiaires à vocation hors route, on lui pardonne de ne pas être moderne. À vrai dire, ce Toyota représente la définition même du concept « véhicule utilitaire sport. »

Conçu pour rivaliser avec des véhicules comme le Jeep Wrangler, le nouveau Ford Bronco, et même le Jeep Grand Cherokee, le 4Runner reste avant tout un camion fiable et robuste, pour lequel il est facile de trouver une panoplie de pièces de rechange s’il y a un entretien à faire, chose qui ne risque pas d’arriver très souvent d’ailleurs.

Et n’oublions surtout pas sa valeur de revente incontournable. Bien que dispendieux à l’achat, le Toyota 4Runner constitue presque un investissement tellement il se revend cher sur le marché d’occasion. Soyez toutefois avertis : ce véhicule figure parmi les plus volés au pays. On vous suggère donc d’entretenir une bonne relation avec votre courtier d’assurances!

Éternellement charmant

Toujours monté sur un cadre en acier – une conception rare de nos jours –, le 4Runner traverse l’année-modèle 2020 inchangé, si ce n’est que l’ajout de nouvelles couleurs de carrosserie et de quelques modifications esthétiques pour la déclinaison TRD Pro. Celle-ci s’avère de loin la variante la plus intéressante (et la plus onéreuse) de la gamme, confiant au 4Runner une allure nettement plus aventurière que celles des autres versions. Toyota a vu juste, car toutes les éditions TRD Pro ayant été commercialisées depuis 2016 ont trouvé preneur en un temps record.

Comme sa carrosserie, son moteur V6 de 4,0 litres refuse de céder sa place, déployant les mêmes 270 chevaux depuis des lunes. Bien que désuet et gourmand à la pompe, il s'agit néanmoins d'un moteur qui a fait ses preuves en matière de fiabilité, tout en confiant au 4Runner des accélérations intéressantes compte tenu de son gabarit. Et bien que la boîte automatique à cinq rapports puisse sembler provenir d’une autre époque par sa simplicité et son manque de raffinement, rares sont les propriétaires de 4Runner qui se sont plaints de son inefficacité et de son manque de robustesse.

Une bonne recette gagnante

Quoi qu’on en dise, le 4Runner demeure un véhicule aventurier efficace, polyvalent et spacieux. Sa lunette arrière coulissante – une tradition depuis la toute première génération – permet à son propriétaire d’y balancer des objets dans le coffre sans avoir à ouvrir le hayon. Et une fois sa banquette arrière rabaissée au plancher, il offre jusqu’à 2 540 litres d’espace, faisant de lui un VUS plus spacieux qu’un Grand Cherokee, ou même certains VUS à sept passagers comme un Nissan Pathfinder.

Sur la route, il est impossible d’ignorer la conception rudimentaire de ce camion, où son cadre en acier et sa haute garde au sol le font sautiller à la moindre imperfection, sans oublier un effet de roulis marqué lorsqu’on prend un virage un peu trop vite. Inutile de s’énerver à bord de ce VUS, car il n’a pas été conçu pour la route, mais bien pour les sentiers battus.

C’est là où le 4Runner nous montre ses vraies couleurs. Équipé de série d’un véritable système quatre roues motrices avec boîtier de transfert à deux vitesses, d’un différentiel à désaccouplement automatique et de freins antiblocage dédiés à la conduite hors route, il peut se fier soit à un rouage à propulsion, soit à quatre roues motrices, tout en pouvant verrouiller ses différentiels au besoin. De plus, les déclinaisons mieux équipées disposent de gadgets cool pour se sortir d’une situation délicate, comme le système Crawl Control.

Malgré le fait que les propriétaires de 4Runner apprécient son caractère nostalgique, il devait tout de même s’équiper des dernières technologies en matière de connectivité. Pour 2020, on offre enfin l’intégration Android Auto et Apple CarPlay de série. Son système multimédia a également été modernisé par un nouvel écran de huit pouces offert en option. Toyota en a également profité pour l’équiper, de série, de la suite de technologies de sécurité Toyota Safety Sense-P.

Un peu comme un vieillard qui porte une coupe de cheveux à la mode, les mises à jour apportées au 4Runner n’ont été appliquées que pour satisfaire quelques plaignards, car sous cette couche de bébelles superflues, ce robuste Toyota demeure l’un des seuls véhicules qui refuse de s’adapter aux réalités d’aujourd’hui.

Feu vert

  • Fiabilité éprouvée
  • Valeur de revente exceptionnelle
  • Capacités hors route impressionnantes
  • Charisme incontournable

Feu rouge

  • Plate-forme et motorisation dépassées
  • Consommation d’essence élevée
  • Coûts d’assurances à la hausse
  • Déclinaison TRD Pro onéreuse

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires