Maserati GranTurismo 2019: En attendant l’Alfieri

Au final, la GranTurismo est une voiture d’une autre époque qui est aujourd’hui malheureusement déclassée.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2019

Chez Maserati, la GranTurismo – et sa variante décapotable – est la voiture qui a accumulé le plus d’années au compteur. Lancée en 2007, puis retouchée l’an dernier, la GranTurismo n’a pas beaucoup évolué sur le plan technique, et elle montre son âge par rapport aux rivales plus jeunes. Au cours des récentes années, Maserati s’est concentré sur le développement des Quattroporte, Ghibli, ainsi que du VUS Levante, la GranTurismo tombant dans l’ombre non seulement de ces nouveaux modèles, mais aussi du spectaculaire concept Alfieri.

Dévoilé en première mondiale au Salon de l’auto de Genève en 2014, le concept Alfieri s’inscrivait dans le même créneau que la GranTurismo, et la marque italienne annonçait son intention de produire un modèle de série de l’Alfieri dès 2016. Depuis cette époque, les projets de la marque ont changé, et c’est pourquoi la GranTurismo a fait l’objet de retouches l’an dernier et que nous attendons toujours un modèle de série élaboré sur la base du concept Alfieri dont l’arrivée est maintenant prévue pour 2020. Selon les plans actuels de la marque, l’Alfieri serait d’abord proposée avec une motorisation électrique, puis en version hybride rechargeable.

Un look presque intemporel

L’Alfieri a cependant servi d’inspiration pour les retouches apportées à la GranTurismo puisque sa calandre aux lignes plus acérées est très similaire à celle du concept, de même que son bouclier avant. Ce lifting a permis d’améliorer quelque peu l’aérodynamique de la voiture, mais surtout de rafraîchir un tantinet le look presque intemporel de cette GT dont le design original a été créé par Pininfarina.

C’est plutôt du côté de l’habitacle que la métamorphose opérée l’an dernier s’est avérée plus significative, la GranTurismo recevant finalement un écran tactile à haute résolution de 8,4 pouces, placé assez bas sur la console centrale, et servant d’interface pour le système multimédia quasi identique au Uconnect très convivial de FCA. Cette amélioration notoire rend la voiture compatible avec les connectivités Apple CarPlay et Android Auto.

Par contre, la GranTurismo est encore et toujours dépourvue des systèmes avancés d’aides à la conduite comme le régulateur de vitesse adaptatif, l’avertissement de sortie de voie ou le freinage automatique de précollision; des dispositifs pourtant présents sur d’autres modèles de la marque. Sur le plan technique, la GranTurismo est élaborée sur une architecture qui date de plus de dix ans, une éternité dans le domaine de l’automobile. Cette conception d’une autre époque explique en partie pourquoi cette voiture est aussi lourde, son poids frisant les deux tonnes métriques. Malgré ces évidentes lacunes, il est difficile de ne pas craquer pour cet habitacle tendu de cuir Poltrona Frau qui produit un bel effet.

Un moteur Ferrari

Sous le très long capot avant se cache un authentique moteur Ferrari, soit le V8 atmosphérique de 4,7 litres construit par la marque au cheval cabré. Ce moteur émet une sonorité absolument exquise, surtout en mode Sport à haut régime. Au volant de la GranTurismo, ou mieux, de sa variante décapotable, on se met rapidement à la recherche de tunnels pour prendre un malin plaisir à faire hurler ce cœur de feu. La GranTurismo n’est pas équipée d’une boîte à double embrayage permettant d’exploiter pleinement tout le potentiel de son moteur, on doit donc se contenter d’une simple boîte automatique qui ne compte que six rapports. Au moins, on peut jouer des paliers de changement de vitesse au volant pour l’exploiter au maximum, mais encore là, notre GT italienne accuse un sérieux retard sur le plan technique par rapport à ses rivales directes, toutes plus récentes.

Le comportement routier de la GranTurismo n’est pas celui d’une voiture sport. Pénalisée par un poids trop élevé et un gabarit imposant, cette Maserati ne se montre pas très agile et la dynamique en virage n’est pas à la hauteur des attentes créées par son look, malgré des liaisons au sol assurées par des doubles leviers triangulés à l’avant comme à l’arrière. Le roulis en virage est très présent, et la GranTurismo reste dans l’ombre de ses concurrentes au chapitre de la tenue de route, qu’elles soient de chez BMW, Jaguar, Mercedes-Benz ou Porsche.

En fin de compte, la GranTurismo est une voiture d’une autre époque qui est aujourd’hui malheureusement déclassée. Elle représente le passé récent de la marque et une conception tout italienne du luxe, mais l’avenir de Maserati passera forcément par l’adoption de la motorisation et de l’hybridation. Par ailleurs, le lancement de l’Alfieri, programmé pour 2020, indiquera probablement que la GranTurismo sera arrivée à la fin de la route.

Feu vert

  • Style intemporel
  • Qualité de finition intérieure
  • Sonorité fabuleuse du V8 atmosphérique
  • Exclusivité assurée

Feu rouge

  • Poids trop élevé
  • Performances et dynamique en retrait
  • Consommation très élevée
  • Absence de dispositifs d’aides à la conduite

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéMaserati se tourne vers l'électrique
Annoncé l’automne dernier, le programme d’investissement de plus de 7 G$ de FCA en Italie jusqu’en 2021 comprend l’électrification de 12 modèles existants ou à venir. Maserati , qui ne pourra plus compter sur Ferrari pour ses moteurs, fait bien sûr partie de l’équation et on a maintenant plus de …
Commentaires