Lexus NX - Difficile de ne pas être déçu

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

En regardant le Lexus NX et après avoir parcouru quelques centaines de kilomètres à son volant, tout ce qui me vient en tête, c’est une série d’onomatopées : « bof! », « ouin! », « ouf! ». Tout ça pour dire qu’on ne tombe pas en bas de sa chaise lorsqu’on conduit ce véhicule utilitaire sport compact. Et lorsqu’on l’analyse non plus.

Ce qui saute d’abord aux yeux, c’est son style audacieux. Il pourrait difficilement être plus controversé. Comme l’ensemble des véhicules de la marque de prestige de Toyota, sa calandre proéminente imite la forme d’un sablier. Bien qu’à mon avis, le coup de crayon général n’est pas particulièrement réussi, ce serait exagéré d’affirmer que c’est gênant.

Sous le capot du NX, on retrouve un moteur à quatre cylindres de 2,0 L agrémenté de la turbocompression. Jumelé à une boîte automatique à six rapports, il développe une puissance raisonnable de 235 chevaux. Lexus vante l’agilité dynamique de son VUS. Euh non! Certes, on doit reconnaître les performances de son moteur. En revanche, on est loin de parler d’excitation au volant. Disons qu’il s’avère confortable, ce qui constitue un atout substantiel.

Considérant que la marque Lexus se démarque des autres constructeurs par la fiabilité de ses véhicules, il est étonnant de constater l’utilisation de la turbocompression, comme pour la berline IS. En effet, rappelons qu’à long terme, un moteur turbocompressé a tendance à être plus fragile, capricieux et plus coûteux en entretien. Et ça, ça ne fait pas partie des habitudes de Lexus. Pour l’instant, la mécanique du NX s’avère toutefois solide.

Si le budget nous le permet, l’ensemble F SPORT offert sur le NX 300 est intéressant. Non seulement on ajoute une calandre d’allure plus affirmée, des jantes en alliage de 18 pouces – redessinées pour 2020 – et une suspension raffermie, mais aussi des caractéristiques de confort et de commodité comme un volant chauffant, un toit ouvrant, une colonne de direction à réglage électrique et des sièges avant ventilés.

Aussi une version hybride

Comme c’est le cas pour une panoplie de véhicules des marques Toyota et Lexus, le NX peut lui aussi être animé par une motorisation hybride. Il s’agit d’un bloc à quatre cylindres de 2,5 L, jumelé à trois moteurs électriques, créant ainsi un rouage intégral. Le tout déploie une puissance combinée de 194 chevaux et est lié à une boîte automatique à variation continue électronique.

La version hybride coûte seulement 2 500 $ de plus à l’achat que la version à essence, et sa consommation est beaucoup plus basse. En effet, en conduite combinée ville/route, le NX 300 consomme 9,7 L/100 km alors que le NX 300h se contente d’une moyenne de 7,5 L/100 km. On s’entend pour dire qu’il s’agit là d’un indice de consommation plus qu’acceptable, d’autant plus que la version hybride roule à l’essence ordinaire, alors que le NX 300 turbo nécessite du carburant super. On souhaiterait toutefois qu’une déclinaison hybride rechargeable soit offerte par ce manufacturier, puisque des rivaux comme le Mercedes-Benz GLC et l’Audi Q5 en proposent maintenant.

Technologie décevante, sécurité épatante

À l’extérieur comme à l’intérieur, le travail des designers fait jaser. Non seulement le coffre est petit et mal aménagé, mais le système multimédia a été particulièrement mal conçu. Pour naviguer à travers les interminables menus, un pavillon tactile a été placé sur la console centrale. Changer de station de radio devient un événement en soi. En plus d’être complexe à utiliser, ce système crée des distractions inutiles pour le conducteur. Notons aussi que ledit système est compatible avec Apple CarPlay, mais pas Android Auto.

Heureusement, on se rattrape en ce qui a trait à la sécurité. Pour 2020, Lexus équipe de série son NX du système de sécurité Lexus+ 2.0. Celui-ci comprend les feux de route automatiques, l’alerte de sortie de voie, le régulateur de vitesse dynamique à radar et le système de précollision avec détection des piétons. En option, on peut ajouter la surveillance des angles morts avec alerte de circulation transversale arrière ainsi que la prévention active de sortie de voie.

Pour ce qui est des ventes, le NX se débrouille franchement bien au Canada, étant le deuxième modèle Lexus le plus vendu, tout juste derrière le RX. Dans sa catégorie, il doit toutefois concéder l’avance au trio de VUS compacts germaniques, que sont les BMW X3, Mercedes-Benz GLC et Audi Q5.

Bref, ce n’est pas le plus beau du segment. Pas le plus palpitant à conduire non plus, surtout dans sa livrée hybride. Mais si l’on se fie à la fiabilité générale de la marque Lexus, on sait qu’on sera capable d’avaler des tonnes de kilomètres en toute quiétude. On ne peut en dire autant de certains de ses rivaux.

Feu vert

  • Roulement confortable
  • Fiabilité générale de la marque
  • Version hybride peu énergivore

Feu rouge

  • Version hybride non rechargeable
  • Système multimédia pénible à utiliser
  • Trop peu logeable

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires