GMC Acadia AT4 2020 : porter l'uniforme

Points forts
  • Excellent moteur V6
  • Habitacle confortable et attrayant
  • Système multimédia exemplaire
Points faibles
  • Consommation du moteur V6 à revoir
  • Troisième rangée de sièges étriquée
  • Qualité de finition discutable
Évaluation complète

La marque GMC tente de se renouveler. On a récemment vu apparaître les nouveaux GMC Sierra et GMC Sierra HD, puis une annonce que la déclinaison AT4 sera offerte pour tous les modèles. Entre les Yukon et les pick-up chez GMC, il y a aussi l’Acadia, un VUS intermédiaire à trois rangées.

Venant tout juste de subir une refonte pour l’année-modèle 2020, nous venons de le mettre à l’essai sur les routes du Wyoming.

Sur son 36

L’Acadia est un cas intéressant chez General Motors. On a souvent reproché au géant américain d’abuser du multimarquage; c’est-à-dire l’art de vendre le même véhicule sous plusieurs marques différentes. Dernièrement, on a vu Cadillac faire exactement ça avec son XT6.

Mais avec l’Acadia, GMC démontre qu’elle peut réellement être une marque à part. Certes, nous parlons grosso modo du même véhicule qu’un Chevrolet Traverse ou un Buick Enclave au chapitre de son architecture, mais celle-ci a été raccourcie exclusivement pour l’Acadia. Ainsi, c’est un véhicule nettement plus compact que ses cousins. Même le Chevrolet Blazer qui, lui aussi a recours à cette plate-forme, se distingue de l’Acadia.

Photo: William Clavey

Les changements pour 2020 sont minimes, mais substantiels. On lui a donné une petite cure de rajeunissement par le biais d’une nouvelle calandre et de nouveaux phares. L’arrière a également été revu et, comme promis, la déclinaison AT4 se joint à la gamme.

Un nouveau moteur a été ajouté au menu, soit un quatre cylindres turbo de 2,0 litres d’une puissance de 230 chevaux. Le quatre cylindres atmosphérique de 2,5 litres est toujours offert avec ses 193 chevaux.

Étant donné que notre modèle d’essai était la déclinaison AT4, le seul moteur disponible est le V6 de 3,6 litres développant 310 chevaux et un couple de 271 lb-pi. Il est jumelé à une nouvelle boîte automatique à neuf rapports, au lieu de six.

Habillé en AT4, l’Acadia – qui vient de série avec le rouage intégral de GM - est vêtu de jantes noircies de 17 pouces enveloppées de pneus hors route, d’une grille également noircie et de quelques finitions d’habitacle. L’ensemble, surtout esthétique, remplace la déclinaison All Terrain au sein de gamme. Rien ne change sur le plan de sa mécanique.

Photo: William Clavey

Sept passagers, un peu juste

Étant donné que l’Acadia est plus court que ses cousins, il se rapproche plus d’un VUS intermédiaire à cinq passagers comme un Blazer ou un Honda Passport. GMC a tout de même insisté pour lui laisser sa troisième rangée de sièges, mais il est possible de s’en tenir à une variante à cinq passagers si on le désire.

Sans surprise, la troisième banquette s’avère plus étriquée que chez la concurrence, surtout au chapitre du dégagement pour les jambes. Elle sert principalement à dépanner, ou pour y assoir un enfant.

La deuxième rangée, quant à elle, s’offre soit en banquette trois places, soit en sièges capitaines, comme notre modèle d’essai. Ces places sont hyperconfortables, disposant d’un excellent dégagement pour la tête, les épaules et les jambes. Cependant, le nombre total de passagers tombe à six au lieu de sept.

Photo: William Clavey

En revanche, lorsque la dernière rangée de sièges est baissée au plancher, l’Acadia peut engouffrer jusqu’à 2 237 litres de marchandise, faisant de lui un VUS nettement plus volumineux qu’un Blazer ou un Jeep Grand Cherokee. Le GMC Acadia peut remorquer jusqu’à 4 000 livres (1 814 kg).

Sur la route, l’Acadia adopte une tenue de route étonnement raffinée et son habitacle s’avère silencieux. Notre modèle d’essai était décoré de sièges couleur caramel, lui confiant une allure riche et charmante. Le design de l’habitacle est franchement bien exécuté, et l’emplacement des commandes font de l’Acadia un VUS que l’on apprivoise rapidement.

Les boutons-poussoirs de la boîte de vitesses montés sur la planche de bord nous ont malgré tout donné un peu de fil à retordre, mais ils laissent place à une console centrale dégagée et agrémentée de compartiments de rangement ainsi que d’une commande pour la transmission intégrale. Depuis une molette centrale, il est possible de désengager les roues arrière pour favoriser la consommation d’essence, ou d’alterner entre les divers modes de conduite.

Photo: William Clavey

Certes, l’habitacle de l’Acadia revêt une allure chic et au goût du jour, mais il ne faut pas creuser trop loin avant de remarquer des lacunes, comme des matériaux de piètre qualité ou une qualité d’assemblage décevante.

Cela étant dit, nous n’avons rien à reprocher au système multimédia de GMC. Comme dans chaque produit GM, son interface est et facile à saisir. Les groses icônes colorées simplifient son utilisation tout en proposant une panoplie de technologies de série, comme une borne Wi-Fi (avec abonnement) et le mode de conduite Valet. Ce système est compatible avec Android Auto et Apple CarPlay de série.

Photo: William Clavey

Un bijou de moteur

La plus grande force de l’Acadia demeure son moteur V6. Privé d’un turbo, il figure parmi les derniers de sa race, fournissant une bonne dose de couple et de puissance à ce VUS. À l’aise à haute révolution, c’est un moteur qui réalise de promptes accélérations tout en émettant une mélodieuse trame sonore. La boîte automatique, elle, est sans faille, nous servant le bon rapport en toute souplesse.

Toutefois, malgré les efforts de GM pour réduire sa consommation d’essence via l’ajout de cette boîte de vitesses, l’Acadia AT4 demeure un glouton à la pompe. Notre essai fut bref, mais il a été difficile pour nous de nous en tenir sous la barre des 10 L/100km.

À ce chapitre, nous sommes curieux de comparer avec le nouveau moteur quatre cylindres, chose que l’on pourra tester prochainement.

Photo: William Clavey

Le GMC Acadia AT4 2020 n’est pas sans concurrents. Par chance pour General Motors, le produit final est bien exécuté dans son ensemble. Le fait que ce VUS se positionne à mi-chemin entre un VUS à cinq et à sept passagers le rend intéressant et niché.

Chose certaine, il va à l’encontre des habitudes du constructeur de recycler le même modèle sous plusieurs marques. L’Acadia s’affiche donc comme véhicule distingué, unique et étonnamment bien foutu. En déclinaison AT4, on a affaire à un bon soldat qui porte fièrement son uniforme.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéGMC annonce plus de modèles AT4 dans sa gamme
General Motors vient d’annoncer les divers changements et ajouts à sa gamme de VUS et de camions GMC pour 2020. Bonne nouvelle aussi pour les amateurs de conduite hors route : tous les véhicules GMC proposeront une version AT4 d’ici deux ans. Commençons au bas de l’échelle. Le GMC Terrain …
Premiers contactsGMC Sierra 1500 AT4 2019 : le camion de l'apocalypse
SAN DIEGO (Californie) – Bon, soyons honnêtes, le GMC Sierra AT4 2019 n’est pas aussi extrême qu’un Ford F-150 Raptor. Et quand Ram sortira son Rebel TRX, qui sera probablement alimenté par un moteur de Hellcat , il risque d’être encore plus méchant. Ça n’empêche pas le GMC d’être une …
EssaisChevrolet Traverse 2018 : plus gros, plus petit, meilleur
Lorsque General Motors a lancé son quatuor de VUS intermédiaires en 2007 et 2008, qui incluait le Chevrolet Traverse, le GMC Acadia , le Buick Enclave et le feu Saturn Outlook , on a fait des vagues dans le segment en maximisant l’espace intérieur dans un format – relativement – …
2019GMC Acadia 2019: Faire bande à part
Avant la crise automobile des années 2008 et 2009, General Motors comptait plus de 700 points de vente au Canada, dont au moins 150 concessionnaires au Québec. Pour régler ses ennuis, le numéro un américain avait dû se résoudre à réduire son réseau à 450 concessionnaires incluant 84 établissements dans …
Commentaires