Nissan Versa 2009, un succès mérité

Points forts
  • Qualité générale impressionnante
  • Confort exceptionnel
  • Habitacle spacieux
  • Bon rapport équipement/prix
  • Bonne position de conduite
Points faibles
  • Transmission CVT ennuyeuse
  • Sièges arrière non rabattables à plat
  • ABS optionnel (Versa S)
Évaluation complète

Si plusieurs produits de la marque ont perdu en popularité au cours des dernières années, d'autres en pris un envol pour le moins spectaculaire. On peut notamment penser à l'utilitaire compact Rogue dont la popularité fait oublier le Xtrail, mais surtout à la Versa, qui compte aujourd'hui pour plus de 30% des ventes de l'ensemble des produits Nissan.

Bien sûr, le Québec toujours friand de voitures compactes et sous-compactes est un marché très populaire pour la Versa. En fait, presque une Versa sur deux vendue au Canada trouve preneur dans le Belle Province, ce qui explique peut-être pourquoi les publicités de Nissan qui nous sont présentées ne sont plus d'ordre national.

Mais pourquoi la Versa connait-elle un si grand succès chez nous? Tout simplement parce que ses dimensions, plus généreuses que celles de ses rivales directes, lui permettent de jouer dans plusieurs ligues. Du côté des sous-compactes, la Versa tire son épingle du jeu parce qu'elle propose plus de confort et d'espace, alors que du côté des compactes, plusieurs la considèrent pour son prix nettement plus alléchant. Il n'est d'ailleurs pas rare de voir entrer chez Nissan un client qui au départ, avait jeté son dévolu sur une Matrix ou une Caliber. Pourtant, la logique voudrait qu'un acheteur de Versa soit plutôt celui d'une Yaris ou d'une Honda Fit…

Une qualité évidente

Les produits Nissan ne se sont pas particulièrement démarqués depuis quelques années, pour leur qualité de construction. Et encore aujourd'hui, certains modèles n'impressionnent guère à ce niveau. Seulement, il en va autrement pour la Versa. Conçue conjointement avec Renault, la Versa respire la qualité à tous les niveaux. On y retrouve une qualité de finition extérieure et intérieure honorable, en plus d'un sentiment de solidité et de robustesse qui n'a pas lieu d'être sur un Rogue.

À bord, la Versa n'est pas aussi avant-gardiste que la Honda Fit. Sa planche de bord est moins futuriste et il est vrai que la polyvalence liée à la modularité des sièges n'est pas aussi poussée. Toutefois, la Versa, qui ne propose pourtant pas un habitacle beaucoup plus spacieux, donne l'impression d'une voiture de plus haut de gamme. Sans doute que le confort des sièges et les accoudoirs rembourrés y sont pour quelque chose, mais à ce niveau, Honda n'a rien non plus à se reprocher. En revanche, la Versa propose un équipement beaucoup plus généreux et ce, peu importe la version choisie. Et même en optant pour une version " toute garnie ", la facture demeure raisonnable. Voilà donc un net avantage par rapport à Honda, qui ose en plus vous limiter sévèrement dans le choix des couleurs.

Côté volume, la Versa à hayon surpasse hormis la Honda Fit, l'ensemble de ses rivales directes. Donc, contrairement à la Yaris à hayon, vous bénéficierez à la fois d'un véritable coffre et de places arrière très généreuses. En fait, elles sont à ce point spacieuses qu'on y retrouve plus de dégagement que chez la Sentra, une voiture hiérarchiquement supérieure à la Versa chez Nissan.

Vivement la manuelle…

La Versa à hayon n'est offerte qu'avec un seul choix de motorisation, soit un quatre cylindres de 1,8 litre d'une puissance de 122 chevaux. Passablement performant, ce dernier propose des accélérations honnêtes et un rendement certainement supérieur à la moyenne. On le jumelle de série à une boîte manuelle à six rapports, laquelle permet d'exploiter au maximum la puissance disponible, tout en maximisant la consommation de carburant. De plus, cette boîte engendre un certain plaisir à l'utilisation, ce que l'autre transmission offerte en option, ne fait pas. C'est qu'en fait, la boîte optionnelle se veut une automatique à rapport continuellement variable. Certes, elle fait du bon boulot, surtout en comparaison à celle d'une Dodge Caliber, mais pour les sensations on repassera. Il faut également savoir que cette boîte engendre une augmentation considérable de la consommation, qui peut alors se chiffrer à environ 8,5 litres aux 100 kilomètres.

Un petit aller-retour Montréal Sherbrooke m'aura permis de constater une fois de plus que la Versa est bien plus qu'une citadine compétente. En fait, par son insonorisation poussée, l'équilibre de ses suspensions et par la position de conduite qu'elle propose, elle m'aura prouvée qu'elle se démarque avantageusement de toutes ses rivales en matière de confort. Même des voitures comme la Matrix et la Suzuki SX4 ne parviennent pas à offrir un tel niveau de confort. Et il en va de même en matière de stabilité routière, un élément surprenant sur la Versa et qui échappe encore à certaines compactes drôlement plus chères.

Au volant, la Versa n'est en revanche pas aussi sportive que la Fit. Un peu moins nerveuse, elle propose une direction électrique un brin plus engourdie, ainsi qu'une suspension qui en dépit d'un bel équilibre, laisse un peu plus de place au roulis. Il faut toutefois reconnaître que la Versa jouit d'une grande rigidité structurelle, et qu'elle n'a rien à se reprocher en matière de sécurité. Oh oui, une chose : l'ABS qui n'est pas de série sur la version S. Mais à tout le moins, on le propose. Ajoutons que Nissan a confirmé la disponibilité pour 2010 du contrôle dynamique de stabilité sur toutes les versions, une caractéristique qui sera de série sur la version SL.

Facture alléchante? Certainement. En fait, non seulement les prix de détails suggérés sont raisonnables, mais on parvient également à offrir de bons incitatifs financiers, ce qu'Honda ne fait absolument pas. Je tiens aussi à insister sur le fait qu'à prix égal avec une Toyota Yaris, la Versa représente une bien meilleure affaire. Pourquoi? Parce que le seul avantage de la Yaris, c'est une économie de carburant d'environ 10%. Tout le reste donne raison à la Versa. Et si j'insiste sur ce point, c'est parce que la Yaris demeure encore à ce jour la sous-compacte la plus populaire, ce qui selon moi est injustifiable.

Chose certaine, Nissan a visé juste avec la Versa. Son succès comme le haut taux de satisfaction de la clientèle est d'ailleurs là pour le prouver. Il ne reste à Nissan qu'à conserver cette ligne de pensée lors de son renouvellement, et pourquoi pas, lors de celui de la Sentra. Car pendant que la Versa brille de tous ses feux, l'autre bât de l'aile…

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires