L’Alfa Romeo Montréal a 50 ans

Un classique italien né ici-même au Québec fête les 50 ans de sa production en 2020. L’Alfa Romeo Montréal, dont le prototype avait été présenté en première mondiale lors de l’Expo 67, a fait ses débuts en tant que modèle de série au Salon de l’auto de Genève 1970.

La carrière de ce coupé sport n’a duré que sept ans, au cours desquels un peu moins de 4 000 exemplaires ont été fabriqués – tous destinés à l’Europe et aucun pour le Canada, ironiquement (Alfa Romeo ne voulait pas créer de modèle pour respecter nos normes d’émissions spécifiques). Petit retour sur une voiture qui a marqué des amateurs québécois – et pas juste à cause de son nom.

Un muscle car italien… ou presque

Œuvre de Marcello Gandini, qui travaillait pour le carrossier Bertone et qui est aussi responsable de la Lamborghini Miura, le design de l’Alfa Romeo Montreal a passablement changé en évoluant d’un concept à la production. L’idée de départ était de prendre le châssis et le moteur à quatre cylindres du coupé Giulia, mais c’est finalement un V8 qui a été retenu, faisant écho aux puissants muscle cars américains. Il a donc fallu relever la ceinture de caisse et modifier le vitrage.

Photo: WheelsAge

Dérivé de la course automobile, le moteur en question était placé à l’avant (malgré ce que laissaient croire les prises d'air arrière) et possédait une cylindrée de 2,6 litres. Il était pourvu d'un allumage électronique et d'un carter sec et faisait équipe avec une boîte manuelle ZF à cinq rapports pour transférer ses 197 chevaux et 173 livres-pied de couple aux roues arrière.

Longue de 4,22 mètres et pesant 1 270 kilogrammes (2 800 livres), la Montreal arborait des phares quadruples partiellement cachés par des calandres, une fausse prise d’air sur le capot, un derrière de type fastback et un double échappement central.

Photo: WheelsAge

Fait intéressant aussi, la production était répartie entre trois usines : celle d’Alfa Romeo à Arese (châssis et mécanique) et les deux de Bertone à Caselle (assemblage de la carrosserie) et Grugliasco (peinture et habitacle). Au final, la voiture coûtait cher; elle était même plus dispendieuse que les Porsche 911 et Jaguar E-Type de l’époque.

Aujourd’hui, des collectionneurs paient jusqu’à plus de 200 000 $ pour un exemplaire en bon état.

Nouvelle couleur : Vert Montréal

Parlant de Montréal, Alfa Romeo a modernisé les Giulia et Stelvio pour 2020, notamment en ajoutant de nouvelles couleurs dont Vert Montréal (comme vous pouvez le voir ci-dessous et dans notre galerie de photos) pour certains marchés.

Photo: FCA

Malheureusement, celle-ci ne figure pas dans le catalogue canadien. Les ajouts sont Blanc lunaire, Bleu anodisé et, dans le cas de la Giulia, Vert Visconti. Espérons qu’elle viendra ultérieurement, car les deux modèles ont étonnamment fière allure dans cette teinte.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisAlfa Romeo Giulia 2020 : bellissima!
Pour les besoins de cet essai, j’ai dû recourir au service d’un concessionnaire qui a bien voulu me prêter une automobile, afin que la Giulia obtienne un brin de visibilité. Pour votre gouverne, ce sont normalement les constructeurs eux-mêmes qui prêtent les voitures aux journalistes, dans le but de mettre …
ActualitéAlfa Romeo présente deux versions plus radicales de la Giulia
Au moment où aurait eu lieu le Salon de l’auto de Genève , Alfa Romeo a dévoilé une nouvelle déclinaison de la Giulia. Plus radicale que jamais, la berline italienne porte le suffixe GTA. Rappelons que l’appellation signifiant « Gran Turismo Alleggerita » avait été apposée à la Giulia en …
ActualitéLes Alfa Romeo Giulia et Stelvio se modernisent pour 2020
Après avoir lancé pour 2019 de nouvelles éditions limitées Quadrifoglio NRING qui rendent hommage aux décennies de succès d’Alfa Romeo sur le fameux circuit du Nürburgring, la marque italienne y va d’une série d’améliorations à ses deux modèles les plus populaires pour 2020. De façon générale, ces changements viendront rehausser …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires