Acura RDX 2020 : pavé tactile de %&*?#$/

Points forts
  • Moteur turbocompressé performant
  • Intérieur en cuir rouge appréciable
  • Globalement confortable
Points faibles
  • Son système d’infodivertissement est l’un des pires de l’industrie
  • Le RDX n’est pas aussi envoûtant à conduire que ce qu’il prétend
  • Peu d’éléments pour se démarquer de la forte concurrence
Évaluation complète

En 2007, Acura s’est lancé dans le créneau des véhicules utilitaires sport (VUS) de luxe en introduisant le RDX. L’année 2019 marquait, quant à elle, l’arrivée de la troisième génération du modèle.

On vient de mettre à l’essai le RDX A-Spec 2020 et voici notre compte rendu. Soulignons qu’il n’y a aucun changement majeur par rapport à l’an dernier.

Turbocompression

Sous le capot du RDX 2020 loge un moteur VTEC à quatre cylindres de 2 L agrémenté par un turbocompresseur. Il déploie 272 chevaux et un couple de 280 livres-pied. Considérant le format du véhicule, il s’agit d’une cavalerie plus que respectable. Force est d’admettre que ce moulin ne manque pas de souffle.

Il travaille en équipe avec une transmission automatique à dix rapports. Dans l’ensemble, celle-ci effectue du bon boulot. Bien qu’elle ne brille pas par sa vivacité, il serait faux d’affirmer qu’elle est hésitante. Il s’agit de la seule mécanique offerte pour ce modèle.

SH-AWD

De série, l’Acura RDX est livré avec le système « toutes roues motrices super-maniabilité ». En gros, les quatre roues sont motrices et c’est ce que signifie le sous-titre du paragraphe. Il ne fait aucun doute que pour l’hiver québécois, il s’agit d’une caractéristique dont on peut difficilement se passer.

Pour ce qui est de la « super-maniabilité », c’est tout simplement une expression créée de toute pièce par le département du marketing sans doute. Grâce à ce système, le RDX est censé maîtriser les virages. La vérité, c’est que l’acheteur moyen se servira de son RDX pour faire l’aller-retour au boulot puis se rendre à l’aréna du quartier avec les enfants.

Qui plus est, on met notre main au feu qu’une très grande majorité des acheteurs ne seront pas à même de percevoir cette pseudo maniabilité. Oui, le RDX tient la route, mais pas plus que ses concurrents chez Mercedes-Benz et BMW.

Le pavé tactile que vous voudrez jeter au bout de vos bras

Certains systèmes d’infodivertissement sont plus intuitifs que d’autres. Or, au dernier rang de cette liste, figure sans l’ombre d’un doute celui du RDX. Le premier élément qui cloche, c’est son écran. Il n’est pas tactile. Voyons! L’âge de pierre, c’est fini.

Plutôt que d’avoir un écran tactile, on a droit à un pavé tactile. Chaque fois qu’on l’utilise, on a carrément l’impression d’être puni. Il agit en quelque sorte comme la souris de votre ordinateur. Or, dès que vous relâchez votre souris, votre curseur ne disparaît pas instantanément. Eh bien dans le RDX, n’ayez pas le malheur de quitter le pavé tactile une seule seconde sans quoi vous perdrez votre curseur. Et il faudra répéter votre manipulation encore et encore. Ça n’a aucun bon sens.

Il est si peu intuitif qu’on irait même jusqu’à vous recommander d’exiger que le préposé à la livraison jumelle votre téléphone cellulaire de même que votre station de radio préférée - QUB Radio, forcément … - sans quoi vous pourriez avoir besoin d’un doctorat en informatique pour vous en sortir.

De 46 à 56 000$

Offert à partir d’un peu plus de 46 000 $ (transport et préparation inclus), l’Acura RDX voit son échelle de prix s’étirer jusqu’à plus de 56 000 $ pour une version Platinum Élite. Quant au modèle mis à l’essai, il s’agit de la version A-Spec qui affiche un prix de 50 790 $. Elle se distingue notamment par ses carénages avant et arrière, le moulage de ses pare-chocs, ses embouts d’échappement, ses accents rouges pour les cadrans, son intérieur en cuir rouge, son volant sport et ses roues de 20 pouces gris requin. Il est à noter que ses sièges rouges sont chics et confortables. Dans cet océan de VUS plus ennuyants les uns que les autres, un soupçon de personnalité, ça ne se refuse pas.

À la pompe

En conduite combinée, Ressources naturelles Canada annonce une consommation de 10,3 L/100 km. De notre côté, au cours de la période d’essai, l’ordinateur de bord a enregistré 12 L/100 km.

Dans votre budget, il faudra considérer que le constructeur recommande de l’essence super (taux d’octane de 91).

En bref

Bien que de notre côté le RDX n’ait soulevé aucune passion, force est d’admettre qu’il remplit entièrement son mandat. Il n’est pas aussi sportif qu’on le prétend et les « inspirations de la piste » vantées par Acura nous laissent perplexes. En revanche, il s’agit d’un VUS qui n’est pas aussi monotone que certains de ses concurrents, ce qui est une bonne nouvelle. Le RDX est tout sauf un mauvais achat si vous êtes à la recherche d’un VUS compact de luxe.

En vidéo : Antoine Joubert présente l'Acura NSX

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Questions des lecteursConserver son Acura TL 2009 ou acheter un RDX 2017?
Je possède présentement une Acura TL 2009 modèle de base (non intégrale) de 108 000 km. La carrosserie est impeccable et l’entretien a toujours été réalisé chez le concessionnaire. Vu l’âge de ma voiture, le concessionnaire me la rachèterait environ 7 000 $. Je considère acquérir un Acura RDX Tech …
2019Acura RDX 2019: Retour à la turbocompression
Le plus vendu des véhicules chez Acura, le RDX, arrive cette année sous une toute nouvelle génération, la troisième depuis son introduction en 2006. Oubliez ce que vous avez connu de l’ancien modèle, car on a corrigé plusieurs de ses irritants et le nouveau RDX exhale une personnalité beaucoup plus …
EssaisAcura RDX 2019 : la réincarnation d'une marque
Dernièrement, Acura semble avoir perdu son élan. Pourtant, dans les années 90, la division haut de gamme de Honda avait le vent dans les voiles avec sa supervoiture, la NSX, sa berline de luxe, la Legend et sa petite bombe sportive, l’Integra. Mais aujourd’hui, les marques de luxe qui ne …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires