La Turquie à l'assaut du monde en voiture électrique

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, posait fièrement sur une scène il y a quelques jours, aux côtés de la plus récente création automobile issue des lubies dictatoriales.

Cette voiture, pour l’instant baptisée TOGG, une espèce d’acronyme de compagnies industrielles turques, est le fruit d’une collaboration orchestrée par l’État Turc. Le rêve derrière ce projet est d'offrir aux Turcs une voiture électrique faite par eux, pour eux. Ah, et de connaître un certain succès mondial, même si on ignore à peu près tout à son sujet, sauf qu’elle devrait être produite à près de 200 000 exemplaires annuellement d’ici 2022.

Une idée qui ne date pas d'hier

Difficile d'expliquer pourquoi les gouvernements despotiques rêvent de lancer leur propre voiture. On se rappelle les efforts communistes, en URSS et dans ses pays satellites, ou encore dans l’Espagne de Franco et l’Italie de Mussolini.

Généralement, les voitures produites dans le fascisme, de droite ou de gauche, sont de piètre qualité. Pourquoi ? Il n’est pas question ici de remettre en cause le talent des gouvernements à gérer certaines choses, mais à part quand c’est le temps de nationaliser l’électricité, les employés de l’État semblent incapables de rivaliser avec des entreprises privées pour produire un bien.

Ceux qui ont écouté l’excellente émission Chernobyl sur les ondes de HBO se rappelleront l’excellente blague d’un mineur russe : qu’est-ce qui pèse une tonne, fait beaucoup de bruit et de fumée, et qui coupe une pomme en trois ? Une machine soviétique conçue pour couper une pomme en quatre !

La seule exception est peut-être Volkswagen, créée par l’État nazi dans le but d’offrir des voitures à tous les Allemands. Encore là, c’est surtout ses produits faits après la guerre qui sont intéressants.

Et la voiture ?

Pourquoi les entreprises privées sont généralement meilleures pour fabriquer et concevoir des biens? C’est ce qu’on appelle en anglais avoir du Skin in the game, ce que je traduirais librement par avoir quelque chose à perdre. Voyez-vous, une entreprise privée qui fait un mauvais produit va inévitablement perdre de l’argent. Si elle fait beaucoup de mauvais produits, elle va disparaître. Ce n’est pas pour rien qu’on dit qu’économiquement, on vote avec notre dollar.

Les entreprises étatiques ne pouvant pas faire faillite, les conséquences d’un produit de mauvaise qualité n'ont pas le même impact. C’est que la collectivité qui assume le prix de l’échec.

Au final, il semblerait qu’un produit est plus abouti lorsqu’il se développe dans un environnement compétitif, plutôt que dans un environnement sans concurrence.

Regardez la belle voiture turque. Sans originalité, chaque composante ayant été empruntée ici et là. Juste à l’intérieur, on comprend qu’ils ont voulu imiter Mercedes-Benz avec les gros écrans larges, mais les Janissaires d’Erdogan n’ayant apparemment pas accès à des écrans suffisamment larges, y ont été pour un ensemble au goût discutable.

Le temps nous réserve peut-être des surprises, mais il serait surprenant que cette voiture fasse trembler qui que ce soit. Comme bien d'autres modèles du même genre qui l'ont précédée.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéLe grand retour de Lada au Canada
Le constructeur russe serait en train de planifier un retour sur le marché canadien en 2019, vu la grandissante popularité des minivoitures abordables telles que la Nissan Micra, la Chevrolet Spark et la Mitsubishi Mirage. Disparu du marché canadien depuis 1998, Lada s’est modernisé au fil du temps et propose …
2016Hyundai Genesis 2016: De Lada à Mercedes
Il s’en est brûlé de l’essence depuis l’apparition des premiers véhicules Hyundai chez nous. C’est en 1983 qu’on m’invita à Toronto afin de faire la connaissance d’une petite voiture bien spartiate du nom de Pony. À cette époque, elle semblait prête à faire la guerre aux produits Lada, ces véhicules …
ActualitéLada X Ray Concept: on a plus les Lada qu’on avait!
Avtovaz, le géant automobile russe qui fabrique, entre autres, les voitures de marque Lada profite de la tenue du Salon de l’automobile de Moscou pour dévoiler son concept X Ray. Il s’agit d’un VUS compact à trois portières dont la silhouette très moderne annonce un important renouveau de la part …
ActualitéLes voitures de marque Lada sont de retour en Amérique du Nord
C’est maintenant officiel, le retour en Amérique des voitures et véhicules de marque Lada va se concrétiser en 2012. D’abord au Québec et par la suite dans toute l’Amérique du Nord. Une façon très sympathique de nous rappeler que nous avons été, nous Québécois, les principaux acheteurs de Lada dès …
BlogueVéhicules électriques : le tango des constructeurs
Connaissez-vous le tango? Il semble que plusieurs constructeurs automobiles se plaisent à pratiquer cette danse lorsque vient le temps de parler et de fabriquer des véhicules électriques. Un pas en avant, un pas (ou deux) en arrière et ainsi va la danse depuis des années. Après avoir souvent annoncé à …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires