Kia Sportage - De mieux en mieux

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

En mai 1999, Kia faisait ses débuts sur le marché canadien en distribuant le Sportage, un VUS compact, et la berline Sephia. Dans les deux cas, il s’agissait de véhicules nettement en deçà de ce qui était disponible chez la concurrence. Mais, les progrès ont été rapides et même spectaculaires au fil du temps. Il suffit d’examiner la version 2020 légèrement redessinée du Sportage par rapport à la première génération de ce modèle au Canada, et la différence est incommensurable.

Le premier Sportage était peu concurrentiel avec une mécanique simpliste et un comportement routier assez basique. Les choses ont fortement changé et Kia nous présente un modèle qui a été modifié sur le plan esthétique et qui propose un équipement encore plus complet.

Influence européenne

L’an dernier, plusieurs observateurs déploraient le fait que le constructeur coréen n’importait pas sur notre continent une version dont la silhouette s’apparenterait à celle du modèle européen. Cette année, leurs vœux sont comblés puisque cette mouture du Sportage possède la plupart des caractéristiques esthétiques souhaitées. Ce modèle avait déjà une silhouette sport et bien stylée, mais maintenant c’est encore mieux.

On remarque de nouveaux feux de route, de nouveaux antibrouillards tandis qu’il sera possible de commander des phares à DEL. De plus, on note un nouveau pare-chocs, une nouvelle calandre et une plaque de protection. Et tant qu’à y être, toutes les roues en alliage ont été redessinées.

À l’arrière, le pare-chocs est nouveau, de même que les embouts des tuyaux d’échappement et les feux arrière.

Cette multitude de petites retouches donne plus d’impact visuel à ce modèle qui n’en manquait déjà pas d’ailleurs. Et on n’a pas ignoré l’habitacle non plus alors que la sellerie en cuirette est nouvelle, et l’écran tactile de huit pouces intègre Apple CarPlay et Android Auto. De plus, le design de la planche de bord est fort relevé. Et selon les déclinaisons, on pourra bénéficier d’une plaque de recharge par induction. Mentionnons que la qualité des matériaux est très bonne et que la banquette arrière peut accueillir sans problème des adultes de taille normale. Ce qui n’est pas toujours le cas dans cette catégorie.

Sagesse mécanique

Si les stylistes ont apporté plusieurs retouches à la carrosserie, les ingénieurs se sont montrés plus réservés au chapitre de la mécanique. En effet, ils ont reconduit la motorisation précédente. Le moteur des versions économiques est un quatre cylindres de 2,4 litres à injection directe d’une puissance de 181 chevaux, avec un couple de 175 livres-pied. Les amateurs de performances plus relevées pourront se tourner vers un moteur 2,0 litres turbocompressé produisant 237 chevaux et 260 livres-pied.

Dans les deux cas, ils sont associés à une boîte automatique à six rapports. Celle-ci ne s’attire aucun reproche, mais compte tenu de ce que la concurrence propose, pourquoi ne pas offrir deux ou même quatre rapports supplémentaires? Après tout, le Sportage est l’un des pires VUS de son créneau au chapitre de la consommation d’essence, même avec la quatre cylindres de base.

Par contre, on a profité de l’occasion pour relever la sécurité active et passive. Parmi les éléments dignes d’intérêt, il faut souligner l’avertisseur de somnolence du conducteur, l’assistance de maintien de voie, un régulateur de vitesse intelligent avec arrêt et départ en plus d’un système d’assistance pour prévenir les collisions frontales et de détection des piétons. Finalement, comme c’est maintenant la tendance chez plusieurs constructeurs, un système de gestion des feux de route est également offert.

Je me souviens encore de la première génération du Sportage sur notre marché. C’était un véhicule primitif sans plus. Quel contraste avec ce qui nous est offert de nos jours! On se retrouve au volant d’un VUS agile, performant et procurant un agrément de conduite supérieur à la moyenne de la catégorie. Et puisque la plate-forme a été rigidifiée, les éléments de suspension n’ont pas besoin d’être trop fermes pour assurer un bon comportement routier. Et le fait que la suspension arrière soit indépendante assure une bonne tenue en virage et un confort digne de mention.

En passant, le rouage intégral ne se prête à aucune critique et vient mettre un point final sur un véhicule homogène, complet, élégant et ayant un bon comportement routier. On peut faire mieux concernant la boîte de vitesses et l’espace dédié aux bagages. En contrepartie, la garantie est rassurante.

Feu vert

  • Silhouette révisée
  • Bon comportement routier
  • Niveau d’équipement relevé
  • Rouage intégral efficace

Feu rouge

  • Boîte à seulement six rapports
  • Consommation perfectible
  • Espace de bagages limité
  • Visibilité arrière très moyenne

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires