Ford F-150, lorsque l’on ne concède rien

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2010

Ce n'est pas d'hier que le constructeur Ford patauge dans le créneau des camionnettes, en fait, la première génération du F-150 a été introduite en 1948. Depuis, le F-150 cumule les honneurs, recevant le titre de véhicule le plus vendu dans le monde pendant plus de 20 ans et demeurant jusqu'à tout récemment le véhicule le plus vendu aux États-Unis. Pas étonnant qu’il reçoive toute l'attention des dirigeants de Ford, le F-150 générant sans aucun doute la majeure partie des revenus du constructeur.

Si Ford n'a pas défendu avec vigueur ses parts de marché dans certains créneaux, il faut avouer que dans le cas des camionnettes pleine grandeur, ce dernier n'a rien cédé à la concurrence au fil des années. En dépit des assauts des rivaux nippons, force est d'admettre que Ford a su défendre ses honneurs avec succès. Cependant, même si certains concurrents, malgré des efforts plus que louables, n'ont pas réussi à détrôner le F-150, GM avec son duo Sierra/Silverado et Dodge avec son Ram donnent sérieusement du fil à retordre au F-150.

Des versions niches 

Alors que la douzième génération du F-150 nous était offerte pour 2009, on note peu de changements cette année. Le F-150 affiche toujours un style robuste et macho imitant les modèles Heavy Duty, un élément de style apporté l'an passé lors de sa refonte. Toutefois, quelques versions s'ajoutent au catalogue, notamment le légendaire F-150 Harley-Davidson qui hérite de divers équipements l'associant au célèbre constructeur de moto, ainsi que le F-150 SVT Raptor, un camion haute performance sensé s'attirer les faveurs des amateurs de hors route. Mais qui a réellement besoin d'une telle camionnette ? Au chapitre des retraits, il faut rapporter la disparition de la caisse à ailes saillantes (Sport Side), qui était certes moins pratique, mais drôlement jolie.

Le F-150 est proposé en une pléiade de configurations et le tout pourrait bien vous donner des maux de têtes. Tout d'abord, le type de cabine s'avère important d’après l'espace que vous désirez à l'intérieur.

La plus spacieuse, SuperCrew, avec ses quatre larges portières, offre certainement beaucoup de dégagement, mais elle ne peut être couplée à la caisse de huit pieds. En fonction de la cabine, toutes les longueurs de caisse (5,5, 6,5 et pieds) ne sont pas toujours disponibles. Voilà donc un choix important : plus d'espace intérieur ou plus d'espace de chargement. Vient ensuite, selon votre budget, le niveau d'équipement.

Sachez ici que le F-150 pourra être équipé tel une voiture de luxe, particulièrement dans la version Platinium, la plus cossue. Sièges en cuir chauffants, climatisés, système de navigation, système de sonorisation haute fidélité, bref, des éléments qui pourront agrémenter votre vie à bord, surtout si votre camionnette devient votre seul véhicule. Pourquoi ne pas rallier tout ce que l'on désire dans un seul véhicule ?

Des moteurs performants

Dans le cas du F-150, trois V8 sont au menu. Alors que Dodge et GM possèdent un six cylindres de base; pour les travaux légers, Ford compte sur un V8 de 4,6 litres à 16 soupapes développant une puissance de 248 chevaux pour un couple de 294 lb-pi, le tout jumelé à une boîte automatique à quatre rapports. Plus intéressant à mon avis, ce même V8 de 4,6 litres est aussi proposé avec 24 soupapes, ce qui porte sa puissance à 292 chevaux et son couple à 320 lb-pi. Grâce à ce dernier, la capacité de remorquage du F-150 passe d'environ 6 000 lb à 8 000 lb. C'est aussi sa boîte automatique à six rapports qui l'avantage.

Finalement, on retrouve en haut de la liste un V8 de 5,4 litres. À mon avis, c’est la motorisation à considérer. Ce moteur n'aligne pas des chiffres aussi éloquents que certains V8 concurrents, mais ses 320 chevaux suffisent amplement à la tâche. En fait, c'est son excellent couple de 390 lb-pi et sa boîte automatique à six rapports qui le privilégient face à la concurrence. L'autre bon atout du F-150, c’est le rapport  du différentiel. Celui-ci, qui varie selon la motorisation choisie, favorise également les gros travaux et exploite bien le couple et la puissance disponibles.

Bref, les accélérations ne semblent pas aussi féroces qu’avec certains modèles rivaux, mais la puissance s'avère mieux adaptée à tous les types de besoins. Petit train va loin, comme le dit l'expression. Ce moteur, jumelé à un châssis plus rigide et à une suspension plus robuste à ressorts elliptiques permet au F-150 de détenir le haut du pavé en termes de capacité. Sa capacité maximale de remorquage atteint 11 300 lb (5 216 kg) alors que sa charge utile maximale se situe à 3 030 lb (1 374 kg).

Avec le nombre de configurations offertes, il existe certainement un F-150 qui conviendra à vos besoins. Ajoutez une liste exhaustive d'options, différentes grilles de calandre et pas moins de 16 jantes différentes livrables, vous obtenez un véhicule aux multiples personnalités, tout en demeurant capable et fonctionnel.

Feu vert

Rigidité du châssis
Bonnes capacités
Boîte à six rapports

Feu rouge

Consommation élevée
Cuir des sièges qui craque
Toujours pas de motorisation diesel

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Premiers contactsFord F-150 2011, on hausse la barre encore une fois !
La concurrence est plus que féroce dans le créneau des camionnettes pleine grandeur alors que les constructeurs américains jouent du coude sans ménagement. À peine deux ans après avoir introduit la nouvelle génération du F-150, soit en 2009, voilà que Ford apporte pour 2011 des changements majeurs en retirant du …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires