Toyota Mirai - Première véritable représentante de la filière hydrogène

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

La Mirai représente la vision de Toyota et son engagement dans les véhicules électriques utilisant une pile à combustible à l’hydrogène (FCEV). Selon le constructeur, cette technologie se veut une solution supplémentaire afin d’arriver à l’utilisation d’une masse critique de véhicules zéro émission, surtout dans le cas de véhicules nécessitant une grande quantité d’énergie.

Bien entendu, le nerf de la guerre demeure le réseau de distribution – avez-vous déjà vu une station de ravitaillement d’hydrogène? – mais Toyota croit que les développements se feront initialement pour des initiatives industrielles et commerciales, où cette technologie a encore plus de sens.

100% électrique

Vous vous demandez ce qu’est un véhicule à hydrogène? Eh non, ce n’est pas un moteur qui brûle de l’hydrogène au lieu de l’essence, c’est en fait un véhicule 100% électrique, mais plutôt que l’électricité soit emmagasinée dans un ensemble de batteries, elle est produite à partir d’une réaction chimique entre l’oxygène et l’hydrogène dans une pile à combustible. La seule émission? De la vapeur d’eau évacuée de temps en temps par un tuyau sous le véhicule ou que vous pouvez purger manuellement grâce à un bouton intitulé H2O, pratique pour éviter de libérer de l’eau à des endroits moins propices, un garage par exemple.

Le courant électrique ainsi généré alimente le moteur électrique, emprunté à la Camry hybride, qui développe 151 chevaux et un couple de 247 lb-pi, procurant un niveau de performance acceptable pour cette berline. Il faut tout de même un peu plus de neuf secondes pour boucler le 0-100 km/h, mais le couple élevé du moteur électrique facilite la conduite quotidienne. Du reste, l’expérience de conduite s’apparente fortement à celle d’une voiture électrique ordinaire. Le système hybride de la Mirai récupère l’énergie en décélération et au freinage, pour la retourner à la batterie, rehaussant encore plus l’autonomie qui se situe à environ 500 kilomètres, soit le même niveau qu’une voiture à essence conventionnelle.

L’autre avantage, c’est que l’autonomie n’est pas affectée par le froid, un élément assez important au Québec. Peu importe où le mercure se situe, vous bénéficiez de toute l’autonomie du véhicule.

Côté style, les designers ont voulu s’assurer que l’on reconnaisse la particularité de la Mirai à travers un design tout aussi particulier. Il faut l’avouer, la voiture ne passe pas inaperçue, notamment avec ses lignes très angulaires qui nous rappellent celles de la Prius. On la distingue surtout par son devant comprenant d’immenses prises d’air latérales alors que l’arrière est tout aussi typé.

À l‘intérieur, la Mirai offre un environnement luxueux qui va de pair avec le prix exigé pour le véhicule estimé à plus de 70 000 $. On se paie une technologie novatrice, mais le conducteur n’est pas en reste. Le tableau de bord adopte une bonne ergonomie, l’instrumentation qui est affichée en second plan dans une zone ultramince au centre du tableau de bord n’est pas sans nous rappeler une certaine Honda Civic d’il y a quelques années. L’avantage d’un tel design pour Toyota? On n’a pas à changer de configuration pour une conduite à droite. La Mirai offre de l’espace pour quatre passagers, la présence des deux réservoirs sous le plancher empêche toutefois de rabattre les sièges.

Pas aussi économique

Pour le moment, un véhicule à hydrogène représente beaucoup plus un acte de foi envers la cause verte qu’un achat financier logique. La première station d’hydrogène sera basée à Québec et le prix annoncé de l’hydrogène sera de 11,50 $ du kilogramme. Puisque la Mirai peut contenir 5 kg d’hydrogène, environ 122 litres, il faudra donc débourser un peu plus de 55 $ pour effectuer un plein, ce qui correspond pratiquement au montant d’un plein d’essence. La bonne nouvelle, c’est qu’il ne vous faudra que cinq minutes pour faire le plein et ainsi retrouver vos 500 kilomètres d’autonomie électrique, un net avantage par rapport aux véhicules électriques conventionnels. L’utilisation au quotidien est beaucoup plus similaire à ce que nous connaissons, toutefois, il faut recourir à des stations de recharge, car il est impossible de faire le plein à la maison comme c’est le cas avec une voiture électrique.

Cette technologie n’est pas parfaite, mais elle dispose de ses avantages et plusieurs constructeurs croient qu’elle fera partie des véhicules zéro émission dans le futur.

Avec la Mirai, Toyota veut démontrer qu’il est possible de commercialiser la pile à combustible dans une voiture compacte et accessible aux acheteurs. Sa vente demeure pour le moment limitée à des flottes commerciales, mais on espère démocratiser la technologie sous peu.

Feu vert

  • Véhicule zéro émission
  • Excellente autonomie électrique
  • Recharge d’hydrogène rapide
  • Système hybride efficace

Feu rouge

  • Peu d’infrastructure de ravitaillement
  • Technologie très spécialisée
  • Pas la plus pratique des berlines

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires