Lexus LX570 , rarissime inutilité

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2010

L’an dernier, alors que plusieurs écologistes imploraient tous les saints du ciel pour que Lexus raie le LX de son catalogue, ce modèle a été reconduit et modifié. Pire encore aux yeux des embrasseurs d’arbres, le moteur V8 de 4,7 litres a été remplacé par un autre moteur V8, encore plus gros. Ce pied de nez à l’environnement est une autre preuve que les bien nantis se foutent éperdument des préoccupations écologiques. Ils s’intéressent davantage à leur standing, à leur confort et à leur gros VUS avec habitacle garni de cuir. Après tout, la vie est courte et il faut en profiter.

Il faut toutefois apporter un bémol à cette levée de bouclier de la part des verts. Force est d’admettre que plusieurs personnes sur notre planète ont besoin de véhicules spécialisés capables de transporter occupants et bagages sur des routes à peine carrossables et même dans la brousse. Mais il n’est pas nécessaire d’avoir recours à une telle débauche de luxe pour aller jouer les aventuriers du dimanche ou pour se rendre au bureau du centre-ville. Au moins, d’autres constructeurs proposent des véhicules similaires en gabarit et en puissance qui sont équipés d’un moteur bimode nettement mieux pour l’environnement. Mais, aux yeux de la majorité, Lexus ne peut rien faire de mal. Ce gros LX doit se vendre en quantité suffisante pour qu’on nous ait proposé une nouvelle mouture l’an dernier.

Un gros huit

Dans le cas du LX, l’évolution ne se dirige pas dans la bonne direction. Plusieurs trouvaient le moteur V8 de 4,7 litres utilisé sur la version précédente trop malingre et d’autres le trouvaient trop gros et trop énergivore. Mais quand on doit choisir un moteur pour un mastodonte de près de trois tonnes doté d’une capacité de remorquage de près de 4000 kg, on pense plus gros. Puisque le nouveau moteur V8 de 5,7 litres initialement placé sous le capot de la camionnette Tundra était disponible, on lui a fait une place à l’avant du LX. Avec une puissance de 383 chevaux, il n’y a pas grand-chose qui doit l’intimider. Comme tout moteur Lexus qui se respecte, il est d’une douceur extrême et son rendement impressionne. Le passage des rapports se fait sans à-coups, mais avec une certaine lenteur également. Toutefois, votre cœur se mettra à battre fortement la première fois que vous ferez le plein de ce gros aventurier. Son réservoir de 93 litres est l’assurance de pleins de carburant associés à des factures assez salées. Mais quand on est capable de dépenser le prix fort pour un tel monument sur roues, ce n’est pas un gros réservoir de carburant, ni une consommation de plus de 17 litres aux 100 km avec du super en plus qui risquent de vous ébranler. Quand on a les moyens, on se paie la traite!

Comme le LX est le modèle du plus que plus, il est certain que le rouage intégral est de série. Les ingénieurs de Lexus ont développé un système de transmission intégrale automatique à gestion par électronique qui permet de passer partout ou presque. Mais quel rigolo va oser aller rayer la peinture de son VUS de 90 000 $ pour aller se balader en forêt? Si jamais il s’exécute, il sera agréablement surpris par les qualités de passe-partout de cette grosse pointure, qui roule soit dit en passant sur des pneus de 20 pouces. Pour vous permettre de franchir les obstacles en forêt, la suspension hydraulique peut être élevée pour être ensuite rabaissée lorsqu’on prend la route. Curieusement, comme c’est arrivé à mon collègue Alain Morin l’an dernier, ce mécanisme de réglage en hauteur ne fonctionnait pas lors de notre essai. Plusieurs minutes de bachotage dans le manuel du propriétaire n’ont rien fait pour trouver le bobo. D’ailleurs, cette suspension réglable utilisée par Lexus et Toyota sur plusieurs modèles m’a souvent donné des maux de tête par le passé en raison de son rendement erratique ou par son non-fonctionnement. Messieurs de Lexus qui prétendent avoir inventé la perfection en matière d’automobile, vous pourrez au moins régler ce petit accroc.

Le Queen Mary II de la route

Je ne le connais pas personnellement, mais je suis presque certain que le commandant du paquebot Queen Mary II roule en Lexus LX570, histoire de ne pas trop être dépaysé lorsqu’il quitte la mer pour la terre ferme. Le gabarit imposant du Lexus ne l’intimidera certainement pas, pas plus que la consommation élevée de son moteur V8. Par contre, il devra vérifier le compte-tour pour savoir si le moteur tourne, car il est d’une grande douceur tandis que l’insonorisation est quasiment poussée à l’extrême. Comme sur les grands géants des mers, la qualité de la finition, des cuirs et des boiseries lui offrira le niveau de luxe auquel il est habitué dans le cadre de son travail. Finalement, comme la timonerie de son navire, la direction est floue et engourdie.

Bref, ce n'est pas au volant de la LX que vous allez ressentir des impressions de conduite supérieures à la moyenne. Par contre, la débauche d’appliques en bois, de cuir fin et de commandes de toutes sortes vous comblera. Malheureusement, pour prendre place à bord, il faut avoir la jambe assez leste, car même avec la suspension réglable en mode bas, du moins lorsque le système fonctionne, ce n’est pas évident. Une fois en place, on ne peut qu’être impressionné par la qualité de la finition et du confort des sièges. Les ingénieurs affectés à leur conception ne semblent pas croire que la conduite sera même un tout petit peu sportive, car ces mêmes sièges n’offrent pratiquement aucun support latéral. Compte tenu des dimensions de ce VUS, les places arrière sont adéquates, tandis que la troisième rangée est tout aussi inconfortable que toutes les autres du genre. Contrairement à ce que la majorité des concurrents proposent, ce siège se sépare en deux et chacune des sections se replie électriquement le long de la paroi. Cette astuce ne m’impressionne pas outre mesure, car ce petit gadget ne fait que masquer l’incapacité des ingénieurs à insérer la banquette dans le plancher. Lexus devrait aller faire un tour chez Chrysler pour voir comment le Stow N Go fonctionne et l’adapter à un rouage intégral. Là, alors, ce serait génial.

Feu vert

Habitacle luxueux
Comportement hors route
Moteur puissant
Finition impressionnante
Pléthore de systèmes électroniques

Feu rouge

Prix hors norme
Direction engourdie
Agrément de conduite nul
Gabarit de semi-remorque
Consommation très élevée

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires