Hyundai Accent - Victime de la mode

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

Forte d’une carrière qui dure depuis maintenant 25 ans, la Hyundai Accent s’est sérieusement embourgeoisée avec le temps. Certes, on a encore officiellement affaire à une voiture sous-compacte, mais l’Accent est devenue si imposante qu’on peut maintenant presque parler d’une compacte.

Bref, si vous n’avez pas mis les fesses dans une Accent dernièrement, vous risquez d’être surpris lors de votre prochain essai routier. Mis à part sa version de base, tristement dépourvue d’équipement, l’Accent mise sur une gamme d’options intéressantes et sur un prix de vente modique pour se faire valoir.

Le hic, c’est que pour un supplément assez dérisoire, vous pouvez vous retrouver au volant d’une Elantra plus spacieuse, plus puissante et tout aussi bien équipée, sinon plus. Et en plus de ça, Hyundai ajoute à sa gamme cette année le Venue, un mini véhicule utilitaire qui viendra inévitablement jouer dans les plates-bandes de l’Accent.

Enfin, on peut sérieusement se demander si la sous-compacte de Hyundai ne vit pas sur du temps emprunté.

Bye bye, la berline

Pour l’année-modèle 2020, Hyundai a pris la décision de cesser la commercialisation de l’Accent berline au Canada et de limiter son offre à la variante à hayon. Le constructeur justifie ce choix en expliquant que la berline ne représentait que 30% du volume de vente chez nous.

Curieusement, la situation est diamétralement opposée à celle des États-Unis, où seule la berline est proposée par Hyundai. L’Accent canadienne et l’Accent américaine n’auront jamais été aussi différentes!

Grâce à sa configuration à hayon, l’Accent profite d’un espace de chargement de 617 litres dans le coffre. Pour vous donner une idée, des véhicules « utilitaires » comme le Kona ou le Venue font moins bonne figure…

L’espace à l’avant est amplement suffisant pour garantir du confort à ses occupants, mais c’est un peu moins vrai à l’arrière, où le dégagement pour les jambes est malencontreusement limité.

Sous le capot, l’Accent 2020 continue de faire appel à un moteur à quatre cylindres de 1,6 litre développant 130 chevaux et un couple de 119 livres-pied. Rien pour écrire à sa mère, néanmoins le mandat de l’Accent n’a jamais été d’offrir des performances décoiffantes. Avec ce petit moteur, la sous-compacte coréenne vous amène du point A au point B sans flafla et permet une économie d’essence raisonnable, quoique pas exceptionnelle.

Autre nouveauté cette année, Hyundai abandonne sa boîte automatique à six rapports pour la remplacer par une automatique à variation continue. On promet ainsi une consommation d’essence améliorée, les chiffres officiels n’avaient toutefois pas été confirmés au moment d’écrire ces lignes.

Une boîte manuelle à six rapports demeure également au menu pour 2020. Avec celle-ci, l’Accent affiche une consommation combinée ville/route de 7,3 L/100 km.

Quelle version choisir?

Avec l’abandon de la berline, l’Accent 2020 se limite à un choix de trois déclinaisons, toutes en configuration à hayon.

Celle d’entrée de gamme, la Essential, est à éviter à moins que vos restrictions budgétaires ne vous permettent vraiment rien d’autre. Sur cette variante de base, même le climatiseur et le système Bluetooth sont en option…

À l’intérieur, on n’a d’ailleurs pas droit à une console centrale entre les sièges avant. Il faut aussi se contenter d’un petit écran de cinq pouces qui force à mettre une croix sur la compatibilité avec Android Auto et Apple CarPlay. En somme, une version à éviter.

La déclinaison de milieu de gamme (Preferred) s’avère, selon nous, le plus intéressant d’un point de vue prix/équipement. Là, on se retrouve à bord d’un véhicule équipé de sièges chauffants et d’un écran tactile dont la dimension passe à sept pouces.

Puis, pour ceux qui veulent une Accent équipée « au bouchon », il y a la version Ultimate. Avec celle-ci, Hyundai met le paquet. Phares à DEL, toit ouvrant, jantes en alliage de 17 pouces, bouton-poussoir pour le démarrage, tout y est. On a également intégré quelques technologies de sécurité avancée comme un système de précollision qui freinera le véhicule de lui-même si une collision frontale imminente est détectée et que rien n’est fait par la personne au volant pour l’éviter.

Avec l’Ultimate, Hyundai propose une sous-compacte dont l’équipement dépasse tout ce dont on aurait pu s’imaginer en 1995, lors du lancement de la première génération de l’Accent. Sauf qu’à un prix qui dépasse les 20 000 $, les consommateurs seront nombreux à se tourner vers des modèles plus spacieux comme l’Elantra. Ou même vers de petits véhicules dits urbains comme le nouveau Venue.

Il est là, le grand défi de l’Accent. Conserver sa raison d’être dans un marché où les modèles se multiplient et où les sous-compactes ne sont plus au goût du jour. On vous le dit tout de suite, ce n’est pas gagné d’avance.

Feu vert

  • Gamme d’équipement complète
  • Économie de carburant améliorée (boîte automatique)
  • Prix abordable

Feu rouge

  • Fin de la berline
  • Moteur bruyant en accélération
  • Version de base dénudée

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

BlogueLe pari audacieux de Nissan
En avril dernier, je rédigeais un article intitulé Mort annoncée des sous-compactes , dans lequel j’abordais l’abandon du segment par plusieurs constructeurs automobiles. En somme, il était question d’une trop faible profitabilité pour les constructeurs et du désintérêt du public envers un moyen de transport minimaliste. Pour ne nommer que …
ActualitéC’est officiellement la fin pour la Hyundai Accent
Hyundai Canada a confirmé aujourd’hui que l’ Accent ne sera pas de retour au Canada en 2021. Le constructeur coréen emboite ainsi le pas à Honda et Toyota , qui ont récemment annoncé l’abandon de la Fit et de la Yaris . Lancée en septembre 1994, l’Accent faisait partie du …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires