Volkswagen Golf / GTI, la supériorité tranquille

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2010

À son lancement, la toute première Golf a instantanément défini la voiture compacte moderne. Au fil des trois décennies et demie qui ont suivi, son influence ne s’est jamais démentie puisqu’elle n’a jamais cessé d’évoluer et de se bonifier malgré quelques ratés nord-américains. Le fait qu’elle se soit maintenue au premier rang des ventes européennes n’a pas nui non plus. La Golf retrouve heureusement son nom d’origine avec le lancement de la sixième génération qui nous amène aussi une GTI et une Golf familiale toutes nouvelles.

Pas de révolution pour cette Golf Mk6. Ce n’est d’ailleurs pas dans les habitudes de la maison. Volkswagen a constamment joué la carte de l’évolution avec la Golf, en tenant toujours le cap sur des progrès techniques concrets. Cette voiture s’est ainsi  maintenue sans cesse aux avant-postes en termes de comportement, de confort, de qualité et de sécurité. La Golf et ses variantes ont rarement été les reines de la performance pure mais aucune de leurs rivales n’a offert un tel équilibre et un tel ensemble de qualités avec une telle constance.

Pour cette sixième génération, le géant de Wolfsburg y est allé discrètement tout en ajoutant des touches qui évoquent certains traits des modèles antérieurs. Quelques éléments de la nouvelle GTI rappellent même carrément la toute première du nom. Le tissu à carreaux « Interlagos » des sièges, par exemple, ou les minces bandes rouges de la calandre qui s’est amincie et profilée.

Une famille joliment élargie

Depuis deux ans, la Golf de cinquième génération se cachait sous le nom « Rabbit » qu’on lui avait donné à l’origine pour ses débuts nord-américains. Volkswagen reprend enfin ses esprits et lui redonne le nom « Golf » qu’ont porté plus de 26 millions de ses semblables de par le monde depuis 1974. Mieux encore, la série Golf sera plus complète que jamais en 2010 puisqu’elle regroupe désormais des Golf et GTI avec hayon à deux et quatre portières et aussi une Golf familiale pour la première fois. Les Golf seront propulsées par le 5 cylindres de 2,5 litres et 170 chevaux ou un diesel turbocompressé TDI de 2,0 litres à injection directe frugal et musclé de 140 chevaux. La GTI se réserve le merveilleux quatre cylindres turbocompressé FSI à injection directe qui livre 200 chevaux à 5 300 tr/min et un couple maxi de 207 lb-pi sur une plage de régime exceptionnelle de 1 700 à 5 300 tr/min.

L’habitacle des nouvelles Golf a lui aussi été redessiné et sa finition s’inspire de celle de la chic Passat CC qui lui prête également certaines de ses commandes. On a soigné la qualité des matériaux et de la finition pour que la Golf redevienne la meneuse de sa catégorie à cet égard. C’est mission accomplie à en juger par la cabine de la GTI, la première représentante de cette sixième génération que nous ayons conduite et examinée de près. Les cuirs, plastiques et tissus sont de très belle qualité, les commandes simples, claires, efficaces et bien placées. Aucun tape-à-l’œil, aucun clinquant. Seulement quelques minces moulures et bordures d’aluminium pour rehausser le contour des commandes et des cadrans, y compris les lève-glaces sur les contre-portes.

Héritière d’une longue lignée

Le sigle GTI a été inventé par Volkswagen pour la première version sportive de sa Golf qui fut lancée en 1976. Ces trois lettres signifiaient « Grand Tourisme Injection » pour souligner le type d’alimentation de son quatre cylindres de 1,6 litre et 108 chevaux. L’injection était une nouveauté à l’époque. La nouvelle GTI est donc presque deux fois plus puissante avec les 200 chevaux de son moteur turbo, mais surtout infiniment plus raffinée et sûre et nettement plus performante.

La silhouette et les proportions de la nouvelle Golf sont parfaitement reconnaissables mais les panneaux de la carrosserie ont quasiment tous été modifiés. Pour la GTI, on évoque l’aïeule sans farder la carrosserie et en n’ajoutant que l’aileron qui est perché au sommet du hayon pour favoriser l’aérodynamisme. Les bas de caisse sont plus sculptés et l’arête qui parcourt les flancs lui donne une allure plus musclée. La version Luxe ajoute : sellerie en cuir, toit ouvrant, connectivité Bluetooth, chaîne stéréo plus puissante et un système de navigation efficace avec disque dur de 80 Go. La principale option sera la boîte de vitesse séquentielle DSG à double embrayage.

Le surpiqué rouge sur les sièges baquets et la gaine en cuir du volant sport sont un autre clin d’œil à la première GTI. Le volant lui-même est bien sculpté et se prend impeccablement en main. Le pédalier à surface d’aluminium striée de bandes de caoutchouc pour les journées pluvieuses, y compris un large repose-pied, est repris du modèle précédent. Les deux grands cadrans ronds classiques sur fond noir sont parfaitement lisibles.

La nouvelle GTI profitera du système XDS, un différentiel autobloquant virtuel qui est une extension astucieuse de l’antidérapage ESP. Le XDS applique au besoin le frein de la roue intérieure en amorce de virage pour que la GTI puisse « pivoter » plus facilement. Ça fonctionne et très bien. Le sous-virage est pratiquement nul, même en poussant fort. Il faut cependant dire que la GTI affiche déjà une agilité et une stabilité fondamentales impressionnantes, quel que soit le tracé de la route ou la surface. Pas de régulateur de vitesse automatique, de sonars ou de caméra de stationnement non plus que la 2e génération du système Park Assist qui permet à la voiture de se stationner « toute seule ». La GTI restera ainsi pleinement compétitive pour le prix.

L’athlète de la famille en pleine forme

Nous aimerions avoir accès au système Dynamic Chassis Control qui offre trois modes de conduite qui modifient les tarages des amortisseurs et la fermeté de la servodirection. Ce système, goûté lors du lancement sur les lacets du sud de la France, est très convaincant. Or, puisque les tarages de suspension de la version importée se situent entre les modes Normal et Sport en termes de fermeté et d’amortissement, avec une carrosserie abaissée de 22 mm à l’avant et 15 mm à l’arrière, la GTI est agile à souhait.

Son moteur turbo est toujours brillant et aussi bien servi par la boîte de vitesse séquentielle DSG que par la manuelle. Toutes deux ont 6 rapports et toutes deux sont précises, rapides et efficaces. Les reprises sont invariablement franches et accompagnées d’une sonorité d’échappement réjouissante. En pleine accélération, chaque passage de vitesse avec la boîte DSG provoque un savoureux « hoquet » digne d’une voiture de course ou de rallye. Aux commandes, les sièges sont impeccablement sculptés et offrent un excellent amalgame de confort et de maintien.

Des réglages séparés pour l’angle et la hauteur du coussin seraient préférables au réglage en diagonale typique de VW. La position de conduite est néanmoins juste, en dépit d’une console qui se fait très large à la hauteur des genoux. La plus grande surprise, au premier abord, est l’absence remarquable de bruit. Le constructeur affirme que le bruit de vent a chuté de 3 décibels (dB) à 120 km/h, donc de moitié. Le bruit du moteur aurait également été réduit de 3 dB au ralenti et 5 dB en général. Pour effets sonores agréables; appuyer sur la pédale de droite !

Cette nouvelle GTI est une voiture équilibrée et complète comme il y en a très peu et elle se transforme en sportive affutée d’un simple coup d’accélérateur. Et s’il vous faut plus de chevaux, souhaitez que Volkswagen importe la Golf à rouage intégral et moteur turbo plus puissant, promise pour le salon de Francfort cet automne.

Feu vert

Comportement sans faille (GTI)
Motorisation de premier cran
Finition et matériaux impeccables
Silence de roulement étonnant
Espace de chargement et passe-skis superbes

Feu rouge

Console centrale encombrante
Régulateur de vitesse archaïque
Petits boutons de la climatisation
Réglage en hauteur du siège difficile

Partager sur Facebook
Commentaires