Lexus LX - Un Land Cruiser de luxe

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

Les marques de luxe japonaises et américaines élaborent habituellement leur gamme à partir de modèles déjà offerts par la maison-mère. La méthode est payante puisqu'elle permet de transformer, à peu de frais, des véhicules de grande diffusion en véhicules de niche plus luxueux ou plus sportifs. Pour concocter sa gamme de VUS, constituée des GX, LX, NX, RX et UX, Lexus a donc pigé dans les cartons de Toyota, qui a mis à sa disposition les plates-formes des 4Runner, Land Cruiser, RAV4, Highlander et C-HR.

Sans surprise, le RAV4 et le Highlander sont les VUS les plus vendus chez Toyota alors que leurs équivalents chez Lexus, le NX et le RX, s’avèrent aussi les plus populaires. Si le Land Cruiser (commercialisé aux États-Unis) et le 4Runner connaissent des ventes satisfaisantes, leurs clones LX et GX sont pratiquement laissés pour compte.

En comparant le LX et le GX, les chiffres démontrent que ce dernier remporte un succès indéniable chez nos voisins du Sud, se vendant à plus de 25 000 unités par année, alors qu'au Québec, à peine une vingtaine d'unités trouvent preneurs. Au Canada, la commercialisation du GX va un peu mieux avec plus de 300 exemplaires liquidés annuellement. De son côté, le LX mène une carrière plus florissante – une centaine d'unités au Québec et près d’un millier dans le reste du Canada.

Or, c'est aux États-Unis que le LX connait des difficultés avec des ventes qui représentent à peine 25% du volume individuel des Infiniti QX80, Lincoln Navigator, Mercedes-Benz GLS et Range Rover. Pour les amateurs de statistiques, le Cadillac Escalade demeure de loin le VUS de luxe grand format le plus vendu en Amérique du Nord avec presque 40 000 unités par année. Au Québec, le Mercedes-Benz GLS remporte la palme, suivi du QX80, du Range Rover, de l'Escalade, du Navigator et du LX, qui termine bon dernier.

Édition spéciale Heritage

Pourtant, la feuille de route du LX n'est pas piquée des vers. Malgré un design qui ne fait pas l'unanimité, il dispose des éléments mécaniques du réputé Toyota Land Cruiser. À propos de ce dernier, une édition spéciale Heritage, visant à souligner sa carrière des soixante dernières années, sera offerte aux États-Unis en 2020. Dévoilé au Japon en 1951, sous les traits d'un véhicule inspiré du Jeep Willys, le Land Cruiser est débarqué chez les Américains en 1958. C'est le modèle Série 40 (FJ40), introduit en 1960, qui donnera des lettres de noblesse au Land Cruiser.

Assemblé sur la même base que celle du Land Cruiser, le LX est l'un des rares VUS sinon le seul de sa catégorie à être doté d'une structure de carrosserie déposée sur un cadre en échelle. Cette conception a le mérite d'offrir un silence de roulement et un confort inégalés, en plus d'améliorer les capacités hors route. On serait surpris qu'un propriétaire ose s'aventurer en terrain accidenté au risque d'endommager les jantes de 20 ou 21 pouces, néanmoins il est intéressant de constater que les angles d'approche (25 degrés) et de sortie (20 degrés) des porte-à-faux avant et arrière se comparent à ceux du Range Rover. En rehaussant la garde au sol avec la suspension à air de série, il va sans dire que les angles d'attaque sont encore plus prononcés.

Le LX dispose également de plaques de protection sous le châssis pour protéger les organes mécaniques contre les bosses, ornières et rochers. Parmi les dispositifs d'aide à la conduite hors route, on retrouve un régulateur de traction à cinq modes (boue/sable, terrain rocailleux, bosses, rochers ou terre), des commandes d'assistance pour le démarrage en pente ainsi que pour la descente, un boîtier de transfert à deux gammes de vitesse et une commande marche lente (en option) qui module automatiquement l'accélérateur et les freins selon trois modes de basse vitesse afin que le conducteur reste concentré sur les obstacles à franchir.

Série Inspiration

Pour se déplacer, le LX est équipé d'un V8 de 5,7 litres qui développe 383 chevaux et un couple de 403 livres-pied. Certes, la puissance est moindre que celle de ses concurrents. Néanmoins, le LX a fait quelques progrès techniques et il dispose d'une boîte automatique à huit rapports tandis que son frère, le GX, conserve une vieillissante boîte à six rapports.

À la question : pourquoi le LX est-il moins populaire que ses rivaux? La réponse semble assez simple. Vendu à plus de 110 000 $, le LX est plus cher que ses concurrents à l'exception du Range Rover, qui navigue dans les mêmes eaux (sans compter les options). Évidemment, l'habitacle, extrêmement luxueux, témoigne d’une finition sans reproche. Si l'apparence du LX vous semble trop classique, on peut opter pour l’ensemble Exécutif doté de l’une peinture Bleu crépuscule et un habitacle Cabernet, ou bien l’ensemble Sport profitant d’une calandre redessinée et deux teintes de carrosserie.

Feu vert

  • Confort et silence de roulement
  • Capacités hors route
  • Fiabilité éprouvée

Feu rouge

  • Consommation élevée
  • Pavé tactile déroutant
  • Volume du coffre étriqué (3e banquette relevée)

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires