Mercedes-Benz Classe S, la neuvième génération

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2007

Pour l’année modèle 2007, la gamme de la Classe S sera grandement simplifiée chez Mercedes-Benz qui proposait autrefois toute une série de variantes de sa plus grande berline. La Classe S de neuvième génération se décline donc avec les S550 et S600, de même que la S65 AMG, alors que les modèles à traction intégrale 4MATIC feront leur entrée en octobre 2006. Un autre modèle d’entrée de gamme (si l’on peut s’exprimer ainsi en parlant de la Classe S), arrivera au printemps 2007 avec la S450 4MATIC qui sera disponible en versions à empattement court et allongé.

Sur le plan technique, la S550 est le modèle qui propose l’évolution la plus avancée à ce jour de la Classe S, puisqu’elle reçoit le nouveau moteur V8 à doubles arbres à cames en tête et 32 soupapes, alors que la génération précédente de ce modèle faisait appel à un V8 à simple arbre à cames en tête qui n’avait que 3 soupapes par cylindre. De plus, la S550 est dotée de la nouvelle boîte automatique 7G-TRONIC à sept rapports, tandis que l’actuelle S600 hérite encore de la boîte automatique à cinq rapports ainsi que du moteur V12 de la génération précédente, tout comme la S65 AMG d’ailleurs. Le style de la S550 représente une évolution plus moderne et plus émotive du design parfois trop conservateur de la marque comme en témoignent les ailes élargies et le fait que la forme du coffre rappelle un peu la Série 7 de BMW. Les ingénieurs ont choisi l’aluminium pour la construction des panneaux du capot et des ailes avant ainsi que des portières et du coffre. Malgré cela, la S550 affiche tout de même un poids plutôt élevé de 2025 kilos.

Pour ce qui est de l’habitacle, il est évident que Mercedes-Benz s’est librement inspiré de la Série 7 et de son système iDrive, puisque l’écran témoin du système télématique COMAND est localisé à la même hauteur que le bloc d’instruments, et que ce système est désormais contrôlé non seulement par une série de touches mais également par un bouton de contrôle localisé sur la console centrale. De plus, le traditionnel levier de vitesse de la boîte automatique fait maintenant place à un petit levier situé à la droite de la colonne direction qui contrôle électroniquement la boîte de vitesses. Tout comme sur la Série 7, il suffit de déplacer le levier vers le haut pour sélectionner la marche arrière, vers le bas pour engager sur « Drive » et d’appuyer sur le bouton localisé au bout du levier pour sélectionner « Park ». Le volant est également doté de commutateurs permettant la sélection manuelle des rapports de la boîte automatique.

Plus axée sur le confort que la performance

Le nouveau moteur impressionne non seulement par la livrée très linéaire de sa puissance de 382 chevaux, mais surtout par une totale absence de vibrations et par le fait qu’on l’entend à peine, l’insonorisation de l’habitacle étant l’un des points forts de la voiture. Ayant eu l’occasion de rouler à la fois à bord de la S550 et de la Bentley Continental Flying Spur au cours de la même semaine, je peux affirmer sans l’ombre d’un doute que la Mercedes-Benz était à la fois plus silencieuse et plus agréable à conduire. La nouvelle boîte automatique à sept rapports s’est également distinguée par sa souplesse et sa très grande discrétion, les changements de vitesses étant presque imperceptibles. La conduite sportive n’est cependant pas le point fort de la S550, à moins que l’acheteur ne choisisse d’y ajouter le système de contrôle de châssis actif (ABC pour Active Body Control) qui est offert en option au coût de 4 500 dollars... En poussant un peu en virages notre modèle d’essai dépourvu du dispositif ABC, j’ai noté une forte tendance au sous-virage, et ce, même après avoir sélectionné le mode sport qui agit à la fois sur les suspensions de la voiture et sur l’accélérateur électronique et la boîte à sept rapports.

Ce relatif manque d’entrain en conduite sportive est tempéré par le fait que la vie à bord est d’un confort suprême autorisant la conduite sur de longues distances avec plusieurs passagers. Justement, lors d’un long périple, le système Distronic Plus qui est offert en option (4 700 dollars) permet au conducteur de relaxer un peu, puisque ce régulateur de vitesse intelligent et assisté par radar permet de suivre un autre véhicule tout en maintenant une distance sécuritaire par rapport à celui-ci. Ce système peut même commander le ralentissement de la voiture jusqu’à l’arrêt complet si le véhicule qui roule devant en vient à s’immobiliser.

Un peu plus « bling »

Longtemps cantonné dans une sobriété toute germanique, l’habitacle de la S550 adopte maintenant un style plus moderne et plus expressif que l’on remarque grâce aux nombreuses touches chromées localisées sur les portières ainsi que sur la console centrale, de même que par l’intégration des touches du téléphone sous le couvercle articulé et gainé de cuir qui sert de repose-main lors de la manipulation de la molette du système COMAND. Les cadrans électroluminescents sont très agréables à consulter et ajoutent une touche de modernité à l’ensemble. Les passagers qui monteront à l’arrière y trouveront un environnement très confortable avec beaucoup d’espace, notamment en ce qui a trait au dégagement pour les jambes.

Cette neuvième génération de la Classe S est donc supérieure à la précédente à plusieurs égards et elle est surtout plus luxueuse et confortable, deux aspects importants pour la clientèle établie qui a cependant parfois un peu de difficulté à composer avec toutes ses subtilités électroniques.

feu vert

Nouveau moteur V8 performant
Boîte automatique à 7 rapports
Disponibilité de la traction intégrale
Confort suprême
Habitacle plus luxueux

feu rouge

Agrément de conduite mitigé
Complexité du système de télématique
Prix élevé
Coût des options

Partager sur Facebook
Commentaires