Mazda Mazda6 - Raffinements et sophistication

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

L’an dernier, la plus imposante berline du constructeur d’Hiroshima a bénéficié de multiples améliorations tant au chapitre de la silhouette, de l’habitacle que de la mécanique. Somme toute, une voiture déjà raffinée et d’un agrément de conduite très relevé s’améliorait encore pour continuer d’inquiéter les ténors de la catégorie.

Mazda a annoncé que ses stylistes et ingénieurs travaillaient au développement d’une berline plus sophistiquée et propulsée par un moteur six cylindres en ligne. Pas besoin d’avoir beaucoup d’imagination pour conclure que l’on cible les fabricants allemands.

Mais en attendant, la version actuelle revient pratiquement inchangée cette année et est digne de notre attention à plusieurs chapitres.

Assurément sophistiquée

Côté design, les stylistes ont apporté plusieurs retouches à la carrosserie en 2018, raffinant davantage la silhouette tout en élégance. la calandre s’harmonise mieux aux feux de route en forme d’amande qui se prolongent sur les ailes. En outre, un déflecteur plutôt discret sur le rebord du coffre rehausse l’aérodynamisme de l’auto.

Par ailleurs, la planche de bord a toujours donné l’impression d’être à bord d’une bagnole nettement plus luxueuse. Avec l’arrivée de la version Signature, on a encore relevé la barre avec des cuirs de meilleure qualité, des bois exotiques et une finition irréprochable. Comme le veut la tendance actuelle, les cadrans indicateurs sont affichés sur un écran de sept pouces qui est programmable. Quant à l’écran d’affichage en position centrale, il mesure huit pouces et on navigue parmi les programmes d’infodivertissement à l’aide de la molette placée sur la console centrale. Cette commande demande toutefois un certain temps pour l’apprivoiser. Soulignons également l’intégration d’Apple CarPlay et d’Android Auto.

Depuis la génération 2019, seule une boîte automatique à six rapports est offerte. Celle-ci est d’une conception particulièrement différente en faisant appel à la technologie Skyactiv, et ce qui peut sembler une restriction au niveau des rapports est quand même l’équivalent de boîtes de vitesses possédant trois ou même quatre rapports de plus.

Les versions d’entrée de gamme sont animées par un quatre cylindres de 2,5 litres à désactivation des cylindres en certaines conditions. Et il ne faut pas en conclure que les performances seront décevantes : avec 187 chevaux et une boîte automatique bien étagée dotée d’un mode manuel, elles sont vraiment intéressantes.

Par contre, il est certain que la variante turbocompressée de ce moteur est carrément plus vigoureuse avec 227 chevaux (250 avec de l’essence super) et une utilisation très astucieuse de la poussée du turbocompresseur; ce qui rend les accélérations linéaires et le temps de réponse du turbo quasiment anecdotique.

Comme il se doit, pour être considéré dans la catégorie des berlines intermédiaires, il faut posséder de nombreux systèmes de sécurité avancés. Comme toutes ses concurrentes, la Mazda6 n’est pas en retrait à ce sujet.

Le secret de sa douceur

Lorsque l’on pilote cette berline, on est impressionné par son insonorisation – ce qui n’était pas le cas auparavant – et par la facilité avec laquelle on enchaîne les virages, même à des vitesses relativement élevées. On peut spécifier que la suspension est sophistiquée, que les barres antiroulis jouent leur rôle, mais l’atout de la Mazda est son système de contrôle vectoriel de force G qui procure une conduite à la fois douce et plus efficace. Le comportement du véhicule s’en trouve encore amélioré alors que le système assure une légère compression du moteur dans les virages. Ce qui permet de mieux aborder ceux-ci. En plus, la répartition du couple à certaines roues selon les circonstances offre une meilleure stabilité.

Cela procure une tenue en virage accrocheuse, une bonne stabilité latérale également et lorsqu’on roule en ligne droite, le système ne chôme pas. Ce qui empêche le pilote d’effectuer de multiples corrections. Les recherches de Mazda ont confirmé que ces petites secousses latérales et une certaine appréhension dans les virages ont un effet de fatigue accumulée sur les occupants au fil des kilomètres.

La Mazda6 est peut-être désormais moins pointue, mais demeure aussi performante et assure une conduite en souplesse. En attendant une orientation encore plus définitive vers un modèle plus luxueux et plus raffiné sur le plan technologique, cette berline est en mesure de se retrouver dans le tiercé de tête sur notre marché. Dommage que les ventes ne soient pas au rendez-vous.

intégrations?

https://www.mazda.ca/fr/chez-mazda/mazda-skyactiv-x/

Feu vert

  • Fiabilité intéressante
  • Bon affichage tête haute
  • Moteur turbocompressé musclé
  • Agrément de conduite

Feu rouge

  • Système multimédia perfectible
  • Frein de stationnement électronique irritant
  • À quand le moteur Skyactiv-X?
  • Molette multifonction parfois frustrante

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires