Porsche Cayenne S 2019 : pas encore assez

Points forts
  • Châssis hypersolide
  • Performances de haut calibre
  • Habitacle spacieux, bien assemblé et confortable
Points faibles
  • Prix ridicule des options
  • Coûts d’utilisation à la hausse
  • Consommation d’essence décevante
Évaluation complète

Lors de notre essai du Porsche Cayenne 2019, nous avions été épatés par sa rigidité structurelle et la livrée de couple de son moteur V6 turbo. Toutefois, nous avions été déçus par sa personnalité diluée et par le fait que rien ne vient de série. Bref, nous en avions conclu que, de base, un Cayenne est incomplet, qu’il faut monter les échelons de la gamme afin de mieux saisir sa position parmi le segment.

Nous sommes, six mois plus tard, à bord cette fois-ci d’un Porsche Cayenne S 2019. Et nous en ressortons avec la même opinion.

Y a-t-il une limite?

D’emblée, avec la déclinaison S, on en reçoit beaucoup plus qu’avec un Cayenne « ordinaire ». Primo, son moteur V6 biturbo de 2,9 litres est désormais exclusif au constructeur et non partagé avec les produits Audi. Ainsi, il ne développe pas moins de 434 chevaux, soit 100 chevaux de plus que le moteur de 3,0 litres, sans compter un couple augmenté à 406 lb-pi.

Comme le Cayenne de base, le Cayenne S est associé à une boîte automatique à huit rapports. Le rouage intégral est offert de série et grâce au mode départ-canon, ce VUS intermédiaire peut accomplir le 0 à 100 km/h en seulement cinq secondes, sans oublier le fait qu’il peut remorquer jusqu’à 7 716 lb (3 500 kg).

Tout ça c’est bien, et honnêtement, c’est très impressionnant pour un VUS aussi spacieux et prestigieux. Comme le Cayenne de base, le Cayenne S dispose d’un des habitacles les mieux insonorisés du segment, ses sièges sont hyperconfortables et ses places arrière procurent amplement de dégagement pour la tête et les jambes.

Mais à quel prix? Nous posons la question, car la semaine juste avant de prendre le volant de ce Cayenne S, nous étions à bord d’un BMW X5 50i xDrive, un concurrent direct du Cayenne. Et celui-ci était équipé à bloc, comprenant toutes les options du catalogue. Il se vendait 106 500 $. Notre Cayenne S, quant à lui : 121 260 $. En vaut-il réellement le supplément?

Lorsque comparés côte à côte, il est difficile de justifier le prix du Cayenne S par rapport au X5, car en matière de confort et de performances routières, les deux véhicules sont presque identiques. En fait, nous avions l’impression d’en avoir plus pour notre argent à bord du X5.

Il suffisait de regarder la liste des options du Cayenne pour réaliser à quel point Porsche profite de son prestige pouf gonfler les prix. Le constructeur nous facture des sommes démesurées pour des ajouts normalement de série chez la concurrence. Par exemple, si l’on désire des sièges chauffants dans notre VUS Porsche, il faut ajouter l’ensemble Premium Plus à un véhicule se détaillant déjà 92 000 $.

Certes, cet ensemble procure au Cayenne S une pléthore d’options intéressantes, comme une chaîne audio Bose, des phares à DEL et un toit ouvrant panoramique, entre autres. Le problème, c’est que l’ensemble coûte 9 650 $!

Bref, notre Cayenne S avait pour 30 000 $ en options, mais de l’extérieur, il paraissait tout de même moins exclusif qu’un Mercedes-Benz GLE ou un Volvo XC90 T8.

Il se rattrape ailleurs

Est-ce que tout ça fait en sorte que le Cayenne S est ennuyant à conduire? Pas du tout! Après tout, il s’agit d’une Porsche, et là-dessus, comme sa déclinaison de base, il surprend par un châssis hypersolide et une volonté à performer.

Son mode extrême, c’est le mode Sport Plus, qui raffermit la suspension adaptative (une option de 2 480 $), endurcit la direction assistée Power Steering Plus (comprise dans le groupe d’options Premium Plus), et rend le comportement de la boîte de vitesse encore plus agressif. Ainsi, le Cayenne se conduit comme une grosse auto sport. Jamais on n’a l’impression d’être au volant d’un bolide de plus de 2 000 kg.

On enfonce l’accélérateur, et hop! Ce gros camion rétrograde en un temps éclair, tout en bondissant avec vigueur. Tout est doux. Tout est sans tracas, bref, on se sent à bord d’une machine drôlement bien conçue pouvant rivaliser avec certaines voitures sport, et ce, sur n’importe quel type de terrain.

À ce chapitre, le Cayenne S est nettement plus dynamique qu’un Cayenne de base.

Une fois que l’on arrête d’exploiter ses performances bestiales, on n’a qu’à régler notre Porsche en mode Normal, et sa suspension se ramollit, son moteur devient tout doux, et sa boîte de vitesse enfile les rapports sans tracas. Parmi les VUS allemands à prétention sportive, le Cayenne est de loin le plus accompli du lot. En plus d’être performant, l’ergonomie de son habitacle est hors pair, tant par la manière dont les commandes sont situées, que par la façon dont l’information est affichée.

Parlant d’affichage, le système multimédia est clair et d’une élégance singularisée, comprenant des boutons physiques, agrémentant son expérience d’utilisation. Bien qu’il puisse être difficile à apprivoiser en premier lieu, on le comprend rapidement.

Alors oui, le Porsche Cayenne S 2019 fait tout bien, encore mieux que le Cayenne de base. Il est confortable, silencieux, luxueux, ultraperformant, et peut même remorquer une roulotte .

Mais comme tout ce qui sort de chez Porsche dernièrement, on nous rappelle constamment que l’on n’a pas payé assez cher. Ses groupes d’options ridiculement onéreux nous font languir pour la prochaine déclinaison : le Cayenne Turbo. Et rendu là, on aura certainement envie d’opter pour le Cayenne Turbo S…

C’est vrai, une Porsche demeure une Porsche. On paie pour le nom, l’exclusivité. Ça, le Cayenne S nous le fait comprendre assez vite. Mais pour le prix payé, il est possible de se procurer un VUS de luxe allemand mieux équipé et tout aussi performant, et ce à moindre prix.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisPorsche Cayenne 2019 : machine à tout faire
Lorsque le premier Cayenne est apparu sur nos routes en 2002, les puristes n’ont pas tardé de brandir le poing pour manifester leur mécontentement. Plusieurs craignaient que l’arrivée d’un VUS au sein de la gamme Porsche dilue son identité phare. Pourtant, 17 ans plus tard, le Cayenne est toujours parmi …
2019Porsche Macan 2019: Cibles mouvantes
Porsche a percé, avec son Cayenne, une brèche dans laquelle se sont engouffrées depuis toutes les marques de luxe et de prestige, sans exception ou presque. Les magiciens de Zuffenhausen ont ensuite remis ça avec le premier Macan, plus agile et sportif, qui demeure la référence chez les utilitaires sport …
guideauto.tvSur la route : Porsche Cayenne Coupé 2020
Porsche est reconnue pour ses voitures sport comme la 911 et la 718 Cayman , mais c’est plutôt grâce à ses véhicules utilitaires que le constructeur est aussi prospère. Le Cayenne, premier VUS de l’histoire de la marque, a vu le jour en 2003. Après s’être attiré quelques critiques à …
Pleins feux surPremier essai d’un Porsche Cayenne E-Hybrid vert et musclé
Le Guide de l’auto met le cap vers l’Ouest américain pour un premier contact avec le nouveau Porsche Cayenne E-Hybrid dans la région d’Eugene en Oregon. Il est grand temps de mettre à l’essai cette version plus écolo du vénérable utilitaire sport de Porsche qui fut entièrement remodelé l’an dernier.
Commentaires