BMW i3 - Guerre d'autonomie

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

Après maintes tergiversations, la chasse aux kilomètres est ouverte entre les véhicules électriques de la première heure. Pour éviter de se placer en queue de peloton derrière la Nissan LEAF et le Kia Soul EV qui ont augmenté leur autonomie, la BMW i3 dispose désormais d'une capacité de stockage deux fois plus élevée que la première i3 introduite en 2014.

À l'époque, la batterie pouvait emmagasiner 22,6 kWh d'énergie pour un rayon d'action variant entre 130 et 160 km. Au milieu de 2016, BMW dévoilait une batterie dont la capacité était accrue à 33 kWh, pour une autonomie d'environ 200 km. Avec une capacité de 42,2 kWh, la batterie de troisième génération présentée l'an dernier rehausse l'autonomie à approximativement 246 km.

L'arrivée de ce nouveau pack de batterie ne signifie pas le retrait du prolongateur d'autonomie REx (Range Extender) qui a été amélioré pour veiller à la quiétude des usagers s'aventurant trop loin des centres urbains. Pour les non-initiés, le prolongateur d'autonomie est un moteur thermique (de moto) à deux cylindres avec un petit réservoir à essence qui sert de génératrice pour maintenir la charge de la batterie sur une centaine de kilomètres. Depuis 2014, la déclinaison REx représente plus de 80% des ventes d’i3 au Canada. Au moment de mettre sous presse, le nouveau dispositif était en attente d'homologation auprès de Ressources naturelles Canada.

Conception inédite

L'histoire retiendra que l'i3 a été une automobile avant-gardiste qui a bousculé les codes de son époque. Sans maquillage et sans transformation, cette voiture pourrait jouer dans un film futuriste de science-fiction en raison de son design s'apparentant à un véhicule concept, de son architecture hors norme utilisant, notamment, de l'aluminium et du plastique renforcé de fibre de carbone, et de ses matériaux inédits comme des panneaux de carrosserie en thermoplastique, un tableau de bord garni de bois d'eucalyptus, des sièges et des revêtements en matières recyclées.

La nouvelle batterie au lithium-ion pouvant stocker une plus grande accumulation d'énergie ne modifie en rien la puissance du moteur électrique, qui développe 167 chevaux (125 kW) dans la déclinaison de base et 181 chevaux (135 kW) dans la version sportive i3s. Il va sans dire que cette dernière propose une conduite plus dynamique au moyen d'une suspension abaissée de 10 mm avec des amortisseurs plus fermes ainsi que des pneus de 20 po plus larges (175/55R20 à l'avant et 195/50R20 à l'arrière) comparativement aux pneus de 19 po de l'i3 de base. Pour les amants de la « conduite béhème » qui veulent économiser des sous, il est possible d'éviter l'onéreuse i3s en choisissant une i3 équipée de l’ensemble sport, lequel inclut une suspension raffermie, des jantes de couleur noire et des pneumatiques de 20 po.

Peu importe le gabarit du conducteur et des passagers, ces derniers entreront et sortiront de l'habitacle aisément grâce à la largeur des portes avant, au plancher plat sans rebord et à l'ouverture à contresens des portes arrière qui élimine le pilier B que l'on retrouve dans les véhicules dotés de portes conventionnelles. À l'intérieur, on aime ou on déteste le décor épuré qui ne comporte aucune fioriture. Les stylistes ont créé un tableau de bord, un volant et des sièges aux formes lisses et géométriques dans le but de maximiser l'espace intérieur et d’insuffler une dose d'excentricité.

Le coffre à bagages n'est pas très grand avec un volume de 260 litres, lequel est réparti en hauteur comme dans la smart fortwo électrique qui, soit dit en passant, a été retirée du marché nord-américain. L'espace du coffre augmente à 1 100 litres lorsque l’on rabat les dossiers divisés 50/50 de la banquette arrière, ce qui surpasse le cubage de la Nissan LEAF et du Nissan Kicks.

En ville, la conduite de cette BMW à moteur électrique est surprenante. Dans un premier temps, les accélérations sont vives à basse vitesse étant donné le couple instantané du moteur. Pour circuler à plus de 100 km/h sur l'autoroute, le dépassement d'un autre véhicule peut s'avérer ardu en terrain montagneux ou face à un vent contraire. Cela dit, l'i3 accélère de 0 à 100 km/h en 8,1 secondes tandis que l'i3s réalise le même exercice en 7,6 secondes. Quant au temps de reprise pour passer de 80 à 120 km/h, il faut compter entre 5 et 6 secondes.

Avenir incertain

L’i3 n'est pas un succès ni un échec commercial pour BMW avec une production dépassant 150 000 unités depuis 2014. Cela dit, sa descendance n'est pas assurée sachant que les petites voitures n'ont pas la côte, actuellement, en Amérique du Nord – un marché primordial pour la marque bavaroise. Somme toute, le concept iNEXT symbolise l'avenir des véhicules électriques chez BMW. D'ailleurs, la silhouette de l'iNEXT, qui se définit comme un VUS urbain, s'inspire fortement du design de l'i3.

Feu vert

  • Autonomie accrue
  • Maniabilité en ville
  • Comportement routier (i3s)

Feu rouge

  • Sensible au coup de vent sur l’autoroute
  • Coffre à bagages minuscule
  • Banquette arrière étriquée

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires