Infiniti M35x / M45x / M45 Sport, une perle rare à découvrir

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2010

Il a toujours été fascinant de suivre l’évolution de la marque Infiniti, qui n’a pas toujours été appréciée à sa juste valeur. Le blâme revient à la direction de Nissan, qui a souvent adopté des politiques de développement et de mise en marché qui ont nui plus qu’autre chose. Il est pourtant vrai que la situation s’est beaucoup améliorée, mais il y a encore place à amélioration. Le manque de popularité de la gamme de modèles M en est la preuve. Elle est pratiquement totalement éclipsée par la famille G37 malgré ses multiples qualités.

Et Dieu sait que la gamme des modèles M est douée, lancée pour proposer un véhicule intermédiaire se situant entre les G35 de l’époque et la luxueuse Q45, le porte-étendard de la marque. Mais lorsque les spécialistes ont comparé la M35/M45 avec la Q45, ils ont établi un verdict sans équivoque en faveur de la M. Celle-ci possédait une plate-forme plus rigide et plus moderne, qui lui permettait d’offrir une tenue de route et un agrément de conduite supérieurs à la Q45. Quelques mois plus tard, celle-ci était abandonnée. Je suis certain qu’on a poussé un soupir de soulagement chez Infiniti, car la Q45 ne se vendait pas, surtout en raison de sa silhouette assez particulière associée à une ergonomie à revoir. Elle avait beau posséder les phares de route les plus puissants de l’industrie et proposer un moteur V8, elle ne faisait pas le poids. D’autant plus que ce même V8 était proposé sur la M45.

Les moteurs, Marcel ! Les moteurs…

Parmi les éléments qui militent en faveur de la M, il y a bien sûr cette plate-forme rigide sur laquelle on a boulonné des suspensions  efficaces. Mais le plus important demeure les rouages proposés. Comme son appellation le laisse deviner, la M35x est propulsée par un moteur V6 de 3,5 litres produisant 303 chevaux et associé à une transmission automatique à cinq rapports, qui est reliée aux roues arrière ou à un répartiteur de couple aux quatre roues sur la version à rouage intégral. En passant, il ne faut pas se fier à l’identification X de la M35x. Contrairement à la famille G, cette fois le X n’est pas associé à la transmission intégrale et sert à identifier la propulsion. Cette transmission est également de série sur les modèles M45 propulsés par un moteur V8 de 4,5 litres d’une puissance de 325 chevaux. De prime abord, la différence de puissance entre les moteurs V6 et V8 ne semble pas importante. C’est vrai, mais le couple du moteur V8 est beaucoup plus important. Cette transmission automatique à cinq rapports avec commandes de passage des vitesses au volant a été la première à proposer le mécanisme d’adaptation de régime lorsqu’on rétrograde les rapports en mode manuel. Le régime du moteur est alors ajusté afin que le passage des rapports se fasse sans heurts.

Toujours sur le plan de la mécanique, la M45 Sport ne possède pas de rouage intégral, mais est dotée d’une suspension arrière directionnelle qui permet aux roues arrière de suivre l’apex de la courbe afin de favoriser la tenue en virage. Cette technologie avait été commercialisée par Honda et Mazda dans les années 90 et Infiniti reprend le flambeau.

Silhouette perturbante

Ce serait malhonnête de critiquer l’élégance de la silhouette de cette berline. Les lignes de la carrosserie sont équilibrées, les éléments visuels à la mode du jours sont tous présents et il se dégage une indéniable élégance de la part de cette voiture. Par ailleurs, elle manque de punch et d’individualisme. Même si on dénote de nombreuses différences entre la G37 et les modèles M, il y a une filiation qui porte à confusion. Pire encore, ces lignes n’apportent pas de personnalité à cette voiture, comme c’est pourtant le cas avec une BMW ou une Mercedes. Je serais prêt à parier un petit deux que cette similitude avec la G37 doit inciter les gens à acheter cette dernière, moins chère à l’achat.

La démarcation entre ces deux modèles est plus évidente dans l’habitacle, alors que la planche de bord a sa propre personnalité visuelle avec un important surplomb placé devant l’écran de navigation et abritant la grosse mollette de réglage central. Il est vrai que le système de gestion Infiniti semble archi-simple par rapport à celui de Audi et BMW, mais il est quand même la source de bien des frustrations au cours de la période d’apprentissage.

Le pilote pourra facilement adopter une position de conduite idéale en raison des multiples ajustements du siège et du réglage par assistance motorisé du volant, qui peut être ajusté en hauteur et en profondeur. Même si la silhouette ne vous inspire pas et que vous trouvez que le tableau de bord fait un peu trop arcade de jeux, vous vous devez d’effectuer un essai routier. Ce sera toute une révélation, car cette Nippone n’a rien à envier aux meilleures berlines allemandes de la catégorie. Elle ne nous impressionne pas seulement par le rendement des moteurs V6 ou V8, qui assurent de bonnes accélérations, mais également par son équilibre général.

De toute la gamme, la M45 Sport semble être la plus intéressante en raison de ses roues de 19 pouces, de sa suspension plus sportive et de quelques accessoires qui lui sont exclusifs. Mais vous devez savoir que cette suspension spéciale associée à ces pneus à taille basse a une incidence négative sur le confort. C’est un prix pas mal cher à payer pour être inconfortable. C’est sans doute une bonne idée en Californie, mais dans la Belle Province, on se fait sérieusement brasser le Québécois.

Les personnes à la recherche d’une voiture de cette catégorie et dans cette fourchette de prix se doivent de mettre les berlines M sur leur courte liste, car ce sont des voitures surdouées qui se font généralement damer le pion par des modèles moins agréables à conduire ou encore moins fiables au chapitre de la mécanique et cela, à prix égal. Chez Infiniti, on devrait la soumettre tout au moins à une révision esthétique de façon à ce qu’on la remarque davantage. Mais cette recommandation est une arme à double tranchant quand on se souvient des écarts de style dont ont été victimes les berlines Infiniti par le passé.

Feu vert

Moteurs performants
Équipement complet
Transmission intégrale efficace
Habitacle confortable
Finition impeccable

Feu rouge

Suspension très ferme (M45 Sport)
Silhouette anonyme
Certaines commandes complexes
Bois chimique peu convaincant

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires