Ford Edge 2019 : popularité bien méritée

Points forts
  • Polyvalence indéniable
  • Performances et économie de carburant
  • Habitacle confortable
Points faibles
  • Finition et qualité d’assemblage discutables
  • Larges piliers obstruant la visibilité
  • Groupes d’options coûteux
Évaluation complète

Chez Ford, l’Edge est le troisième modèle le plus vendu au Canada après les camions de Série F et l’Escape. Alors que les consommateurs délaissent leurs voitures pour des véhicules utilitaires offrant une position de conduite plus élevée, de l’espace de chargement et la sécurité supplémentaire d’un rouage intégral, l’Edge est un choix polyvalent et accessible, et ses ventes demeurées stables au fil des ans démontrent la fidélité de sa clientèle.

Pendant des années, il concurrençait le Hyundai Santa Fe, le Kia Sorento, le GMC Acadia, le Nissan Murano et, de façon discutable, les Jeep Grand Cherokee et Toyota 4Runner. Toutefois, deux nouveaux VUS intermédiaires à cinq passagers sont arrivés pour le millésime 2019, soit le Honda Passport et le Chevrolet Blazer.

Si le premier n’est pas une menace au palmarès des ventes pour l’instant, le deuxième s’avère un franc succès pour GM au Canada, s’écoulant davantage que tous les autres VUS mentionnés ici depuis sa mise en vente plus tôt en 2019. De plus, Volkswagen introduira bientôt son nouvel Atlas Cross Sport à cinq passagers sur le marché nord-américain. Ford devrait-il s’inquiéter? Un peu.

Photo: Michel Deslauriers

Le Ford Edge 2019 a reçu des changements de mi-génération afin de rester frais, tels que des parties avant et arrière redessinées pour le rapprocher de la nouvelle tendance du design de la marque, et de nouvelles jantes en alliage. La version Titanium plus chic que nous avons conduite était dotée de l’ensemble Elite, qui comporte des insertions chromées sur la carrosserie, des roues de 20 pouces ainsi que des ajouts aérodynamiques boulonnés au bas des portes – bien qu’un morceau de ceux-ci était mal fixé et commençait à se détacher...

Le design intérieur est de bon goût, avec une quantité restreinte de garnitures chromées et une planche centrale épurée. La finition et la qualité d’assemblage sont acceptables, sans plus, et l’on retrouve des panneaux en plastique bon marché à quelques endroits. En revanche, la sellerie en cuir est souple et les sièges sont confortables pour voyager sur de longues distances. On profite d’un bon espace pour trois passagers à l’arrière, avec à peine une petite bosse au plancher pour gêner l’occupant central. On aimerait toutefois que les piliers ne soient pas aussi larges, puisqu’ils cachent des voitures et des cyclistes dans la circulation urbaine, on doit donc être très prudents.

Photo: Michel Deslauriers

Le système multimédia SYNC 3 est facile à utiliser avec son écran tactile de huit pouces et un puissant logiciel de reconnaissance vocale. Il comprend l’intégration Apple CarPlay et Android Auto. Ce système figure de série dans toutes les déclinaisons sauf la SE de base, qui doit composer avec une rudimentaire interface SYNC qui semble âgée de dix ans.

Quant à l’espace de chargement, le Ford Edge 2019 offre un généreux volume de 1 111 litres avec les dossiers arrière relevés, et 2 078 litres lorsque ceux-ci sont rabattus pour créer un plancher presque plat. Ses concurrents en proposent autant, à l’exception du Passport profitant d’un immense coffre de 2 854 litres. Un hayon à commande électrique est livrable, qui inclut un capteur de mouvement du pied – afin que l’on puisse accéder au véhicule même avec les bras chargés de sacs ou de boîtes.

Chaque déclinaison - sauf le performant Ford Edge ST - est équipée d’un quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres, développant 250 chevaux ainsi qu’un couple de 280 livres-pied à 3 000 tr/min, géré par une boîte automatique à huit rapports.

Photo: Michel Deslauriers

Ford mentionne que les chiffres de puissance ont été calculés en utilisant de l’essence avec un taux d’octane de 93, qui n’est pas trop commun dans les stations-service – l’essence super affiche un taux d’octane de 91 –, mais l’Edge peut rouler à l’essence ordinaire. La cylindrée du moteur peut sembler petite pour un si gros VUS, mais ce dernier n’a aucun problème à faire avancer le véhicule promptement. On a bouclé le 0-100 km/h en 7,3 secondes à bord de notre Titanium Elite.

L’Edge est également peu énergivore, avec une cote mixte ville/route de 10,0 L/100 km. Dans sa catégorie, le Santa Fe de base et son quatre cylindres de 185 chevaux affiche une cote de 10,1 et le Murano avec son V6 de 260 chevaux, 10,3. Nous avons enregistré une moyenne de 10,6 L/100 km lors de notre essai en utilisant de l’essence ordinaire.

Le moteur EcoBoost de 2,0 litres aide aussi l’Edge à tirer une remorque ou un bateau, avec une capacité maximale de 1 588 kilogrammes (3 500 livres) lorsque le véhicule est muni de l’attelage en option. C’est bon, mais dans son segment, seul le Murano fait pire. Au final, cette motorisation n’a pas la douceur ni le raffinement d’un six cylindres, mais fait néanmoins son travail correctement.

Photo: Michel Deslauriers

L’Edge SE à 36 099 $ (avant les frais de transport et de préparation) est plutôt dégarni, mais inclut au moins le rouage intégral. On passerait notre tour sur celui-ci dû à son manque d’équipements, de confort et de commodité, pour se tourner vers le SEL, vendu à 38 099 $ avec les roues motrices avant et à 40 099 $ avec l’intégrale. Pour cette somme, on obtient des sièges avant chauffants, un climatiseur automatique bizone, un démarreur à distance et un siège du conducteur à réglage électrique, mais l’on doit quand même débourser davantage pour un toit ouvrant panoramique, un volant chauffant et un régulateur de vitesse adaptatif. Un Edge bien équipé finira par coûter quelque 45 000 $, et notre Titanium Elite à l’essai fait sonner la caisse à 52 699 $.

En passant, on ne peut recommander l’achat du système de divertissement par DVD aux places arrière, une option non seulement coûteuse à 2 100 $, mais très difficile à utiliser pour des enfants. Vaut mieux acheter des tablettes numériques à 200 $ la pièce pour chacun des passagers et leur fournir un accès Wifi...

En résumé, le Ford Edge 2019 est très convivial au quotidien. Il est spacieux, il réalise de belles performances sans coûter trop cher à la pompe et adopte un bon comportement routier. Son prix est également concurrentiel, et c’est pourquoi tant de gens l’achètent. Bien sûr, le design du Blazer est plus sportif et la polyvalence du Passport est plus grande, mais l’Edge satisfera les besoins de toute famille active.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Premiers contactsFord Edge ST 2019 : nous en sommes rendus là
SALT LAKE CITY, Utah – En tant que journalistes, il est de notre devoir de mettre de côté les opinions subjectives et de prioriser l’objectivité. Mais il arrive des moments où il est difficile de garder notre sang-froid tellement le sujet couvert est outrageux. Prenons le véhicule à l’essai ici, …
Premiers contactsFord Explorer 2020 : une solide attaque à cinq
STEVENSON, Washington – La chose est simple, l’Explorer est le plus grand succès qu’ait connu le doyen des constructeurs américains ces 30 dernières années. D’accord, les Ford GT sont spectaculaires et les Mustang assez réussies, mais ces voitures sport n’ont pas changé la vie quotidienne de quelques centaines de millions …
2019Ford Edge 2019: La nouvelle berline familiale de Ford
Le poids sur les épaules de l'Edge n’a jamais été aussi lourd. Sous peu, il sera le véhicule vers lequel les concessionnaires Ford dirigeront les consommateurs à la recherche du véhicule intermédiaire idéal pour tous les besoins de la famille québécoise moyenne. Il faut croire que Ford a, évidemment, prévu …
ActualitéUne version King Ranch pour le Ford Expedition 2020
Pendant que les ventes de véhicules électrifiés augmentent graduellement, celles du grand Ford Expedition grimpent en flèche. En effet, au cours des six premiers mois de 2019, elles ont affiché une hausse de 44% au Canada et de 56% aux États-Unis par rapport à la même période en 2018 – …
EssaisHonda Passport 2019 : le format mitoyen
Un nouvel utilitaire a fait son apparition dans les salles d’exposition des concessionnaires Honda en février dernier. On l’appelle Passport. Ce modèle de taille moyenne s’apparente largement au Pilot d’abord par sa forme massive, mais aussi par sa motorisation et ses cotes. Contrairement à ce dernier, toutefois, son habitacle n’a, …
Commentaires