Volvo XC60 Polestar Engineered 2020 : le VUS électrique de 415 chevaux

Points forts
  • Accélérations épatantes
  • Excellent système audio
  • Motorisation hybride rechargeable
Points faibles
  • Prix exorbitant
  • Conduite peu enivrante
  • Autonomie électrique limitée
Évaluation complète

Volvo n’est pas nécessairement reconnu pour ses voitures de performance, c’est vrai. Mais dans l’ombre des monstres construits par certains de ses rivaux, le constructeur suédois développe lui aussi des bolides assez intéressants. C’est le cas du nouveau XC60 Polestar Engineered.

Polestar, c’est maintenant une marque à part entière, qui a récemment déclaré la guerre à Tesla avec sa Polestar 2, un véhicule 100% électrique dont les dimensions ne sont pas sans rappeler une certaine Model 3.

Mais pour s’assurer que tout le monde soit confus, Volvo propose également des variantes « Polestar Engineered » avec certains de ses modèles, dont la berline S60 et la familiale V60. C’est au tour du XC60 d’hériter d’une telle version pour l’année-modèle 2020.

Photo: Volvo

Hybride rechargeable, à part ça

Peu importe le modèle, les variantes Polestar Engineered de Volvo sont toutes équipées du même groupe motopropulseur, et le XC60 ne fait pas exception à la règle.

Ce groupe, c’est un bloc à quatre cylindres de 2,0 litres à la fois surcompressé et turbocompressé qui est jumelé à un moteur électrique, pour une puissance totale de 415 chevaux et un couple de 494 livres-pied. On a affaire à une technologie hybride rechargeable ; c’est donc dire que le XC60 Polestar Engineered peut se déplacer sans une goutte d’essence sur une distance d’environ 35 kilomètres, après quoi le moteur à combustion interne entre en jeu.

Malgré ses 415 chevaux, le Volvo XC60 Polestar Engineered n’a rien d’une bête à apprivoiser. En fait, il est si civilisé que l’on en vient à oublier sa puissance derrière le volant.

Photo: Volvo

Les accélérations sont franches, mais on ne retrouve pas la rudesse de certains rivaux comme le Mercedes-AMG GLC 43 ou l’Audi SQ5. Cependant, l’instantanéité du couple procurée par le moteur électrique rend le VUS suédois franchement impressionnant. Avec un chrono de 4,9 secondes pour le 0 à 100 km/h, le XC60 Polestar Engineered bat d’ailleurs l’Audi SQ5 par deux dixièmes de seconde.

Il faut dire qu’à un prix de 64 400 $, le VUS de performance d’Audi est aussi nettement plus abordable que ce XC60 électrifié, dont le prix frôle les 90 000 $...

Personnalité bien cachée

Malgré une puissance supérieure, le plaisir de conduire que l’on ressent à bord du VUS de Volvo peut difficilement être comparé à celui de ses rivaux allemands. La direction du XC60, même dans cette version Polestar Engineered, est à ce point surassistée que l’on en vient à perdre toute impression de contact avec la route.

Heureusement, la suspension fait un travail nettement plus convaincant. Grâce à ses amortisseurs ajustables signés Öhlins , on se sent flotter sur un nuage. Du moins, c’était le cas sur les routes albertaines où nos essais ont été réalisés. Au Québec, le test serait un peu plus ardu...

Côté freinage, Volvo a aussi pris les choses en main. Son XC60 est équipé d’un généreux système Akebono aux larges étriers. Là-dessus, rien à redire. Sur circuit fermé, nous avons pu pousser le XC60 à haute vitesse avant d’écraser la pédale de frein. Le véhicule est demeuré stable, s’immobilisant sans jamais sembler dérangé.

Photo: Volvo

Un design timide

Si le Volvo XC60 Polestar Engineered ne fait pas dans l’extrême en matière de conduite, c’est aussi le cas au niveau de son design.

De l’extérieur, les connaisseurs le remarqueront par sa calandre noircie, ses énormes jantes de 21 pouces (ou 22 en option) et ses étriers dorés, la couleur signature des modèles Polestar Engineered.

À l’intérieur, la couleur dorée est reprise avec les ceintures de sécurité, un autre beau petit clin d’œil. On a donc affaire à un VUS qui, malgré ses performances indéniables, mise sur une attitude assez discrète. Les amateurs de musique seront ravis de retrouver un système audio de grande qualité signé Bowers & Wilkins. On pourrait difficilement demander mieux.

Pour ce qui est du système d’infodivertissement, un écran tactile de 12,3 pouces trône au milieu du tableau de bord. Comme un gros iPad placé à la verticale, cet écran abrite le système SENSUS propre à tous les produits Volvo. À peu près tout passe par l’écran, et ça peut devenir agaçant.

Photo: Volvo

Avec son gabarit intéressant, ses accélérations épatantes et sa technologie hybride rechargeable, le Volvo XC60 Polestar Engineered a tout pour plaire… en théorie. Malheureusement, un comportement aseptisé, une autonomie électrique décevante et un prix qui dépasse les limites du gros bon sens destinent ce modèle à une faible popularité.

Aussi bien vous tourner vers la version R-Design du XC60, qui vous offre un bon niveau d’équipement pour une facture allégée de 30 000 $ par rapport au Polestar Engineered…

En vidéo : les prototypes cachés du musée Volvo

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéVolvo et Audi s’absenteront du Salon de l’auto de Montréal
Volvo et Audi viennent d’inscrire leur nom à la liste des constructeurs absents au Salon International de l’Auto de Montréal. D’après des informations obtenues par le média canadien Driving , les deux constructeurs européens ont décidé de ne pas se présenter à Montréal en janvier. À cette liste s’ajoute celui …
ActualitéUne familiale de 415 chevaux s’amène chez Volvo
Qui a dit que les voitures familiales étaient vouées à disparaître? Au même moment où Audi confirme l’arrivée de la puissante RS 6 Avant pour une première fois sur nos routes, Volvo fait aussi un beau cadeau aux amateurs de « wagons » avec la V60 Polestar Engineered, une bombe …
2019Volvo XC90 2019: Là où tout a recommencé
Au moment d’écrire ces lignes, je suis encore à contempler la nouvelle berline S60, dévoilée depuis peu. Une voiture splendide qui, pour moi, constitue un vent de fraîcheur dans un segment où les Allemands semblent pourtant indétrônables. Or, il en va autrement chez les VUS de luxe intermédiaire, où la …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires