Mercedes-Benz GLB - Battre le fer pendant qu’il est chaud

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

Suivant la tendance du moment, le constructeur allemand Mercedes-Benz lance un tout nouvel utilitaire, qui se joindra à une gamme déjà bien étoffée. En effet, le GLB deviendra le huitième VUS de la marque commercialisé chez nous, si le Coupé GLE est renouvelé – personne n’offre un si grand choix.

Le GLB remplace en quelque sorte la Classe B, qui a tiré sa référence au Canada après le millésime 2019. Pas trop dynamique, mais ô combien polyvalente, cette voiture à hayon a perdu sa place au profit de la Classe A. Toutefois, les propriétaires actuels de Classe B trouveront sûrement leur compte avec ce nouvel utilitaire, appréciant son gabarit sous-compact et son habitacle de taille compacte.

Classe BCBG

Se faufilant entre le GLA et le GLC chez Mercedes, en jouant un peu du coude pour faire sa place, le GLB reprend la forme carrée du gros GLS, mais dans un format réduit. Nous trouvons son design extérieur fort réussi, avec un petit côté robuste qui manque à ses acolytes.

Selon Mercedes-Benz, sa ligne de toit élevée procure beaucoup d’espace pour la tête ainsi que pour les jambes des occupants dans la deuxième rangée. Les dossiers de cette banquette sont divisibles 40/20/40 et leur angle d’inclinaison est réglable, pour un confort accru. De plus, une troisième rangée de sièges, livrable dans le GLB, une exclusivité dans son segment, permet d’ancrer jusqu’à quatre sièges d’appoint pour enfants. Selon le fabricant, ces deux places supplémentaires peuvent accommoder des personnes mesurant 1,68 m (5 pieds 6 pouces), alors il ne faut pas s’imaginer que cet utilitaire conviendra parfaitement à une famille recomposée.

Avec les trois rangées en place, l’espace de chargement n’est que de 179 litres, bon pour un sac d’épicerie ou deux. Dans la version à cinq passagers, on affiche une capacité de 560 litres, ou 1 755 avec les dossiers arrière rabattus, ce qui fort intéressant. Bref, le GLB peut transporter des sacs de hockey ou sept passagers, mais pas les deux.

Le GLB profite du système multimédia MBUX, beaucoup plus moderne et facile d’utilisation que l’interface COMAND, que l'on retrouvait dans les plus anciens produits du constructeur. Bien que sa reconnaissance vocale soit particulièrement poussée, elle ne comprend pas toujours nos directives du premier coup.

Également disponible, une conduite semi-autonome avec assistance de changement de voie ainsi qu’une fonction d’arrêt et de redécollage automatique dans le trafic – lorsque le régulateur de vitesse adaptatif est activé. Sur la liste des options, on retrouve aussi des phares à DEL, un toit panoramique, des sièges avant chauffants et ventilés avec mémoire de position, une instrumentation numérique, un éclairage d’ambiance configurable et une chaîne audio Burmester.

Un moteur… pour l’instant

Une seule motorisation a été annoncée au lancement du véhicule. Le GLB 250 4MATIC, équipé d’un quatre cylindres turbo de 2,0 litres, produit 221 chevaux et un couple de 258 livres-pied. Une boîte automatique à huit rapports avec double embrayage est de mise, tout comme un rouage intégral. Selon Mercedes-Benz, le VUS est capable d’accélérer de 0 à 100 km/h en 6,9 secondes et atteindre une vitesse maximale de 208 km/h.

Quant au système 4MATIC, il achemine 80% du couple moteur aux roues avant en modes Eco et Comfort, par contre quand on sélectionne le mode Sport, la répartition est fixée à 70/30% avant/arrière. En mode hors route, on obtient une répartition de 50/50. Ce dernier mode comprend d’ailleurs une assistance de décollage en pente et de retenue en pente.

Toutefois, on devra certainement s’attendre à ce que la marque ajoute une variante AMG GLB 35, animée par un quatre cylindres turbo générant 302 étalons et un couple de 295 livres-pied. Quant à une version électrifiée EQ Boost ou une AMG GLB 45, alors là, on commence à fabuler, mais quand il s’agit de constructeurs de luxe allemands, il ne faut jamais dire jamais.

Plus abordable que le GLC, nettement plus pratique que la GLA, ce nouveau membre de la famille de Mercedes-Benz risque de causer bien des maux de tête chez les marques concurrentes. Il pourrait aussi finir par cannibaliser des ventes à ses confrères, surtout dans le cas du GLA qui, dans sa forme actuelle, est trop petit pour être un véhicule réellement familial.

On ne serait même pas surpris de voir le GLA disparaître en Amérique du Nord si le GLB démontre une plus grande popularité. Parce qu’on a beau offrir une gamme complète chez Mercedes-Benz, le fait d'avoir huit utilitaires à commercialiser – en incluant les variantes Coupé GLC et Coupé GLE – représente un casse-tête à la fois pour les concessionnaires et pour les consommateurs.

Assemblé au Mexique, le Mercedes-Benz GLB 250 4MATIC 2020 se détaillerait, selon toute logique, entre 45 000 $ et 55 000 $ au Canada. Voilà qui en ferait un véhicule fort intéressant.

Feu vert

  • Données insuffisantes

Feu rouge

  • Données insuffisantes

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires