BMW i3 2019 : retour à l’avant-scène

Points forts
  • Autonomie améliorée
  • Prix à la baisse
  • Agrément de conduite digne de BMW
Points faibles
  • Espace arrière restreint
  • Espace cargo limité
  • Sensible aux vents latéraux
Évaluation complète

Alors que l’arrivée de plusieurs petits multisegments électriques offerts depuis deux ans par la concurrence semblaient avoir donné un coup de vieux à la BMW i3, le constructeur bavarois a décidé de « rafraichir » son porte-étendard électrique pour 2019.

Si la BMW i3 de 2014 ne proposait que 130 kilomètres d’autonomie moyenne, la nouvelle cuvée en offre maintenant 246, grâce à sa nouvelle batterie de 42 kWh. L’ayant conduit à la fin de l’été, j’ai souvent dépassé les 300 kilomètres d’autonomie et me suis même rendu à 340 kilomètres d’autonomie en conditions idéales.

Un prix plus bas

La concurrence et le gouvernement fédéral ayant forcé le jeu, BMW Canada a abaissé le prix de départ de la BMW i3 pour 2019. C’est ainsi qu’il est passé de 48 750 $ il y a quelques mois à 44 950 $... ce qui rend ce véhicule admissible au nouveau rabais fédéral de 5000 $. La BMW coûte donc plus de 8000 $ de moins qu’il y a quelques mois, ce qui est loin d’être négligeable.

Cela signifie que vous pouvez avoir accès à une BMW i3 à un prix de départ de 49 698$ (une fois inclus les coûts de transport, préparation… et les autres coûts connexes qui sont, disons-le, quelque peu prohibitifs) + taxes duquel vous soustrayez ensuite 13 000 $ de rabais gouvernementaux.

Pour une BMW électrique dotée d’une telle autonomie, ça devient intéressant.

Photo: BMW AG

Le prolongateur d’autonomie

Pour ceux et celles qui craignent que cette autonomie ne s’avère pas toujours suffisante, BMW est le seul constructeur automobile qui offre, en option, un prolongateur d’autonomie : le REx.

Contrairement à ce que certains ont affirmé, la i3 REx demeure toujours disponible. Ce prolongateur est un petit moteur à essence de 650 centimètres-cube et 38 chevaux qui prolonge effectivement l’autonomie de la voiture d’environ 140 kilomètres. Autrement dit, ne pensez pas que vous partirez en voyage uniquement avec le moteur à essence!

Offert à un prix de départ de 53 600 $, ce modèle est lui aussi admissible aux deux rabais gouvernementaux. Ça veut tout de même dire que l’ajout du prolongateur augmente le prix de départ de ce véhicule de 8 650 $. Il faut donc vraiment en avoir besoin.

Photo: BMW AG

Conduite digne d’une BMW

Sur la route, la petite i3 est particulièrement agile. Offrant une suspension ferme et une direction précise tout en accélérant de 0 à 100 km/h en 7,3 secondes grâce à son couple instantané, elle se faufile facilement dans la circulation. Elle a un petit côté « go kart » qui n’est franchement pas désagréable!

Sur l’autoroute, elle se comporte en routière accomplie… jusqu’à ce qu’il vente. Sa forme étroite et élevée combinée à ses pneus minces la rendent sensible aux vents latéraux.

Intérieur unique

L’intérieur de la i3, fait en partie de matériel recyclé et de bois, témoigne avec éclat de sa vocation « écolo ». D’ailleurs, lors de son arrivée sur le marché, ce véhicule iconoclaste n’a laissé personne indifférent. Si certains le trouvaient franchement « plus i2 que i3 », d’autres au contraire appréciaient son originalité. Force est de constater qu’après cinq ans sur le marché, elle a bien vieilli.

Photo: BMW AG

Ses sièges sont parmi les plus confortables du segment et ses commandes sont dignes de BMW, c’est-à-dire quelque peu tarabiscotés. Cela dit, les informations sont très complètes et précises. S’asseoir à l’arrière demeure compliqué à cause des portes « suicide »… et de la petitesse des places. Quant à l’espace cargo, il est pour le moins restreint.

Photo: BMW AG

Finalement, son châssis de carbone unique en son genre qui allège cette voiture est un tour de force qu’on ne peut passer sous silence. Chapeau.

Le temps de recharge sur une BRCC de 50 kW a été d’environ 35 minutes de 15% à 80%, ce qui est dans la bonne moyenne.

Une voiture d’exception

Originale et agréable à conduire, la BMW i3 passera à l’histoire comme un jalon important de l’histoire de la voiture électrique allemande. Sans être le nec plus ultra en matière d’autonomie, elle pourra certainement, grâce à sa cure de rafraichissement, séduire de nouveaux « électromobilistes » qui veulent se rendre du point A au point B… avec style.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ÉlectriqueConfirmé : la BMW i3 ne sera pas renouvelée
La BMW i3 électrique ne figure plus dans les plans du constructeur allemand et elle prendra sa retraite à la fin de la génération actuelle – la première et la seule. Il n’y aura pas d’autres mises à jour non plus. La nouvelle a été confirmée au Financial Times par …
ÉlectriqueEn studio : plus d'autonomie pour la Chevrolet Bolt 2020
Avec le journaliste du Guide de l'auto Antoine Joubert accompagné de Daniel Melançon, il est question aujourd’hui de la Chevrolet Bolt EV 2020 . On fait le tour de ses avantages face aux modèles concurrents et il y en a plusieurs… Vous y retrouvez-vous sur le marché des voitures 100% …
Pleins feux surBMW X6 2020 : direction Caroline du Sud pour le conduire
Cette semaine, l’équipe du Guide de l’auto s’envole vers la ville de Spartunburg, en Caroline du Sud, quartier général des VUS de BMW, pour mettre à l’essai le tout nouveau BMW X6 2020 . Lorsque le premier X6 fut introduit en 2008, l’idée de fusionner le design d’un coupé sport …
Premiers contactsBMW M235i xDrive Gran Coupé 2020 : il y a de l’espoir
SPARTANBURG (Caroline du Sud) – La BMW Série 2 comme on la connaît, avec son rouage à propulsion et sa boîte manuelle, nous quitte. Elle sera remplacée par une nouvelle architecture avec moteur transversal et une boîte automatique. Tout pour décourager les amateurs de conduite sportive. Nous venons de la …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires