Honda Ridgeline, VUS ou camionnette?

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2010

Le segment des camionnettes demeure l'un des plus importants marchés en Amérique du Nord alors que les trois constructeurs américains s'y livrent une guerre sans merci, le tout à coups d'investissements massifs. Toyota et Nissan ont bien tenté leur chance avec le Tundra et le Titan, mais il semble que les efforts ne sont pas concluants pour le moment. Quant à Honda, son incursion dans le domaine se fait non pas sur la base de capacités extrêmes ou selon la philosophie du « bold and big », mais bien sur la base du style et de la polyvalence.

Tout d'abord, il ne faut pas se leurrer. Le Ridgeline n'est pas une camionnette au sens propre et ne pensez pas choisir un Ridgeline plutôt qu'un Dodge Ram ou un Ford F-150, à moins bien sûr que vous n'ayez pas réellement besoin d'une camionnette. Le Ridgeline se veut beaucoup plus un VUS disposant d'une caisse et le tout est facilement compréhensible, puisqu'il est basé sur le Honda Pilot, le VUS intermédiaire du constructeur.

Il ne dispose pas d'un châssis à échelle, ni d'une caisse et d'une cabine séparée, mais bien d'un châssis monocoque, élément typique aux VUS. D'ailleurs, sa suspension indépendante aux quatre roues est quelque chose que vous ne retrouverez pas dans aucune autre camionnette traditionnelle. Quant à sa capacité de remorquage, elle se situe à 5000 lb (2268 kg), soit inférieure à celle des camionnettes traditionnelles, mais dans la moyenne des VUS.

Bien pensé

Cela étant dit, le Ridgeline n'est pas dénué d'attraits et il peut s'avérer très pratique sous diverses applications. Tout d'abord, il offre plusieurs éléments intéressants le rendant très pratique et maximisant son espace utile. Du lot, on retrouve une caisse arrière disposant d'un revêtement en composite renforcé par de l'acier. D'une longueur de cinq pieds (six et demi avec le battant ouvert), elle intègre sous le plancher à l'arrière un large coffre hermétique pouvant être verrouillé. Vous pourrez ainsi transporter nombre d'objets, à l'abri des intempéries. Signe d'un souci du détail toujours poussé chez Honda, la caisse s'illuminera si vous ouvrez ce coffre en soirée. Finalement, un système d'extension intégré vous permettra d'allonger la caisse en cas de besoin, notamment pour le transport d'un VTT, de marque Honda bien évidemment.

À l'extérieur, le Ridgeline se distingue rapidement par ses côtés de caisse surélevés qui semblent unir la cabine et la caisse. On ne peut pas cette fois accuser le constructeur de ne pas oser. Il n'y a pas d'équivoque, on apprécie ou on n'aime pas du tout.

Pratiquement inchangé depuis son introduction, le Ridgeline, contrairement aux rumeurs, n’adopte pas pour 2010 la grille avant du Honda Pilot. Voilà qui met fin aux spéculations. Il est probable que le tout sera reporté à plus tard ou que le constructeur décidera d’attendre la refonte complète du modèle, chose qui, on l’espère, devrait arriver d’ici deux ans.  Du reste, on a droit à quelques retouches ici et là, mais rien pour adoucir les lignes du véhicule.

Une conduite agréable

Au volant, le Ridgeline offre une conduite douce alors que l'habitacle demeure silencieux en tout temps. La position de conduite, la visibilité et le style trapu nous donnent l'impression d'être au volant d'une camionnette, mais son comportement diffère de ces dernières. Sous le capot trône l'unique moteur, soit un V6 de 3,5 litres développant 250 chevaux. Ce moteur offre de bonnes performances, mais c'est sa souplesse et sa bonne économie de carburant qui l'honorent le plus. Sur la route, on sent le véhicule très stable, même sur des chemins plus cahoteux. Le Ridgeline ne rebondit pas comme certaines autres camionnettes. Il offre une conduite plus confortable que certaines camionnettes et le tout est en majeure partie dû à sa suspension indépendante aux quatre roues. Voilà un véhicule qui propose une conduite plus typique de celle d'un VUS.

Sa construction monocoque améliore grandement la rigidité du châssis, on ne sent pratiquement aucune vibration ou torsion de la caisse. Voilà ce qui avantage le Ridgeline. Le dernier élément qui le caractérise s'avère son système de traction intégrale VTM-4 qui répartit la puissance selon une proportion  de 60/40 en faveur des roues avant. Si une des roues perd de l'adhérence, le système VTM-4, qui comprend un différentiel à glissement limité, modifiera jusqu'à une proportion de 70/30 la puissance transmise aux roues.

Une commande logée sur le tableau de bord vous permettra également de verrouiller la traction intégrale, mais ce système ne dispose pas de mode gamme basse (Low Gear), comme on en trouve normalement dans les camionnettes.

Si vous êtes du type à apprécier l'allure et les avantages d'une camionnette sans nécessairement avoir besoin de grandes capacités, le Ridgeline pourrait bien s'avérer tout indiqué. Vous pourrez même y trouver en prime un véhicule au comportement agréable, doté d'un habitacle accueillant et disposant d'une consommation raisonnable.

Feu vert

Véhicule bien pensé
Habitacle soigné
Comportement doux
Consommation raisonnable

Feu rouge

Capacités limitées
Style controversé
Une seule motorisation proposée

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Essais et dossiersHonda Ridgeline d’occasion (2008-2013)
S’il y a un véhicule qui offre à peu près tout ce qu’offrent les camionnettes sur le marché, c’est bien le Ridgeline. Lors de son lancement, en 2006, plusieurs d’entre nous l’ont trouvé plutôt bizarre. Il est vrai que le dessin de la partie arrière est unique. Il accompagne le …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires