Toyota Prius c - Encore la seule

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

Il y a des avantages à être seul sur son étoile. On a la liberté d’être ce que l'on veut. Et puisque personne ne nous accompagne dans notre aventure, on évite d’être jugé et comparé aux autres. Voilà exactement ce qu’il se passe avec la Toyota Prius c. Toujours la seule sous-compacte sur le marché à être alimentée par une motorisation hybride, elle mérite le titre de la voiture hybride la plus abordable au pays. Pour l’année-modèle 2020, la charmante petite Prius c demeure inchangée.

Même Toyota ignore si la Prius c restera parmi nous encore longtemps. Avec l’arrivée de la Corolla hybride, qui se vend seulement quelques milliers de dollars de plus, il ne serait pas surprenant que la Prius c nous quitte à la fin du millésime 2020. Du moins, le marché américain semble le stipuler. Par chance, cette petite voiture se vend toujours bien chez nous.

Il faut admettre que l’offre de la Prius c s’avère alléchante. Le fait qu’il soit possible de se procurer une voiture hybride sous la barre des 25 000 $ chez Toyota est intéressant. Et même si elle se vend à bas prix, cette sous-compacte est aussi raffinée que ses rivales à essence, malgré le fait qu’elle commence à prendre de l’âge.

Son niveau de maturité et la qualité d’assemblage de son habitacle, voilà ce qui lui fait gagner des points. À bord, cette sous-compacte est étonnement silencieuse, arborant une tenue de route posée, surtout lorsqu’elle franchit les imperfections de la chaussée. De plus, son coffre à hayon lui octroie un niveau de polyvalence digne de mention, pouvant avaler jusqu’à 484 litres de marchandise. De plus, on peut rabattre la banquette arrière au plancher, une propriété exceptionnelle chez une voiture hybride.

Bien équipée

Comme son design extérieur, rien ne change dans l’habitacle en 2020. Celui-ci demeure fonctionnel et spacieux, malgré ses mini proportions. On y retrouve, à l’intérieur, le même tableau de bord central que dans le reste de la famille Prius, affichant un ordinateur de bord qui nous permet de consulter notre économie de carburant, le fonctionnement du système hybride, ainsi que notre cote verte « Eco Score », un gadget plus ou moins utile qui nous accorde un pointage selon nos habitudes de conduite.

La Prius c s’offre de série avec l’ensemble de sécurité Toyota Safety Sense C, comprenant un avertisseur de collision avec freinage automatique, la détection de sortie de voie et les feux de route automatiques. Rares sont les voitures de cette gamme qui offrent de telles technologies sans exiger de supplément.

Comme toutes les déclinaisons de la Prius, celle-ci met évidemment l’accent sur l’économie de carburant. À ce sujet, sa motorisation hybride reste la même. Son moteur principal est un quatre cylindres à essence de 1,5 litre, auquel on a greffé un tout petit moteur électrique, ainsi qu’une batterie de 0,9 kWh. La puissance totale est estimée à 99 chevaux. L’unique boîte de vitesses offerte est une automatique à variation continue électronique.

Son système hybride se recharge de façon autonome, il n’est donc pas nécessaire de la brancher. Certes, il est possible de rouler en mode 100% électrique à bord d’une Prius c, mais seulement pendant de très courtes périodes, et jusqu’à une vitesse d’environ 45 km/h. La plupart du temps, elle doit se fier à ses deux moteurs pour avancer. Bref, son système hybride sert plus à réduire sa consommation d’essence qu'à rouler en voiture électrique!

Un peu décevante

Ainsi, Toyota promet une consommation de carburant combinée ville/route de 5,1 L/100 km, mais en réalité, celle-ci ressemble davantage à 6 L/100 km. Du moins, c’est ce que nos journalistes ont observé chaque fois qu’ils ont eu la chance de la conduire. Bon, six litres aux cent kilomètres, ce n’est pas banal, c’est même excellent. Le problème, c’est qu’il est possible d’en faire autant avec d’autres petites voitures à essence comme une Hyundai Accent, une Kia Rio, ou même… une Toyota Yaris.

Sa mécanique mène également un vacarme infernal, surtout lorsqu’on active la fonction de récupération d’énergie pour ralentir (position B sur le levier de vitesse). Le moteur à essence, quant à lui, semble constamment essoufflé, et ses accélérations sont pitoyables par rapport aux standards actuels de l’industrie.

Cela étant dit, nous avouons néanmoins que l’idée derrière la Prius c demeure intéressante. C’est une bagnole de ville abordable et frugale. Mis à part les défauts mentionnés ci-haut, nous la recommandons en raison de sa fiabilité intouchable, de son prix de vente alléchant et des coûts de son utilisation à la baisse. Reste à voir maintenant si Toyota persistera à offrir ce modèle dans les années à venir.

Feu vert

  • La voiture hybride la plus abordable sur le marché
  • Faible consommation d’essence
  • Fiabilité et valeur de revente
  • Équipement de série intéressant

Feu rouge

  • Performances soporifiques
  • Consommation presque identique à celle d'une sous-compacte non hybride
  • Mécanique bruyante
  • Voiture vieillissante

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisToyota Prius AWD-e 2020 : hybride et intégrale
Depuis le début du 21e siècle, la Toyota Prius a contribué plus que tout autre véhicule à populariser l’électrification des modèles de grande diffusion. Elle a donné une raison d’être aux motorisations hybrides. Mine de rien, en 2020, la Prius célèbre ses 20 ans sur le marché canadien. Cette Toyota …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires