McLaren 720S - MYDREAM

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

MYDREAM. Voilà sans doute la plaque personnalisée qui se retrouverait sur cette belle anglaise, si elle devenait mienne. Car la première expérience vécue à son volant n’a pour moi d’égale que la seconde, qui s’est déroulée l’hiver dernier sur les magnifiques routes de l’Arizona. Un moment d’extase où j’ai pu découvrir toutes les vertus d’un bolide que je place officiellement au sommet de la très longue liste de mes voitures de rêve.

En début d’année 2019, j’avais donc la chance de reprendre le volant de la 720S. Et cette fois, en version Spider puisqu’il s’agissait alors de la dernière addition à la gamme. Débarquée presque dix-huit mois après le coupé, la Spider a pourtant été développée au même moment. Or, McLaren a choisi de retarder son arrivée, sûrement pour garder les gens en haleine, mais aussi en sachant que certains propriétaires de coupés allaient sans doute faire le saut vers le cabriolet. Fins stratèges, n’est-ce pas?

Dix kilos

Il faut dire que la version Spider est tout aussi spectaculaire que le coupé. Une ligne à couper le souffle, caractérisée par un museau plongeant, des portières en élytre et une partie arrière fuyante. La plupart des éléments esthétiques demeurent donc identiques, tels le gigantesque diffuseur et la position des pots d’échappement, logés entre les feux arrière. Sur la version Spider, l’ajout du panneau de toit rétractable qui, au passage, ne requiert que 11 secondes pour son déploiement, n’engendre étonnamment qu’un surplus de poids de 10 kilos. S’ajoutent à cela des piliers arrière vitrés pour améliorer la visibilité, ainsi qu’un panneau de toit transparent équipé d’une technologie permettant d’en modifier l’opacité afin de diminuer le pourcentage de pénétration de la lumière.

Affichant une finition irréprochable, l’habitacle de la 720S étonne également par son confort et son ergonomie. L’écran multifonction développé par McLaren est d’ailleurs d’une grande simplicité d’utilisation, un point stratégique pour le conducteur qui ne désire que prendre plaisir au volant. Et bien sûr, inutile de mentionner que la position de conduite constitue l’un des points forts de cette voiture qui, curieusement, ne nécessite pas les talents d’un acrobate pour s’y installer.

À peine plus lourde que la nouvelle Ferrari F8 Tributo, pour une puissance similaire, la 720S a d’abord été développée pour une expérience de conduite ultime. Châssis et carrosserie de fibre de carbone contribuent ainsi à son poids allégé ainsi qu’à sa grande rigidité. Propulsée, la voiture hérite donc d’un petit V8 de 4,0 litres turbocompressé, faisant équipe avec une boîte robotisée à sept rapports. Une motorisation raffinée, puissante à outrance et en parfaite harmonie avec la voiture. Amateurs de chiffres, tenez-vous bien. Un 0-200 km/h en 7,8 secondes, un quart de mile en 10,4 secondes et une vitesse de pointe de 341 km/h. Ouaip!

Rouler au Québec

Vous aurez compris qu’il est plus délicat de conduire ce genre de voitures sur nos routes qu’un Grand Cherokee. Or, sachez que la 720S s’adapte bien à nos conditions routières, en excluant bien entendu la saison froide. D’abord, parce qu’en sélectionnant le mode de conduite « confort », la suspension qui combine hydraulique et gestion électronique s‘assouplit pour effectuer un boulot sensationnel. Mais aussi parce qu’il vous est possible de régler de façon indépendante la suspension et le rendement mécanique, afin d’obtenir un comportement se rapprochant presque de celui d’une GT. McLaren va même jusqu’à offrir un dispositif d’élévation du museau, pratique pour franchir une bordure de trottoir ou un dos d’âne.

À l’opposé, vous pourrez également sélectionner les modes « sport » ou « track » afin de tirer le meilleur de cette voiture qui, en dépit de ses roues motrices arrière, demeure littéralement vissée au bitume. Pour encore plus de plaisir, McLaren y ajoute même un mode baptisé Variable Drift Control, ce qui vous permettra d’ajuster à même l’écran le degré de glisse de la partie arrière, avant que le contrôle dynamique de stabilité s’en mêle.

Sachez-le, la 720S est une véritable machine à sensations fortes, une catapulte en accélération, qui défie les lois de la physique et qui, par sa sonorité mécanique, intimide de façon instantanée. Cela dit, on fait rapidement corps avec cette voiture. Parce que tout a été finement étudié pour que le conducteur s’y sente à l’aise, dans l’optique d’une expérience de conduite ultime, en toute situation. Ajoutez à cela le niveau de passion des concepteurs de cette petite entreprise, qui ont tous ça dans le sang, et vous avez là le secret d’une automobile que je qualifie comme étant l’une de mes belles découvertes en carrière.

Feu vert

  • Performances ahurissantes
  • Ligne à couper le souffle
  • Comportement, autant sur piste que sur route
  • Habitacle élégant et convivial

Feu rouge

  • La facture, incluant les options
  • Dépréciation considérable
  • Vous force à voyager léger

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires