Audi A6 - La classe affaires

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

Les deux dernières années ont été chargées pour la marque Audi avec les lancements de nouveaux modèles, comme les VUS e-tron quattro à motorisation électrique et le Q8 à moteur thermique, de même que le renouvellement, coup sur coup, des A8, A7 et A6, dans l’ordre. Au sujet de ces trois berlines de grand luxe, on peut affirmer qu’il existe maintenant une filiation évidente tant du côté du design que de la technologie, la A6 faisant le plein de tous les dispositifs développés pour la berline de grand luxe qu’est la A8. Et si la A8 représente la première classe, la A6 donne accès à la classe affaires.

À l’instar de la A8, le cockpit de la A6 fait la part belle à la technologie numérique, les commandes conventionnelles étant remplacées par deux écrans tactiles en couleurs à haute définition avec feedback acoustique et haptique. Le cockpit virtuel, avec écran paramétrable de 12,3 pouces qui relaye le traditionnel bloc d’instruments, fait aussi partie de la dotation de série et continue d’impressionner par sa qualité graphique.

En Europe, la A6 peut être dotée de plusieurs motorisations essence ou diesel, mais un seul moteur est un programme pour l’Amérique du Nord et c’est le V6 turbocompressé de 3,0 litres. Fort de 335 chevaux et, surtout, d’un couple maximal de 369 livres-pied livré sur une large plage qui s’étend de 1 370 à 4 500 tours-minute, ce moteur permet à la A6 de s’exprimer avec des accélérations et des reprises toniques. Jumelé à une boîte à double embrayage à sept rapports, et au rouage intégral de nouvelle génération inauguré sur la récente A4 allroad, ce moteur permet à la A6 d’atteindre la barre des 100 kilomètres/heure en 5,3 secondes. Au sujet de ce rouage, précisons qu’il désengage la livrée du couple au train arrière quand la voiture roule en ligne droite et à vitesse constante pour le réengager instantanément, dès que le conducteur se met à rouler à plus vive allure ou à négocier des virages, ou le lorsque le mode de conduite Dynamic est sélectionné.

Hybridation légère

Sur la route, on a affaire à une berline de luxe qui priorise le confort avant la dynamique, quoique le comportement routier demeure paramétrable à l’aide du sélecteur de mode de conduite. La direction s’avère plutôt légère, comme c’est souvent le cas chez Audi, mais fait preuve d’une grande précision. Tout comme la A8, la A6 est équipée d’un système électrique de 48 volts et d’une technologie d’hybridation légère par le biais d’un alternateur à courroie (BAS) et d’une batterie lithium-ion d’une capacité de 10 Ah, permettant à la voiture de rouler en roue libre et moteur éteint, entre 55 et 160 kilomètres/heure pendant une courte période pouvant atteindre jusqu’à 55 secondes, pour ensuite redémarrer en douceur. La A6 dispose également d’une fonction arrêt/redémarrage avancée et d’un système de récupération d’énergie jusqu’à 12 kW. L’effet combiné de ces technologies réduit la consommation de carburant jusqu’à 0,7 litre aux 100 kilomètres dans des conditions de conduite réelles.

Une motorisation hybride rechargeable

Au récent Salon de l’auto de Genève, Audi a fait grand cas de son offensive en matière de motorisation hybride rechargeable, laquelle est maintenant disponible sur les Q5, A6, A7 et A8. En Amérique du Nord, la commercialisation débute avec les Q5 et A7, et les variantes A6 et A8 seront ajoutées à la gamme un peu plus tard. À l’exception de la A8 qui reçoit un V6 turbocompressé secondé par un moteur électrique, tous les autres modèles, dont la A6, sont animés par un moteur thermique quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres ainsi que par un moteur électrique alimenté par une batterie lithium-ion d’une capacité de 14,1 kWh localisée sous le coffre.

Deux versions de ces modèles seront disponibles, soit les 50 TFSI e quattro, qualifiées de versions « confort » dont la motorisation développe 299 chevaux et un couple de 331 livres-pied, ainsi que les 55 TFSI e quattro, à vocation plus sportive, dont la motorisation à suralimentation accrue déploie 367 chevaux et un couple chiffré à 368 livres-pied. Précisons également que les versions 55 recevront une suspension plus ferme et que le moteur électrique sera sollicité plus fréquemment pour ajouter à l’agrément de conduite. Comme plusieurs autres modèles de la marque, les nouvelles variantes à motorisation hybride rechargeable sont dotées du système Audi drive select comprenant plusieurs modes permettant de calibrer la configuration de la boîte de vitesses, de la suspension et de la direction, selon le choix du conducteur.

Au final, la A6 est une berline de luxe qui est munie d’une technologie de pointe, mais qui n’est pas aussi dynamique que la BMW Série 5. On attend une version S6 qui devrait, logiquement, mettre un peu plus l’accent sur la sportivité.

Feu vert

  • Technologie de pointe
  • Rouage intégral efficace
  • Qualité d’assemblage et de finition
  • Bonne fiabilité

Feu rouge

  • Prix élevé
  • Tarif des options
  • Pas aussi dynamique qu’une Série 5

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires