Toyota Camry hybride 2019 : une valeur sûre

Points forts
  • Consommation de carburant très réduite
  • Bon confort des suspensions
  • Très bonne fiabilité à long terme
Points faibles
  • Moteur bruyant quand on le sollicite fortement
  • Assise des sièges trop courte pour certains conducteurs
  • Bruits de vent et de roulement audibles à haute vitesse
Évaluation complète

Les berlines intermédiaires n’ont plus vraiment la cote depuis que les VUS sont devenus les véhicules les plus populaires au Québec. Pourtant, certaines d’entre elles demeurent intéressantes et la Toyota Camry hybride en fait partie.

Modèle emblématique de sa catégorie, la Camry ne se destine pas aux personnes en manque d’attention mais plutôt à celles qui ont une vision plus pragmatique de l’automobile. Et si vous êtes de cette catégorie d’acheteurs, le modèle hybride devrait vous plaire davantage.

Notre version d’essai est un modèle XLE hybride vendu 43 034 $ (sans options), c’est 4 300 $ de plus qu’une Camry 2,5 L à essence équipée de la même manière. Cela dit, vous risquez de rentabiliser votre investissement rapidement si vous roulez beaucoup.

Photo: Julien Amado

La consommation d’une sous-compacte

Grâce à sa motorisation hybride, la Camry est capable de maintenir une consommation moyenne entre 5 et 6 L/100 km dépendamment des conditions rencontrées, le maximum que nous avons atteint étant 7,1 L/100 km dans les conditions les plus défavorables. Des chiffres impressionnants et nettement inférieurs au modèle 2,5 L à essence dont la consommation moyenne tourne autour des 8 à 9 L/100 km.

Côté moteur justement, on retrouve le 4 cylindres de 2,5 L similaire au modèle à essence, mais assisté par un moteur électrique et une batterie. Ainsi équipé, il développe 208 chevaux contre 203 pour le modèle à essence. La différence de puissance n’est pas énorme, mais c’est surtout au niveau du couple qu’elle est notable.

Globalement, les accélérations, les reprises et l’agrément de conduite sont supérieurs dans la version hybride. En revanche, le groupe motopropulseur est bruyant si on le sollicite fortement. Et la transmission CVT, qui a tendance à faire révolutionner le moteur, ne fait rien pour améliorer le niveau sonore quand on accélère vigoureusement .

Photo: Julien Amado

Du point A au point B

Toyota a insisté sur l’amélioration importante des capacités dynamiques de la Camry et du plaisir de conduite supérieur procuré par le modèle actuel. Objectivement, la Camry est une très bonne voiture , qui adopte une tenue de route rassurante et s’acquitte de sa tâche sans faillir.

Mais dire qu’on ressent un plaisir intense à son volant serait mentir. Par ailleurs, la Honda Accord, sa principale rivale, propose une conduite nettement plus invitante, y compris le modèle hybride.

Cela dit, la Camry demeure la bagnole toute désignée pour vous rendre du point A au point B. D’autant plus que sa motorisation sans turbocompresseur et son système hybride éprouvé lui garantissent une excellente fiabilité d’ensemble. Un avantage certain si vous souhaitez conserver votre véhicule longtemps.

Photo: Julien Amado

Insonorisation et sièges avant à revoir

Ses principaux défauts sont des bruits de vent et de roulement trop présents à vitesse d’autoroute, mais surtout des sièges avant mal dessinés, du moins dans notre modèle d’essai XLE.

L’assise, trop courte, n’offre pas suffisamment de maintien aux grands conducteurs et le manque de rembourrage se fait sentir lorsque l’on roule longtemps. Les appuie-têtes, inclinés vers l’avant, ont aussi déplu à certains passagers .

Et si au contraire, vous n’êtes pas très grand et que vous conduisez assez près du volant, l’espace sera trop limité pour la tête. L’auto se rattrape avec un bon espace pour les jambes à l’avant comme à l’arrière et un grand coffre (427 L) identique à celui du modèle à essence.

Photo: Julien Amado

Toujours à l’intérieur, on retrouve le système multimédia Entune (compatible avec Apple CarPlay). Un système qui fonctionne correctement dans l’ensemble, mais ses graphismes sont datés et les commandes pourraient être plus intuitives. La Honda Accord, encore elle - mais aussi les Hyundai Sonata et Kia Optima - fait nettement mieux sur ce point.

Le fait d’avoir conservé des boutons physiques et des commandes rotatives pour la température et la ventilation est aussi un point positif, les systèmes intégrés aux écrans tactiles obligeant le conducteur à quitter la route des yeux.

Pour conclure, si la Camry vous intéresse mais que l’absence de traction intégrale vous dérange, attendez encore un peu avant de finaliser votre achat. En effet, Toyota a récemment confirmé qu’elle serait bientôt pourvue du rouage intégral. Voilà un argument de vente supplémentaire en sa faveur.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéLes Toyota Camry et Avalon auront enfin un rouage intégral
Alors que la neige a maintenant enseveli le Québec, Toyota a une très bonne nouvelle à partager aux automobilistes : sa populaire Camry et sa grande berline Avalon seront bientôt disponibles toutes les deux avec un rouage intégral. Malheureusement, il sera impossible d’en profiter cet hiver, car la première n’arrivera …
EssaisHonda Accord hybride 2018 : la meilleure Accord?
Redessinée pour l’année-modèle 2018, la berline Accord a été bien reçue par la presse automobile, raflant plusieurs prix depuis ce temps. Le Guide de l’auto l’a proclamé son Meilleur achat dans la catégorie des berlines intermédiaires en 2018 et en 2019, battant de peu son archirivale la Toyota Camry. Elle …
Premiers contactsExclusif Hyundai Sonata 2020 : un design plus affirmé
La huitième génération de la Hyundai Sonata a été dévoilée sur la toile, et sera présentée au public pour la première fois au public au Salon de l’auto de New York le 17 avril prochain. Un mois avant sa première sortie publique, nous avons eu l’occasion de la conduire dans …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires