L’avenir des véhicules électriques selon Karim Zaghib d’Hydro-Québec

Considéré comme un des scientifiques les plus influents de la planète troisannées consécutives selon le palmarès « World’s most influential scientific minds », Karim Zaghib est chercheur et directeur général du Centre d’excellence en électrification des transports et en stockage d’énergie d'Hydro-Québec.

Récipiendaire il y a quelques jours à peine du prix Lionel Boulet, la plus haute distinction accordée par le gouvernement du Québec dans le domaine de la recherche et du développement en milieu industriel, M Zaghib répond à nos questions sur sa vision de l’avenir de l’électrification des transports.

DB : M. Zaghib, d’où vient votre intérêt pour la recherche en électrification des transports?

KZ : Depuis mon plus jeune âge, j’ai souffert de problèmes de santé liés à la pollution atmosphérique et je me suis dit que lorsque je serais adulte, je travaillerais de toutes mes forces pour tenter de diminuer cette pollution.

DB : Parlez-nous un peu de votre parcours.

KZ : Après avoir complété mon doctorat en électrochimie à l’Institut Polytechnique de Grenoble et travaillé pendant trois ans au Japon, je suis entré chez Hydro-Québec et ai adopté le Québec comme terre d’accueil. Je fêterai d’ailleurs mes 25 ans chez Hydro-Québec au printemps 2020. N’eut été du soutien de la société d’État et du gouvernement, jamais je n’aurais pu me consacrer autant à la recherche sur les nouvelles chimies de batteries. La création du Centre d’excellence en électrification des transports et en stockage d’énergie en est d’ailleurs l’aboutissement logique et j’ai la très grande chance de pouvoir compter sur une équipe de chercheurs extraordinaires. Car, ne l’oublions pas, ce travail se fait toujours en équipe.

DB : Quelle est la mission de ce centre?

KZ : Notre focus est double. D’abord, nous travaillons au développement de la batterie solide (lithium-métallique) dont la densité sera à terme de 400 à 500 Wh par kg et de 800 à 1000 Wh par litre, le tout à environ 100 $ le kWh. Cela signifie que dans un espace similaire à celui nécessaire pour les batteries actuelles, les batteries auront deux fois plus d’autonomie… pour un prix deux fois moindre que le prix des batteries qu’on retrouve de nos jours dans les véhicules électriques, ce qui les rendra aussi abordables et beaucoup plus performants que les véhicules à essence.

Nous devrions être en mesure de voir de telles batteries sur le marché à l’horizon 2026-2027. De plus, ces batteries très flexibles seront extrêmement sécuritaires.

Ensuite, nous travaillons aussi au recyclage des batteries afin que celui-ci soit le plus efficace et vert que possible dans une optique de création d’emplois au Québec et d’économie circulaire. C’est très important pour nous.

DB : En plus de votre prix, quelle est votre perception de l’impact du prix Nobel de chimie à MM. John Goodenough,Stanley Whittingham etAkira Yoshino pour le développement de la batterie lithium-ion?

KZ : Je connais bien M. Goodenough, ayant déjà travaillé et publié des articles scientifiques avec lui. Je suis d’avis que ces prix constituent une reconnaissance concrète de l’importance de l’électrification des transports dans la lutte contre les changements climatiques et la pollution atmosphérique.

DB : Comment voyez-vous l’avenir de la mobilité dans 5, 10, 20 ans?

KZ : À la vitesse où la technologie évolue, je m’attends à ce que les véhicules légers et lourds à moteur à combustion interne disparaissent dans un horizon plus rapide qu’on pourrait le croire. De plus, avec l’essor des véhicules légers électriques et celle imminente des véhicules autonomes, la mobilité sera très différente en 2030. Je m’attends aussi à ce que les véhicules lourds électrique et à hydrogène cohabitent à moyen terme.

DB : Croyez-vous que le Québec peut tirer son épingle du jeu dans cette grande course planétaire vers la décarbonisation de l’économie?

KZ : Avec son historique de recherche, ses talents reconnus mondialement dans plusieurs secteurs, son réseau universitaire comparable à celui de Boston ou de la Californie et son énergie renouvelable, le Québec a tous les atouts pour devenir un leader. Il y a urgence climatique et les Québécois en sont très conscients. C’est avec ce défi en tête que notre équipe travaille d’arrache-pied afin de contribuer à la solution. C’est à la fois inquiétant… et emballant. »

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ÉlectriqueQuel avenir pour les véhicules électriques chez Chevrolet?
Avec l’annonce récente de la mort de la Volt , le paysage des véhicules électriques s’apprête à changer chez General Motors. Pour en discuter, les animateurs de l’émission Le Guide de l’auto ont reçu Yannick Asselin, directeur commercial et conseiller aux ventes chez Bourgeois Chevrolet. Depuis plusieurs années, ce concessionnaire …
ActualitéAchat en ligne : le futur selon Hyundai
Par Dominic Boucher Aux dires d’un dirigeant de Hyundai Canada, le constructeur coréen mettra l’emphase sur la vente en ligne au cours des années à venir. En 2016, Hyundai a lancé sa marque de luxe Genesis tout en introduisant simultanément un système d’achat en ligne. Dans cette même avenue, le …
ÉlectriqueElectrify Canada : un nouveau réseau de bornes de recharge est lancé
Electrify Canada, un nouveau réseau de stations de recharge rapide implanté par Volkswagen au Québec, en Ontario, en Colombie-Britannique et en Alberta, a ouvert mercredi le premier de ses 32 emplacements prévus au centre commercial Toronto Premium Outlets de Halton Hills, en Ontario. L’entreprise a également annoncé sa nouvelle application …
ÉlectriqueVoitures électriques : des bornes de recharge chez Canadian Tire
Après l’ouverture d’une première borne pour véhicules électriques en Ontario le mois dernier, Electrify Canada a annoncé hier que plus de 20 stations verront le jour à certains magasins Canadian Tire du pays. Electrify Canada est un nouveau réseau de recharge rapide implanté par Volkswagen au Québec, en Ontario, en …
ActualitéHydro-Québec veut se lancer dans la production d’hydrogène
Par Pierre Couture Hydro-Québec croit que l’hydrogène a un grand potentiel. La société d’État a maintenant la ferme intention de développer cette filière au Québec et de se lancer dans la production, a appris Le Journal . « On peut devenir des producteurs d’hydrogène propre avec l’électricité que l’on a …
BloguePour une SAAQ qui incite à l'écomobilisme
Certains groupes radicaux aimeraient que l’automobile à essence soit carrément bannie. Que l’auto électrique devienne l’unique option, sans penser aux répercussions. Comme s’il s’agissait de LA solution. Allons, soyons sérieux! Je vous l’accorde, la voiture électrique est de loin l’automobile neuve la moins polluante que l’on puisse se procurer. Et …
ÉlectriqueMaintenant plus de 60 000 véhicules électriques au Québec
Aidé par le deuxième meilleur trimestre de son histoire, le Québec compte maintenant 60 784 véhicules électriques immatriculés, selon les plus récentes données de la Société de l’assurance automobile du Québec et de l’Association des véhicules électriques du Québec (AVÉQ). De ce nombre, on compte 30 850 modèles entièrement électriques, …
BlogueVéhicules électriques et pannes d’électricité : de nouvelles possibilités
La panne d’électricité qui a privé de courant près de 1 million de clients d’Hydro-Québec il y a quelques jours a fait ressurgir une question chez certains consommateurs. En effet, que font les propriétaires de véhicules électriques lorsqu’une panne d’électricité les empêche de les recharger à la maison? Cette question …
Commentaires