Ford Transit Connect, sympathique et pratique

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2010

Il ne se passe pas une semaine sans qu’une personne de retour d’Europe ne me demande pas pourquoi tel ou tel modèle n’est pas importé en Amérique du Nord. Chaque fois, c’est la même réponse. Il y a déjà eu plusieurs tentatives par le passé d’amener certains modèles sur notre marché, mais les succès ont été rares. Il suffit de parler du Merkur XR4-Ti dans le cas de Ford et de la Cadillac Allante chez GM pour tout comprendre. Ces insuccès s’expliquent la plupart du temps parce qu’on avait choisi la mauvaise voiture. Est-ce le cas du Transit Connect ?
L’arrivée du Transit Connect est la preuve que la direction de Ford a maintenant une vision globale du marché de l’automobile. Ce modèle existait sur trois autres continents depuis au moins sept ans et connaissait beaucoup de succès. Il a fallu l'arrivée d’Allan Mullaly à la tête de Ford pour que la vision territoriale des Américains soit remplacée par une vision plus large et permette la présence de ce véhicule sur nos routes.

Quatre continents !

Le Transit Connect a essentiellement été dessiné et développé pour le marché européen, marché dominé par le Transit tout court, une fourgonnette commerciale qui est vendue sous de multiples moutures. Le Connect, une version compacte, a été lancé en 2002 et ne cesse de connaître des mentions depuis. En 2003, il a été nommé meilleure fourgonnette commerciale au monde et depuis les honneurs continuent de pleuvoir.

Assemblé en Turquie, le TC est distribué dans 57 pays et dorénavant sur 4 continents. Plus de 600 000 exemplaires ont été vendus depuis 2002. Et malgré sa silhouette sympathique et urbaine, il ne s'agit pas d'une Focus transformée en fourgonnette compacte de livraison. Même s'il ne possède pas de châssis de type échelle, le Transit Connect a été doté de toute la solidité requise. La plate-forme est archisimple avec un essieu arrière rigide, des ressorts elliptiques, des freins à tambour et une suspension avant de type McPherson. La caisse est renforcée par deux longerons en acier au boron . C'est simple mais robuste. Ce qui est une nécessité quand on sait que ces véhicules seront utilisés jour après jour par des livreurs  peu soucieux de la santé mécanique de leur véhicule. Et le toit surélevé n'est pas le fait d'une conversion effectuée par un tiers parti mais bien réalisé à l'usine comme partie intégrante du véhicule.

La motorisation est simple : un moteur quatre cylindres Duratec de 2,0 litres produisant 136 chevaux et couplé à une boîte automatique à quatre rapports, la seule offerte. Bref, c'est la philosophie des trois S : simple, solide et suffisant. D'ailleurs, selon Ford, ces véhicules sont conçus pour survivre sans problème à des cycles de vie de plus de 250 000 km.

Élégante et pratique

Le Transit Connect est doté d'un toit surélevé qui lui donne une silhouette vraiment caractéristique. Toutefois, ce n'est pas pour faire bande à part, mais tout simplement pour permettre de transporter beaucoup d'objets. À ce propos, le Ford offre le double de l'espace intérieur  d'un Chevrolet HHR tout en ayant une capacité de chargement de 1 600 livres. Ce qui est supérieur à ce que certaines camionnettes nous proposent.

Pour accéder à cet espace , il y a deux portes latérales coulissantes, une de chaque côté, tandis qu'on atteint  la soute à bagages arrière par deux portes à battants qui s'ouvrent à 180 degrés. Par ailleurs, comme chez nos voisins du Sud, la TC sera vendue en version Cargo avec ou sans glaces latérales et en version Wagon équipée de fenêtres latérales arrière et d'une banquette arrière, trois ou deux places, qui se replie vers l'avant lorsqu'elle n'est pas utilisée.Puisque ce Ford utilitaire est surtout destiné à une vocation commerciale, il sera possible de l'équiper de différents systèmes de rangements  qui pourront être installés directement à l'usine de Kocaeli située en Turquie. En plus, les grandes surfaces de la caisse sont idéales pour y afficher de la publicité et le nom de l'entreprise.

Comme tout véhicule à vocation essentiellement commerciale, l’habitacle est sobre et très dépouillé. La planche de bord est correcte et réalisée avec des plastiques de qualité industrielle qui semblent capables de subir les pires abus. Les sièges sont confortables et leur support latéral est bon, une surprise pour un véhicule commercial. La position de conduite est bonne, les rétroviseurs sont de grandes dimensions tandis qu'une large tablette de rangement est située sur la partie avant du pavillon permettant d'y ranger des objets de toute sorte.

Pour ce qui est de la conduite, soulignons que c'est plus que correct pour l'utilisation anticipée, soit la livraison urbaine ou encore une plate-forme de travail mobile de moyenne envergure. Les accélérations ne sont pas sportives, mais adéquates tandis que la direction est assez précise et le diamètre de braquage étonnamment court, un impératif pour la conduite en ville. Et malgré la présence de ressorts elliptiques à l'arrière et d'un essieu rigide, les trous et les bosses franchis lors de notre galop d’essai effectué dans un parc industriel de Dallas ont été négociés avec aplomb. Par contre, il faudra vous habituer à conduire en vous fiant aux rétroviseurs extérieurs, car la visibilité arrière est handicapée par le pilier central arrière des portes à battant. Et avec la version sans fenêtre, on ne voit rien du tout et les rétroviseurs extérieurs sont le seul contact avec ce qui se déroule derrière. Le radar de recul offert en option n’est pas un luxe. Les deux autres options sont un chauffe-moteur et le système de stabilité latérale Advance Trac avec système antirenversement.

Élégant, pratique et bien ficelé, le TC peut également servir pour une utilisation familiale, mais il ne faut pas perdre de vue que même si cette version possède une banquette arrière, l’habitacle est toujours dépouillé. Et si les prix vous surprennent, sachez que c’est justement le prix à payer pour un véhicule construit pour survivre aux abus de la conduite commerciale.

Feu vert

Pratique et solide
Espace de chargement
Excellents rétroviseurs
Ordinateur de bord
Silhouette sympathique

Feu rouge

Le prix peut surprendre
Insonorisation perfectible
Puissance du moteur un peu juste
Visibilité arrière
Absence de version « civile »

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires