Land Rover Range Rover Sport - Personnalités multiples

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

La famille Land Rover se répartit en trois classes. Tout en haut de la hiérarchie trône le clan composé des luxueux modèles Range Rover, Range Rover Sport, Velar et Evoque qui allient élégance et performance. À l'opposé du spectre, on retrouve le Defender qui reprendra du service en 2020 après une absence de trois ans.

Pour les non-initiés, le Defender se définit comme étant le meilleur VUS de luxe au monde pour la conduite hors route extrême. Le retour du Defender pourrait signifier la conception d'autres véhicules de son rang comme une camionnette avec benne.

Entre ces deux castes, il existe les Discovery et le Discovery Sport – qui s'appelaient autrefois LR4 et LR2 au Canada – dont les caractéristiques se situent entre le faste des Range Rover et les aptitudes tout-terrain du Defender. Du lot, le modèle le plus en vogue est de loin le Range Rover Sport, et ce, malgré la venue du Velar il y a deux ans.

De fait, le Range Rover Sport est le plus polyvalent, mais aussi le modèle le plus vendu de la marque en Amérique du Nord. L'an dernier, ses ventes ont représenté 30,6% des Land Rover vendus au Québec, 30,4% au Canada et 26,3% aux États-Unis. Somme toute, les ventes du RR Sport dépassent presque du double celles du Velar qui était censé lui ravir sa couronne. Tout compte fait, son principal rival de sang n'est pas le jeune Velar, mais plutôt le patriarche Range Rover qui réclame cependant beaucoup plus d'argent que le RR Sport pour le posséder.

Collection de moteurs

Au gré de ses motorisations et de son équipement, les personnalités du Range Rover Sport sont multiples afin de répondre aux goûts et besoins d'une vaste clientèle. Du côté de ses concurrents nés de la cuisse gauche, seuls le BMW X5, le Mercedes-Benz GLE et le Porsche Cayenne offrent un assortiment de moteurs pouvant répliquer au RR Sport, lequel dispose de quatre variétés de motorisations : essence, diesel, semi-hybride et hybride rechargeable.

Le moteur d'entrée de gamme n'est plus le V6 suralimenté de 3,0 litres – désormais réservé au séculaire Range Rover –, mais plutôt un nouveau six cylindres en ligne turbo de 3,0 litres pourvu d'une architecture d'hybridation légère MHEV (Mild Hybrid Electric Vehicle) qui fait appel à un démarreur-générateur commandé par courroie et une batterie de 48 volts. Ce mécanisme récupère l'énergie perdue en décélération pour ensuite fournir un complément de couple au moteur afin de réduire les émissions polluantes. Dans les versions SE et HSE, le moteur produit 355 chevaux et un couple de 365 livres-pied tandis que la livrée HST génère 395 chevaux et 406 livres-pied.

Pour les raisons que l'on connaît, les VUS allemands ont abandonné (pour l'instant) les moteurs fonctionnant au diesel. Opportuniste, Land Rover a saisi la balle au bond pour continuer à offrir son V6 turbodiesel de 3,0 litres. Développant 254 chevaux et 443 livres-pied, cette mécanique plaira à ceux qui ne jurent que par le gazole. Au demeurant, les passionnés de haute performance seront comblés par la puissance du V8 suralimenté de 5,0 litres à essence qui déploie 518 chevaux et 461 livres-pied. Toutefois, l'apothéose se retrouve au volant de la version SVR dont les 575 chevaux et 516 livres-pied du même V8 permettent d'accélérer de 0 à 100 km/h en 4,5 secondes et d'atteindre la vitesse démentielle de 280 km/h.

Mais le nec plus ultra demeure la motorisation hybride rechargeable de la version P400e PHEV qui associe un quatre cylindres turbo de 2,0 litres (296 chevaux), un moteur électrique de 105 kW (141 chevaux) et une batterie de 13,1 kWh pour une puissance combinée de 398 chevaux. Dans les conditions routières idéales, l'autonomie en mode tout électrique est estimée à 51 km.

Baroudeur bien nanti

Si jamais un propriétaire de Range Rover Sport osait s'aventurer en terrain accidenté, voici quelques détails qui en disent long sur les aptitudes de ce gros baroudeur : la garde au sol peut s'élever de 21,3 à 28,3 cm avec la suspension pneumatique, et l'étanchéité de la mécanique et de la carrosserie permet de traverser un cours d'eau ou de boue d'une profondeur de 85 centimètres. Noblesse oblige, son aïeul Range Rover peut faire encore mieux avec une capacité de passage à gué de 90 cm grâce, notamment, à sa garde au sol qui peut monter jusqu'à 29,7 cm.

À cause de son poids, le RR Sport se montre moins agile que les X5, GLE et Cayenne sur les routes en lacet. Toutefois, le confort de ce gros VUS britannique à trois rangées de sièges (5+2 places) est supérieur à celui de ces rivaux allemands pour parcourir de longues distances. Solide comme le roc, on ressent au volant un sentiment d'invincibilité dans les tempêtes de neige ou de verglas (ou de sable dans le désert). Mais attention, ce n'est pas un tank même si l’on ose y croire!

Feu vert

  • Choix de moteurs
  • Habitacle vaste et accessible
  • Aptitudes hors route
  • Suspension confortable

Feu rouge

  • Consommation gargantuesque (V8)
  • Fiabilité douteuse
  • Poids élevé
  • Coût des options

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Nouveaux modèlesLand Rover fête les 50 ans du Range Rover avec style
La vidéo d’introduction pour la conférence de presse virtuelle de Land Rover débute sur des images d’archives, alors qu’une suave voix britannique lance des mots comme « Fifty years of mud and glory. Fifty years of shaken, not stirred ». Le ton est donné… Lancé en 1970, le Range Rover …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires