Maserati Grand Turismo / Quattroporte, bellissima

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2010

Est-il possible de rester insensible à la superbe silhouette de la récente Gran Turismo ? Poser la question, c’est un peu y répondre, et il est clair que la Gran Turismo est l’une des plus belles voitures qui existent aujourd’hui. Plus typée et plus réussie que la Quattroporte dont elle est dérivée, la Gran Turismo est à la fois plus svelte et plus athlétique, et ne manque pas de faire tourner les têtes.

La Gran Turismo est l’œuvre de Pininfarina qui s’est en quelque sorte inspiré de deux de ses créations antérieures, soit la Maserati A6GCS Berlinetta de 1947 ainsi que la voiture-concept Maserati Birdcage de 2005, afin de créer la nouvelle GT de la marque au trident. Évidemment, la Gran Turismo reprend plusieurs éléments de style propres à la marque, notamment la calandre surdimensionnée, les ouvertures pratiquées sur les flancs juste au-devant des portières, et surtout la forme presque triangulaire du pilier C que la GT partage avec la Quattroporte.

Monter à bord d’une Maserati, c’est prendre place dans un habitacle réalisé à la main où l’odeur des cuirs fins et la chaleur des appliqués de bois véritable contribue à créer cette atmosphère raréfiée qui permet à la voiture de se démarquer des autres berlines de luxe dont la présentation est souvent plus austère. Ici, la passion est palpable. Parmi les impairs, notons que le couvercle du coussin gonflable côté passager saute aux yeux, son intégration à la planche de bord n’étant pas du tout réussie et, même si la Grand Turismo est présentée comme une authentique quatre places, précisons que l’espace accordé aux passagers prenant place à l’arrière est tout de même limité.

Pour 2010, la GT de Maserati se décline en deux variantes : Gran Turismo, Gran Turismo S Automatic. La principale différence entre ces deux modèles se trouve du côté des motorisations qui sont soit en provenance de chez Ferrari (Gran Turismo) ou de chez Alfa Roméo (Gran Turismo S Automatic). Le V8 Ferrari de 4,2 litres livre 400 chevaux, alors que le V8 Alfa Roméo, qui a été développé pour la récente sportive 8C, en déploie 440. De plus, la version S Automatic reçoit un échappement moins restrictif, des jantes de 20 pouces, des suspensions recalibrées, des éléments aérodynamiques étudiés en soufflerie, ainsi qu’une boîte automatique à six rapports développée par la firme ZF.

Une version Spyder au programme

Attendue depuis les débuts de la Gran Turismo, la version Spyder à toit rigide rétractable a finalement fait son entrée au Salon de l’auto de Francfort, après une longue période de développement et d’essais sur les circuits. Le choix d’un toit rigide rétractable plutôt que d’un toit souple pourrait cependant réduire l’espace accordé aux passagers arrière de même que le volume de chargement du coffre, en raison de la complexité inhérente du mécanisme d’ouverture et de fermeture d’un toit de ce type. Par ailleurs, ce nouveau modèle reçoit les mêmes motorisations que le coupé, soit le V8 de 4,2 litres en provenance de chez Ferrari et le V8 de 4,7 litres emprunté à l’Alfa Roméo 8C.

Selon une étude menée par la compagnie d’assurance britannique Hiscox, le son d’un moteur Maserati aurait un effet « biologique » chez les femmes. Ainsi, un groupe de femmes a écouté les sons produits par les moteurs de plusieurs types de véhicules, de la gamme des sous-compactes jusqu’aux sportives de haut calibre, et l’écoute du son de la Maserati produisait un plus haut niveau de testostérone dans le sang de 100 pour cent des femmes participant à l’étude ! La science médicale affirme que la production de testostérone chez la femme pourrait indiquer une libido devenue plus active… Évidemment, la marque italienne s’est empressée de reprendre cette notion à son compte dans les publicités pour ses voitures !

L’ajout de la Quattroporte Sport GT S

Pour 2010, la Quattroporte se décline maintenant en trois modèles, avec l’ajout de la nouvelle variante Sport GT S dont la vocation est résolument plus sportive même s’il s’agit d’une berline de luxe. Les suspensions sont plus fermes de l’ordre de 20 %, des amortisseurs de marque Bilstein remplacent la suspension ajustable Skyhook de Maserati et la voiture elle-même a été abaissée d’environ un demi-pouce. Le V8 Alfa Roméo de 440 chevaux adopte ici un échappement ajustable par l’entremise d’un bouton sur le tableau de bord qui actionne un clapet localisé dans le silencieux pour produire un son qui est encore plus envoûtant.

La boîte automatique à six rapports est toujours de mise, mais celle-ci a été reprogrammée afin de permettre plus de contrôle au conducteur. Ainsi, les changements de rapports sont plus rapides, la boîte commande automatiquement la montée en régime du moteur lors du rétrogradage comme le ferait un pilote expérimenté avec une boîte manuelle et, lorsque la boîte est en mode manuel, elle ne passera pas au rapport supérieur automatiquement  pendant une accélération franche, attendant plutôt que le conducteur le commande lui-même.

Le design de l’habitacle permet également à la Quattroporte de se démarquer de ses rivales. Ici, l’acheteur devra faire un choix parmi dix teintes différentes pour le cuir, mais il devra aussi apprendre à composer avec la multitude de boutons agencés sur la planche de bord. Quant aux passagers prenant place à l’arrière, précisons qu’ils s’y trouveront plus à l’étroit qu’à bord d’une Audi A8L ou d’une BMW Série 7 à empattement allongé, et le coussin de la banquette leur semblera également très ferme. Ils pourront cependant se consoler avec l’inclinaison variable du dossier.

Véritables voitures d’exception, les Maserati sont plutôt rares au Québec, le seul concessionnaire de la marque pour la province ne disposant que d’une allocation de 20 à 22 voitures, tous modèles confondus, pour toute l’année.

Feu vert
Style très réussi
Habitacle luxueux
Motorisations performantes
Exclusivité assurée

Feu rouge

Prix élevés
Diffusion limitée
Certains détails de finition à revoir

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires