Mazda MX-5 - L’ADN de la marque

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

Simplicité et pureté. Ce sont les deux mots qui expriment le mieux le caractère de ce roadster au style absolument superbe et dont la dynamique fait pâlir d’envie plusieurs sportives accomplies. Le modèle actuel est celui de la quatrième génération, répondant au nom de code ND, et c’est un véritable bijou qu’a réalisé le designer Shunji Tanaka, qui a eu la main heureuse en esquissant des lignes carrément remarquables qui savent traverser l’épreuve du temps. En fait de design, c’est une pure réussite, rien de moins…

Même constat du côté de l’habitacle, où la simplicité prime avec une position de conduite parfaite, et où toutes les commandes tombent facilement sous les yeux ou la main. Même l’opération du toit souple est d’une facilité désarmante. Il suffit d’actionner un loquet pour ensuite envoyer la toile vers l’arrière, d’une seule main, même en roulant à faible allure. Les seuls bémols que l’on peut émettre au sujet de cet habitacle concernent les porte-gobelets, mal localisés au point de les rendre inutilisables, et les rangements, très limités.

Sur la route, la MX-5 fait la démonstration éloquente qu’il n’est pas nécessaire de mettre son permis de conduire en jeu pour éprouver de réelles sensations au volant. L’an dernier, les ingénieurs de la marque ont revu le moteur quatre cylindres atmosphérique de 2,0 litres pour porter sa puissance à 181 chevaux grâce, entre autres, à une révision complète de l’admission et de l’échappement, à une réduction de la masse des pistons et des bielles, et à une recalibration de l’injection. Cette révision mécanique a permis de rehausser la limite de révolutions-moteur de 6 800 à 7 500 tours/minute.

La MX-5 est livrable avec une boîte de vitesses manuelle classique ou automatique. Entre les deux, il ne faut pas hésiter, ne serait-ce qu’une seule seconde, la boîte manuelle de la MX-5 étant absolument parfaite, et on ne se lasse pas de jouer du levier pour profiter de l’étagement de cette boîte qui permet d’exploiter pleinement la performance du moteur. Le châssis est parfaitement équilibré avec une répartition optimale des masses qui est le gage d’une dynamique hallucinante. En quelques mots, les réactions de ce roadster sont à ce point progressives et prévisibles, que l’on ne peut être que sublimé par la vivacité de cette véritable machine à sensations.

La variante RF

Sur la variante RF, ou Retractable Fastback, un toit rigide d’inspiration Targa remplace la capote souple en toile de la MX-5 classique. L’opération permettant de passer d’un coupé au roadster, ou inversement, prend moins de quinze secondes au cours desquelles on observe le mouvement des deux arches faisant figure de piliers « C », suivi du repli du pavillon et de la lunette arrière dans un logement prévu à cet effet.

Précisons également que le repli du toit n’affecte presque pas le volume de chargement, réduit de seulement trois litres par rapport à la MX-5 classique, mais que le toit rigide rétractable ajoute une quarantaine de kilos à la masse de la voiture. Pour composer avec ce poids légèrement plus élevé, et pour donner une vocation typée un peu plus grand tourisme à la RF, les ingénieurs ont revu les liaisons au sol en adoptant des suspensions à plus grand débattement, ce qui bonifie légèrement le confort.

30 ans déjà!

Pour célébrer le trentième anniversaire de la MX-5, qui a vu le jour au Salon de l’auto de Chicago, en 1989, Mazda a décidé de créer une édition spéciale, répondant au nom de « Racing Orange, limitée à 3 000 exemplaires, lesquels sont tous peints, vous l’avez deviné, de couleur orange, et disponibles en roadster classique à toit souple ou en variante RF à toit rigide rétractable. En plus de cette teinte inédite, on remarque de nouvelles jantes en aluminium forgé, conçues spécifiquement pour cette MX-5 par l’équipementier japonais Rays, et des étriers de freins, Brembo à l’avant et Nissin à l’arrière, qui sont également peints de couleur orange.

Sans oublier la présence d’un écusson « 30th anniversary » apposé sur la carrosserie de chaque voiture. Précisons aussi que les modèles à boîte manuelle sont dotés d’amortisseurs Bilstein à calibration spécifique. Le design intérieur évoque la teinte de la carrosserie, avec des inserts sur les sièges, conçus par Recaro, ainsi que sur le tableau de bord et le levier de vitesses, alors que la chaîne audio provient de chez Bose et compte neuf haut-parleurs.

En terminant, il convient de souligner la très grande fiabilité de la MX-5, ses coûts d’entretien très faibles pour une sportive, ainsi que sa très bonne valeur de revente. Si la tentation de vous procurer une voiture enthousiasmante à chaque balade vous guette, je vous recommande fortement de succomber au charme de la MX-5. Vous ne serez pas déçu…

Feu vert

  • Agrément de conduite au summum
  • Style intemporel
  • Excellente ergonomie
  • Fiabilité et valeur de revente

Feu rouge

  • Rangements limités
  • Porte-gobelets inutilisables
  • Volume du coffre

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires