Volkswagen Golf GTI 2019 : de performance à polyvalence

Points forts
  • Plaisir de conduire
  • Performances
  • Polyvalence
Points faibles
  • Pas de phares au DEL sur la version de base
  • Requiert de l’essence super pour avoir les 228 ch
  • Il faut monter en régime pour sentir la puissance
Évaluation complète

Depuis son introduction sur le marché nord-américain en 1983, la Volkswagen Golf GTI a réussi à amener l’exaltation à un prix abordable. Est-ce que l’édition 2019 réussit à perpétuer la même chose?

Tout d’abord, l’année-modèle 2019 entraîne quelques nouveautés, en commençant par l’apparition de l’édition limitée Rabbit. Elle s’insère entre la version de base et la livrée haut de gamme Autobahn. Cependant, seulement 3 000 exemplaires seront disponibles. L’auto sera toujours offerte avec une transmission manuelle à six rapports, peu importe le modèle sélectionné.

Autre changement, Volkswagen a remplacé la transmission à double embrayage DSG à six rapports par une boîte à sept rapports. La puissance de la GTI passe de 210 à 228 chevaux. Cependant, il faut de l’essence super afin d’atteindre ces chiffres.

Photo: Dominic Boucher

Il faut souligner que la version à l’essai n’est que la GTI de base, donc à transmission manuelle. Dans ce cas-ci, elle chausse des jantes de 17 pouces qui font un excellent travail en équilibrant la conduite confortable et sportive. Elle sera équipée de l’option d’aide à la conduite pour une somme de 1 750 $.

Peu importe la version, la GTI ne déçoit pas : elle est athlétique et le moteur demande à se faire pousser. Rien ne vaut le son d’un turbo qui sile de toute sa splendeur!

Plus nous montons en régime, plus la Golf nous incite à devenir un démon de la route. Le couple est à son maximum dès 1 500 tr/min, et ce, jusqu’à 4 500 tr/min, permettant une poussée constante.

Une fois cette plage dépassée, le calage variable des soupapes entre en jeu, de sorte que même à 5 000 ou 5 500 tr/min, le quatre cylindres 2,0 L TSI continue de nous transporter vers la démence…

Photo: Dominic Boucher

De retour sur terre, même si le couple est à son maximum assez tôt, il faut néanmoins atteindre 3 500 tr/min pour vraiment bien sentir la poussée du moteur.

Naturellement, la GTI est un véritable go-kart. La maniabilité est excellente et le freinage très efficace, surtout parce que ce sont les mêmes freins retrouvés sur la Golf R.

La petite bagnole peut malgré tout être très civilisée. La suspension offre un équilibre entre le confort et la performance, contrairement à la Subaru WRX, par exemple, qui proposera plutôt un confort spartiate à cause de la suspension plus ferme.

Plusieurs modes de conduites sont présents pour vous desservir : Eco, Sport et « Individual ». Ils joueront sur le comportement routier en modifiant les paramètres de la direction, de l’entraînement, du blocage du différentiel et de la sonorité de l’échappement.

Photo: Dominic Boucher

La GTI est aussi synonyme de polyvalence. Par conséquent, la voiture abrite un habitacle bien pensé. Il est facile de monter à bord, tant à l’avant qu’à l’arrière. Le coffre, quant à lui, est modulable et son seuil est bas, permettant de déposer des objets aisément. On a droit à un volume de 645 L et de 1 492 L lorsque les sièges sont rabattus.

Ces derniers sont confortables et munis du fameux design carrelé du tissu Clark. Ils sont, par contre, un peu moins enveloppants que ceux d’une Subaru WRX ou d’une Hyundai Veloster N. La position de conduite est orientée vers le conducteur et les contrôles intégrés sur le volant sont faciles d’utilisation. Pour ce qui est de l’infodivertissement, la compatibilité avec Apple CarPlay et Android Auto est disponible de série. L’écran de 8,0 pouces avec les touches tactiles l’entourant est simple d’usage. La navigation n’est pas offerte d'origine, ni les haut-parleurs Fender. Typiquement à la Volkswagen, l’habitacle offre une qualité de finition et des matériaux sans reproche.

Photo: Dominic Boucher

Une petite déception quant aux phares. Les feux de jour sont aux DEL, mais pas les feux de croisement. Un drôle de choix, puisqu’une Golf Execline peut les avoir pour un prix similaire...

Les cotes de consommations annoncées de la manuelle sont de 9,8 L/100km en ville, 7,3 L/100km sur route pour une consommation combinée de 8,7 L/100km. La cote combinée pour la GTI automatique est de 8,6 L/100km. Nous avons réussi une cote de 7,0 L/100km, sur un trajet qui consiste principalement d’autoroutes et de routes intermédiaires.

Bref, la Golf GTI est une voiture qui procure davantage de plaisir de conduire tout en étant pratique. Elle perpétue encore ce qui la rend aussi unique : de la performance à un prix abordable.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Nouveaux modèlesLa Volkswagen Golf Mk8 dévoilée pour une première fois
C’est fait : la Volkswagen Golf de huitième génération vient d’être dévoilée en première mondiale lors d’un événement spécial à Wolfsburg, en Allemagne. Comme les images qui circulaient depuis un certain temps nous l’avaient annoncé, ses lignes ne représentent qu’une évolution par rapport à la génération sortante. Toutefois, les détails …
guideauto.tvFace à face : Volkswagen Golf R ou GTI?
Bien qu’elles soient fondamentalement différentes, les Volkswagen Golf R et GTI soulèvent les passions autant l’une que l’autre. Plus traditionnelle tout étant moins chère et mais moins puissante, la GTI n’est pas moins intéressante que sa grande sœur qui propose un système à quatre roues motrices. Au cours de cette …
2019Volkswagen Golf 2019: La seule vraie VW?
Chez Volkswagen, la gamme a énormément changé ces dernières années. Certains modèles sont disparus, d’autres se sont énormément américanisés. On a même vu apparaître de nouveaux modèles auxquels seule l’Amérique du Nord a droit. Les plus profonds amateurs de la marque pleurent donc l’époque où les produits vendus chez nous …
Commentaires