Lincoln Corsair 2020 : une refonte remplie d’espoir

Points forts
  • Présentation intérieure réussie
  • Sièges confortables
  • Moteur 2.3T énergique
Points faibles
  • Facture salée avec les options
  • Pédale de frein sensible
  • Écran tactile décevant
Évaluation complète

Malgré certains produits franchement bien ficelés lancés au cours des dernières années, Lincoln continue de traîner une réputation un peu vieux jeu. Le constructeur compte désormais sur le Corsair pour changer la perception du public.

Le Lincoln Corsair, nouveau pour 2020, devient le véhicule utilitaire le plus compact du constructeur de luxe américain, sous les Nautilus, Aviator et Navigator. Il vient remplacer le MKC, duquel il hérita d’ailleurs de la plate-forme et de la motorisation de base.

En fait, on aurait très bien pu nous présenter ce modèle comme une nouvelle génération du MKC. Mais étant donné que Lincoln a décidé d’abandonner les tristes appellations alphabétiques, c’est plutôt le nom Corsair qui prend le relai.

Photo: Frédéric Mercier

Miser sur l’habitacle

Côté design, le Corsair adopte un habillage qui rappelle d’ailleurs drôlement celui du MKC. On est loin d’une révolution de ce côté-là.

De l’aveu même de Lincoln, c’est plutôt avec l’habitacle que l’on veut séduire les acheteurs potentiels. Et à ce chapitre, force est d’admettre que le constructeur a mis les bouchées doubles.

L’habitacle du Corsair 2020 prouve que c’est un produit haut de gamme. Les matériaux finement choisis et l’ambiance à deux tons créée à bord lui confèrent des airs de salon sur quatre roues. Lincoln parle d’un « sanctuaire »! Une petite exagération, certes, mais le message est clair. Disons qu’on est loin des Ford endimanchées du début des années 2000!

Photo: Frédéric Mercier

En option, des sièges ajustables en 24 directions (déjà offerts dans plusieurs autres modèles de la marque) - avec une fonction de massage - permettent un confort quasi exemplaire. Même à l’arrière, les passagers jouissent d’un confort notable pour un véhicule aussi compact. L’espace alloué aux jambes est l’un des meilleurs de la catégorie.

Au poste de conduite, on apprécie également la bonne visibilité, le tableau de bord entièrement numérique de 12,3 pouces derrière le volant (offert en option) et le système d’affichage tête haute qui projette de l’information sur le pare-brise. On peut d’ailleurs le consulter même avec des lunettes polarisées.

Seule ombre au tableau : l’intégration du système d’infodivertissement, hébergé sur une espèce de tablette qui semble avoir été ajoutée sur le tableau de bord à la dernière minute. Un contraste un peu décevant avec le reste de la présentation intérieure. Sans cela, on pourrait parler d’un sans faute.

Photo: Frédéric Mercier

Sous l’écran, des boutons alignés horizontalement remplacent le traditionnel levier de transmission. Puis, une console bien présentée permet de régler les contrôles reliés à la climatisation et au système audio. En passant, le système Revel à 14 haut-parleurs vaut certainement le détour pour les audiophiles.

Le confort avant l’adrénaline

Une fois sur la route, on comprend rapidement que le Lincoln Corsair mise sur une douceur de roulement au-dessus de la moyenne pour se démarquer. Oubliez les performances enivrantes de certains modèles concurrents comme Mercedes-Benz ou BMW, qui misent sur des variantes à la sauce AMG ou M pour se faire valoir.

Avec le Corsair, Lincoln tente plutôt de séduire les conducteurs en quête de silence, de tranquillité d’esprit. L’insonorisation à bord est exemplaire, ainsi que la suspension juste assez douce pour pardonner les imperfections de la chaussée, même avec des roues de 20 pouces (optionnelles). La pédale de frein se montre par contre un peu trop sensible, créant parfois des freinages brusques involontaires qui peuvent devenir fatigants.

Photo: Frédéric Mercier

Sur le marché canadien, le Corsair est équipé de série du rouage intégral et de l’ensemble Lincoln Co-Pilot360, qui intègre une assistance précollision avec freinage d’urgence automatique, la détection d’angles morts avec alerte de trafic transversal, un système de maintien de voie, une caméra de recul et des feux de route automatiques.

Sans être un véhicule particulièrement énergique, le Corsair ne laisse pas sa place non plus du point de vue des performances. Son moteur de base, un bloc de 2,0 litres turbocompressé, ne manque manifestement pas de nerf avec son écurie de 250 chevaux et son couple de 280 livres-pied.

Pour ceux qui en veulent plus, un moteur optionnel de 2,3 litres, lui aussi turbocompressé, fait passer la puissance à 295 chevaux et le couple à 310 livres-pied. Après avoir essayé les deux versions, nous pouvons vous confirmer que ce dernier a plus de verve, mais si le confort demeure votre priorité, le moteur de base fait amplement le travail.

Photo: Lincoln

Peu importe le moteur choisi, la consommation de carburant de Corsair reste exactement la même, avec une cote ville/route de 9,8 L/100 km. Après nos deux journées d’essais, l’ordinateur du véhicule affichait toutefois une consommation dépassant 11 L/100 km.

Une version hybride rechargeable du Corsair viendra bientôt changer la donne. Pour le moment, on ignore les détails à propos de celle-ci, qui devrait arriver un peu plus tard.

Dans sa version de base, le Lincoln Corsair 2020 est disponible à partir de 44 700 $, auxquels il faut ajouter 2 100 $ pour les frais de transport et préparation.

Cependant, la facture peut monter très rapidement. En choisissant quelques options et le moteur de 2,3 litres, le montant à débourser pour un Corsair peut soudainement frôler 70 000 $. Ouch!

Disponible chez les concessionnaires dès maintenant, le nouveau Corsair aidera certainement Lincoln à redorer son image. Mais il y a encore du chemin à faire pour éclipser les produits allemands, grands champions de cette catégorie.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Voitures anciennesVous souvenez-vous du… Lincoln Aviator?
Alors que Lincoln vient de démarrer la vente de son nouvel Aviator 2020 , il est temps de se souvenir que le nom avait déjà été utilisé dans la première moitié des années 2000… avec assez peu de succès! D’où la question : pourquoi ressortir le nom? Succès surprise! La …
Premiers contactsLincoln Aviator 2020 : le grand retour
Parions que vous n’aviez pas songé à regarder du côté de Lincoln pour l’achat de votre prochain VUS de luxe. L’Aviator, deuxième du nom puisqu’il a été commercialisé durant quelque temps au début des années 2000, fait un retour pour 2020, lui qui reprend tous les attraits du Navigator , …
SurvolAudi Q5 2019 : cinq choses à savoir
Modèle le plus populaire chez Audi au Canada, le VUS compact Q5 continue année après année de charmer les acheteurs de véhicules de luxe. Deuxième au chapitre des ventes dans sa catégorie après le premier quart de 2019, tout juste derrière le Mercedes-Benz GLC , le Q5 devance toutefois le …
Premiers contactsMercedes-Benz GLC 2020 : un bon coup de jeune
FRANCFORT, Allemagne – Pas question pour Mercedes-Benz de lever le pied ou de s’asseoir sur ses lauriers concernant les utilitaires sport compacts de luxe, une catégorie toujours en croissance galopante. Surtout que les GLC sont les plus populaires des sept séries d’utilitaires qu’offre le doyen des constructeurs et qu’ils se …
Commentaires