Subaru WRX - Mutation imminente

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

Bien que la WRX/STI demeure une arme de choix auprès des amateurs de performances, cette sportive commence à se faire vieille. Il semblerait qu’une toute nouvelle WRX se prépare chez Subaru. Au moment d’écrire ces lignes, nous n’en savons toujours rien, mais il est tout à fait logique d’avancer qu’elle sera construite sur la nouvelle architecture Subaru Global Platform du constructeur, celle qui supporte presque tous les véhicules de la gamme actuelle.

Il faut avouer que malgré son âge, la Subaru WRX reste une proposition alléchante par sa mécanique efficace, qui a peu évolué depuis son introduction, au début des années 2000. De plus, malgré l’arrivée de nouvelles concurrentes dans l’arène, comme la Honda Civic Type R et la Hyundai Veloster N, sans oublier la Volkswagen Golf R, la WRX continue à bien se vendre, puisque fort appréciée par ses propriétaires.

Son secret? Ses performances plus que suffisantes pour le prix payé, un habitacle spacieux, un coffre volumineux et, par-dessus tout, parce qu'on a affaire à une sportive exploitable à l’année, capable de coller le sourire au visage de son propriétaire, peu importent les conditions routières.

Quelle sera la nouvelle mécanique?

Nous ignorons quel sera le moteur qui alimentera la prochaine WRX, néanmoins force est d’admettre qu’il s’agira du même quatre cylindres turbo de 2,4 litres qui propulse l’Ascent, la Legacy et l’Outback.

Avant que cela se produise, son moteur de 2,0 litres à cylindres est toujours proposé, déployant 268 chevaux et un couple de 258 lb-pi. Sans surprises, le rouage intégral demeure de la partie, ainsi que la boîte manuelle à six rapports. Ayant comme but de faire d’elle une sportive « docile » et facile à manipuler au quotidien, Subaru offre une boîte automatique à variation continue (CVT) à sa WRX depuis quelques années, boîte qui nous a étonnement surpris par son efficacité remarquable et sa douceur d’opération.

Même équipée de la CVT, la WRX franchit le 0 à 100 km/h sous la barre des six secondes. Il faut par contre opter pour la boîte manuelle si l'on désire réduire ce temps à 5,4 secondes et, du coup, rendre la voiture plus agréable à conduire.

Le gros aileron ne bouge pas

La WRX STI, quant à elle, continue de tenir le flambeau de la Subaru la plus sportive jamais commercialisée. Son moteur de 2,5 litres propose 310 chevaux et un couple de 290 lb-pi, et seule une boîte manuelle à six rapports est offerte, faisant d’elle une réelle bombe conçue pour les amateurs de sensations fortes.

De plus, la STI se démarque davantage de la WRX par un différentiel ajustable via une molette centrale, permettant à son conducteur d’alterner la répartition de la puissance vers les roues avant ou arrière, à sa guise. Des freins surdimensionnés de type Brembo, des jantes spécifiques et un aileron qui ne passe nullement inaperçu rendent la STI bien distinctive. On peut toutefois remplacer cet aileron par un béquet plus subtil. Subaru en a également profité pour raccourcir les rapports de sa boîte de vitesses, laquelle se voit également renforcée pour mieux encaisser une conduite agressive. Ainsi, le caractère de la WRX STI diffère entièrement de celui de sa petite sœur.

Étant donné que la WRX dispose d’un turbo plus petit, celui-ci livre sa poussée de couple plus bas dans la plage de puissance ainsi que d’une manière plus douce et constante, ce qui fait d’elle une sportive vraiment plus facile à endurer au quotidien, une auto qui enregistre même une consommation d’essence intéressante.

La STI, quant à elle, ne fait aucun compromis et ne s'excuse pas pour son comportement indocile. Son turbo, plus volumineux, s’active plus tard dans la plage de puissance, confiant à la bagnole des accélérations carrément plus violentes que celles d’une WRX. Cette caractéristique, combinée à des rapports de vitesse raccourcis et à une suspension plus ferme, fait de la STI une bête beaucoup plus difficile à maîtriser en conduite animée, obligeant son conducteur à toujours demeurer alerte derrière le volant. Cette qualité, ou ce défaut, fait de la WRX STI une sportive unique face à sa nouvelle concurrence nettement plus raffinée. Certains l’accusent d’être rudimentaire, d’autres l’adorent justement pour cette raison. On a affaire à une voiture sport comme il ne s’en fait plus.

Quant à son habitacle, celui-ci reste fonctionnel, sans artifices, ni matériaux si épatants que ça pour le prix payé. Son système multimédia, mis à jour pour l’année-modèle 2019, est toutefois facile à maîtriser, les menus sont clairs, et il intègre Android Auto et Apple CarPlay.

Pour conclure, si la WRX STI paraît un jouet dispendieux à l’achat et en assurances, la WRX constitue le compromis idéal pour n’importe quel adepte de performances voulant combiner agrément de conduite et convivialité journalière.

Feu vert

  • Performance toute saison
  • Rouage intégral efficace
  • Habitacle et coffre spacieux
  • Excellent rapport performance-prix (WRX)

Feu rouge

  • Prix élevés (STI)
  • Coûts d’assurance à la hausse (STI)
  • Consommation d’essence médiocre (STI)
  • Voiture vieillissante

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires