Mercedes-Benz AMG GT 2019: Une gueule d’enfer

Pas de doute possible, le Coupé et le Roadster Mercedes-AMG GT sont les nouveaux bad boys de la marque à l’étoile.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2019

Chez Mercedes-Benz, AMG a maintenant son identité propre puisque les modèles développés par la division de performance du constructeur sont présentés comme des Mercedes-AMG, tout comme les monoplaces de Formule 1 de la marque allemande, et non en tant que modèles Mercedes-Benz. Parmi les voitures produites par cette division, on retrouve les Coupés et Roadsters GT qui ont comme mission d’en découdre avec la Porsche 911 Turbo, entre autres.

Le look est ravageur, avec une calandre en forme de « A » qui rend hommage à la voiture de course 300SL Gullwing, laquelle a remporté la célèbre Carrera Panamericana en 1952, au Mexique, ainsi qu’une poupe large et basse. La GT R en rajoute une couche avec son aileron arrière, sa lame mobile logée sous le bouclier avant qui se déploie automatiquement lorsqu‘elle dépasse les 80 km/h, et son fond plat avec extracteurs localisés sous le bouclier arrière, histoire de réduire la déportance à haute vitesse. Pas de doute possible, les GT sont les nouveaux « bad boys » de la marque à l’étoile.

V8 biturbo de 469 à 577 chevaux

Selon qu’il est boulonné sous le capot d’un GT ou d’une GT R, le moteur V8 biturbo de 4,0 litres développe 469 ou 577 chevaux, alors que la puissance des GT S est chiffrée à 515 chevaux et celle des GT C, 550 chevaux. Au démarrage, le moteur s’éveille avec un grondement de type basso, alertant tous ceux qui sont aux alentours de la bête. Au volant d’une Roadster GT C, le sprint de 0 à 100 km/h s’abat en 3,7 secondes, un chrono se rapprochant de celui d’une 911 Turbo. La très large plage de couple permet à la voiture d’accélérer de façon linéaire et soutenue puisque la boîte à double embrayage à sept rapports fait en sorte qu’il n’y a aucune interruption lors de la livrée du couple aux roues arrière.

La trame sonore n’est pas aussi lyrique que celle de la rivale Jaguar F-TYPE SVR, mais la dynamique de l’allemande est supérieure à celle de l’anglaise grâce, notamment, à un système de roues arrière directrices qui les tourne dans le sens opposé aux roues avant lorsque la voiture roule en deçà de 100 km/h, afin de la rendre plus agile, et dans le même sens lorsque la vitesse est supérieure à 100 km/h, pour permettre une plus grande stabilité dans les transitions latérales à haute vitesse, lors d’une manœuvre de dépassement sur route secondaire, par exemple.

De son côté, la GT R se démarque par l’adoption d’une suspension arrière dont les liaisons sont assurées par des paliers de type uniball rigides, utilisés en course et qui accordent une précision supérieure à celle des paliers élastocinématiques traditionnels. Aussi, la GT R fait un usage étendu de pièces en fibre de carbone, même l’arbre de transmission qui relie le moteur à la boîte de vitesses localisée sur le train arrière est fait avec ce matériau exotique, et la voiture roule sur des jantes en alliage forgées, afin de réduire la masse qui s’élève quand même à 1530 kilos à vide.

Toujours dans le but de bonifier les performances comparativement à une GT S, des modifications ont été apportées à la boîte de vitesses de la R qui adopte un rapport de pont plus court et un étagement resserré des rapports.

Un habitacle plutôt old school

À bord des Coupés et Roadsters AMG GT, on remarque que les commandes sont, pour la plupart, bien localisées, mais la planche de bord ainsi que la console centrale réduisent l’espace accordé aux occupants. Aussi, le levier de vitesses est très reculé sur la console centrale, presque entre les deux sièges. De plus, le design du bloc d’instruments et la présentation intérieure font un peu old school, et ce n’est pas vraiment novateur. De son côté, le cockpit virtuel Audi, présent dans la R8 ainsi que dans plusieurs autres modèles de la marque, est nettement plus avancé sur le plan technique, presque au point de figurer dans une ligue à part.

Les AMG GT commandent un prix élevé et, comme toujours, la facture pourra être gonflée par l’ajout de groupes d’options comme l’Ensemble piste AMG, qui comprend une suspension sport plus ferme et des points d’ancrage actifs pour le moteur. Également au programme, les ensembles Nuit AMG ou Garnitures extérieures en carbone AMG avec éléments de designs peints en noir ou, vous l’avez deviné, réalisés en fibre de carbone. Pour 2019, Mercedes-AMG ajoute une nouvelle déclinaison au catalogue avec l’arrivée d’une Roadster GT S dont la puissance du moteur est légèrement en retrait si on la compare à celle du Roadster GT C, histoire de proposer une variante légèrement moins performante à un prix qui est, et c’est tout relatif, un peu plus abordable.

Les Coupés et Roadsters GT de la division AMG mettent vraiment l’accent sur la dynamique et les performances, et s’imposent comme une alternative plus crédible que les versions débridées de la Mercedes-Benz SL.

Feu vert

  • Moteurs V8 biturbo performants
  • Dynamique affûtée
  • Un look d’enfer
  • Mouvement rapide de la capote (Roadster)

Feu rouge

  • Prix élevés
  • Tarif des options
  • Confort plutôt sommaire
  • Localisation du levier de vitesses

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires