Volvo XC40 2019 : toujours en mode séduction

Points forts
  • Design extérieur attrayant
  • Qualité de finition et d’assemblage
  • Bon moteur
Points faibles
  • Système multimédia distrayant
  • Système arrêt/redémarrage peu raffiné
  • Prix grimpe trop rapidement avec les options
Évaluation complète

Le plus petit des VUS chez Volvo est en vente chez nous depuis environ un an. On l’aime assez pour lui avoir donné le titre du Meilleur achat dans sa catégorie pour le millésime 2019, et il représente une bouffée d’air frais dans son segment – du moins, en matière de design.

On s’attendait à ce qu’il devienne rapidement le véhicule le plus vendu de la marque au Canada, mais ce n’est pas encore le cas. Après la première moitié de 2019, les concessionnaires ont écoulé plus d’unités du Volvo XC60 et du XC90. Quel est donc le problème avec le XC40?

Les consommateurs trouvent peut-être son design un peu trop audacieux. Ou peut-être qu’après avoir ajouté bon nombre de caractéristiques de confort et de commodité, le petit Volvo coûte cher. Toutefois, on peut dire la même chose à propos de ses rivaux que sont le BMW X1, le Cadillac XT4, le Mercedes-Benz GLA et le Lexus UX, entre autres. Ceux-ci se vendent tous davantage que le Volvo.

Pourtant, il y a beaucoup de choses à aimer dans le XC40. Son gabarit est petit, cependant sa ligne de toit élevée et sa forme carrée procurent assez d’espace pour quatre occupants. Et cinq? Oui, techniquement, mais à l’instar de tous les VUS sous-compacts, il n’y a pas assez de dégagement pour les épaules et les hanches. Typiquement Volvo, les sièges proposent un bon soutien et s’avèrent confortables, parfaits pour les longues randonnées. Quant à l’espace de chargement, le Volvo figure dans la moyenne de sa catégorie, et au moins les dossiers arrière se rabattent à plat.

Photo: Michel Deslauriers

Le design intérieur du Volvo XC40 2019 est aussi unique que sa carrosserie. Les choix de matériaux, de textures et d’agencements de couleurs sont contemporains, et la qualité d’assemblage est à la hauteur de celle de ses rivaux. Le VUS est technologiquement à la page avec un affichage du conducteur entièrement numérique, imitant des instruments analogiques, alors que l’écran multimédia est monté à la verticale sur la planche de bord centrale. C’est moderne, néanmoins la sensibilité de l’écran pourrait être meilleure, et le système pourrait être plus rapide d’exécution. On aimerait surtout retrouver des boutons physiques pour le système de climatisation, puisque des actions simples comme régler la température ou l’intensité de la ventilation nécessitent plus d’une étape à l’écran, une distraction en conduisant.

Le XC40 est équipé d’un quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres – nommé T5 – faisant partie de la famille de motorisations Drive-E de Volvo. Il développe 248 chevaux ainsi qu’un couple de 258 livres-pied entre 1 800 et 4 800 tr/min, procurant une conduite énergique. Le sprint de 0 à 100 km/h s’effectue en 7,8 secondes, alors le Volvo est aussi rapide que ses rivaux dotés de cylindrées similaires. Au Canada, une boîte automatique à huit rapports et un rouage intégral figurent de série.

Lors de notre essai estival, nous avons observé une moyenne de 8,0 L/100 km, ce qui est fort appréciable, bien que l’essence super soit exigée. Le système Arrêt/redémarrage automatique aide à obtenir une basse consommation en circulation urbaine, par contre, il est lent à réagir lorsque nous relevons notre pied de la pédale de frein, et les redémarrages sont loin d’être doux.

Grâce aux bons réglages de la suspension et de la direction, ainsi qu’au couple généreux à bas régime, le XC40 est amusant à conduire. On peut choisir entre plusieurs modes de conduite, y compris Off Road qui modifie les paramètres de la motorisation pour s’aventurer hors des sentiers battus – mais ne transforme évidemment pas ce petit VUS en chèvre de montagne.

Photo: Michel Deslauriers

On aime beaucoup l’insonorisation et le niveau de raffinement du XC40, nous donnant l’impression de rouler à bord d’un véhicule plus gros et plus cher. Le court rayon de braquage facilite la conduite en milieu urbain et les manœuvres de stationnement.

Le prix de base du Volvo XC40 2019 est établi à 40 300 $ avant les frais de transport et de préparation. Ça, c’est pour une version Momentum auquel on peut ajouter un toit ouvrant panoramique, une sellerie en cuir, une chaîne Harman Kardon et bien plus. La livrée R-Design propose un caractère plus sportif et la version Inscription s’avère la plus luxueuse de la gamme. Un modèle suffisamment bien équipé se détaillera à environ 45 000 $, mais un XC40 tout garni atteindra la gamme de prix du XC60, plus gros.

Notons que le XC40 2020 sera bientôt en vente, qui introduira un nouveau quatre cylindres turbo de 2,0 litres de base, produisant 187 chevaux et un couple de 221 livres-pied – nommé T4. On a hâte d’essayer ça, mais la puissance significativement réduite ne nous emballe pas – même si cela permet d’afficher un prix d’entrée légèrement plus bas.

Attrayant, amusant, solide et unique à sa façon, le XC40 est un excellent VUS sous-compact. Dommage que si peu de gens y jettent un regard et l’achètent, car nous croyons qu’il s’agit que l’un des meilleurs dans son segment.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisVolvo V60 Cross Country 2019 : plus de plaisir qu’un VUS
Les modèles Cross Country de Volvo existent depuis 1997 et ils sont l’une des principales raisons qui attirent les consommateurs vers la marque suédoise. Avec la nouvelle génération des S60 et V60 lancée pour 2019, on a droit à une version entièrement modernisée de l’aventureuse familiale compacte. Comme vous le …
ÉlectriqueUn Volvo XC40 électrique sera bientôt dévoilé
Le tout premier véhicule 100% électrique offert sous la bannière Volvo sera dévoilé d’ici la fin de la présente année. Il s’agira d’une nouvelle variante du multisegment compact XC40 . L’information a d’abord été rapportée par le site Automotive News à la suite d’un événement consacré à la sécurité dans …
ActualitéVolvo songe à lancer deux nouveaux VUS qui surprendront
Volvo ne fait pas exception au reste de l’industrie automobile, obsédée par les véhicules utilitaires. Bien que ceux-ci représentent 61% de ses ventes mondiales au cours de la première moitié de 2019 (en hausse de 10% par rapport à 2018), son PDG Hakan Samuelsson a déclaré dans une récente entrevue …
Commentaires