Nissan GT-R 2020 : Godzilla fête ses 50 ans

Points forts
  • Une légende sur quatre roues
  • Accélérations foudroyantes en mode « départ canon »
  • Rouage intégral de série
Points faibles
  • Habitacle désuet
  • Prix exagéré
  • Édition 50e anniversaire trop banale
Évaluation complète

Ils sont rares, les modèles qui durent depuis plus de 50 ans. C’est pourtant le cas de la Nissan GT-R, qui continue de faire saliver les passionnés malgré les rides qu’elle commence à prendre.

Histoire de célébrer l’anniversaire de cette icône comme il se doit, nous avons conduit la GT-R 2020 Édition 50e anniversaire durant une semaine. Voici ce que nous en avons pensé.

Une édition spéciale pour l’occasion

Nissan n’avait pas le choix. Il fallait créer une édition spéciale pour souligner les 50 ans d’existence de la GT-R. Cela dit, le constructeur est demeuré assez timide dans ses célébrations.

La GT-R 2020 Édition 50e Anniversaire se démarque principalement par sa couleur bleue empruntée à une ancienne génération du modèle, la magnifique R34. On y a ajouté une bande blanche qui va du capot jusqu'au coffre… puis un banal autocollant « 50th Anniversary » à l’arrière, au-dessus de la plaque d’immatriculation. Ça, on aurait vraiment pu s’en passer.

Pour le reste, on a affaire à une Nissan GT-R comme les autres. La même que Nissan nous sert depuis maintenant plus d’une décennie. Et ça commence à paraître…

Si la GT-R montre quelques signes de vieillesse à l’extérieur, c’est encore plus criant dans l’habitacle. Malgré une (très) légère mise à jour effectuée il y a trois ans, la puissante bagnole japonaise voit son âge trahi par des cadrans vieillots et un système d’infodivertissement aux graphiques complètement dépassés. Heureusement, une connectivité avec Android Auto et Apple CarPlay vient partiellement sauver la mise.

L’Édition 50e Anniversaire ne change à peu près rien à l’environnement intérieur, si ce n’est des sièges en cuir bleuté que l’on ne déteste pas du tout. On l’oublie parfois, mais la GT-R est un véhicule pour quatre passagers. On retrouve donc deux sièges à l’arrière, par contre, bonne chance pour y accéder. Même pour des enfants, l’espace pour la tête et les jambes est à peu près inexistant. Les places sont symboliques, rien de plus.

Un moteur toujours aussi merveilleux

Comme son design et son habitacle, la mécanique de la Nissan GT-R n’a que très peu changé depuis le lancement du modèle il y a plus de 10 ans. Sauf que le moteur, lui, a pas mal mieux vieilli.

Construit à la main, ce V6 biturbo de 3,8 litres développe 565 chevaux et 464 livres-pied. La cavalerie peut même grimper à 600 chevaux avec la version Track Edition, la plus onéreuse de la gamme.

Jumelé à une transmission automatique à double embrayage à six rapports, ce moteur permet à la GT-R de réaliser des performances tout à fait spectaculaires.

Photo: Frédéric Mercier

En accélération, le mode « Départ canon » augmente la pression dans les turbocompresseurs avant le départ. Dès que l’on décolle, le rouage intégral de la Nissan GT-R procure au bolide une stabilité déconcertante. L’accélération à bord d’une GT-R, c’est une expérience en soi!

Cela dit, les prouesses de la GT-R s’avèrent un peu moins impressionnantes en reprises 80-120 km/h. Quand on enfonce l’accélérateur, le moteur et la boîte de vitesses de la GT-R accusent souvent un long délai avant de finalement se réveiller. Pour un meilleur rendement, vaut mieux jouer avec les palettes de changement de vitesses au volant et rétrograder soi-même. Parce que même en mode « R », la boîte séquentielle semble parfois trop amorphe.

La direction est communicative, cependant on en prendrait un peu plus. Pour ce qui est de la suspension, il est possible de moduler sa fermeté électroniquement grâce à un bouton dans l’habitacle. Voilà le genre de gadget qui était formidable il y a 10 ans… mais un peu plus commun de nos jours.

Reste que même si ses plus belles années sont derrière elle, la Nissan GT-R demeure un bolide que l’on conduit avec un bonheur difficile à décrire. Contrairement à plusieurs nouveaux modèles, la conduite se fait sans trop d’interférence avec les systèmes modernes d’assistance à la conduite. On a vraiment le sentiment de conduire une voiture, pas un ordinateur avec des roues.

Trop chère

Si la GT-R demeure encore appréciable malgré les rides qu’elle a prises, son prix de vente nous empêche de la considérer véritablement comme un leader dans sa catégorie.

Photo: Frédéric Mercier

Alors qu’elle ne coûtait que 90 000 $ lors de son arrivée sur notre marché en 2008, il faut maintenant débourser au minimum 129 998 $ pour mettre la main sur une GT-R. Le modèle mis à l’essai valait la rondelette somme de 142 498 $, et ça peut monter jusqu’à 166 998 $ avec la variante Track Edition. Bref, Nissan n’a à peu près rien changé sur le modèle, mais se permet tout de même de majorer radicalement le prix. Ça prend quand même un sacré culot.

Pendant ce temps-là, d’autres véhicules comme la Porsche 911 et la Mercedes-AMG GT proposent une technologie et un comportement routier supérieurs à tous les niveaux.

Heureusement pour Nissan, la GT-R conserve une aura qui ne semble pas sur le point de s’éteindre. Malgré son âge, les jeunes conducteurs en rêvent et elle continue d’attirer son lot de puristes. Nissan a la chance de compter sur une clientèle fidèle, mais il ne faudrait pas les prendre les gens pour des idiots non plus... Un jour ou l’autre, il faudra une nouvelle génération… ou une baisse de prix substantielle.

En vidéo : Antoine Joubert présente la Nissan GT-R 2020

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéLa Nissan GT-R50 by Italdesign arrive bientôt!
Vous vous rappelez le sublime prototype Nissan GT-R50 by Italdesign dévoilé l’an dernier? Sa production en quantité limitée avait déjà été confirmée, mais on apprend maintenant que le modèle de série sera exposé pour la première fois en mars au Salon de l’auto de Genève. Les livraisons, elles, débuteront dans …
ActualitéEn vidéo : la Nissan GT-R fête ses 50 ans
L’année 2019 marque le 50e anniversaire de la Nissan GT-R , que l’on connaît aussi sous le nom de Skyline GT-R. Pour célébrer l’occasion, l’équipe de GT-R Magazine a organisé le 14 septembre dernier un événement baptisé « R’s Meeting » sur le circuit de Fuji, au Japon. Des milliers …
ActualitéNissan en faillite d’ici 2-3 ans, prédit son ancien patron
Si vous suivez un tant soit peu l’actualité automobile, vous savez que les choses vont mal chez Nissan depuis un an environ. Annonces de coupures massives, profits qui dégringolent, modèles éliminés, relations tendues avec son partenaire Renault et des problèmes judiciaires de quelques dirigeants. Eh bien, la compagnie fera probablement …
guideauto.tvFace-à-Face : la Nissan GT-R 2020 à l'essai
Pour notre Face-à-Face de cette semaine, les journalistes du Guide de l’auto Frédéric Mercier et Marc-André Gauthier testent la Nissan GT-R 2020. Et pas n'importe laquelle : ils ont sous la main une édition spéciale du modèle conçue pour son cinquantième anniversaire. Ce demi-siècle est souligné par une couleur exclusive, …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires