Lexus NX 2019: On ne tourne pas les coins ronds

Le Lexus NX n’est aucunement un VUS sportif, étant plutôt axé sur le confort et le luxe.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2019

Normalement, quand on entre dans le créneau des VUS de luxe compacts, on remarque une baisse de qualité contrairement aux autres produits de la même marque. Le but est de pouvoir réduire le prix du véhicule afin d’attirer une clientèle plus jeune et moins nantie.

C’est surtout visible du côté des VUS sous-compacts, tels que les Mercedes-Benz GLA et Audi Q3, mais chez Lexus, ce n’est pas le cas. Cerné par de féroces concurrents, le petit NX se démarque en étant exactement cela : une Lexus.

Car dans l’habitacle du NX, on ne nous fait aucunement savoir que l’on a payé « moins cher » que le reste de la gamme Lexus. Ses fenêtres électriques teintes en bronze ralentissent avant de s’enclencher hermétiquement. Le système de climatisation souffle l’air progressivement, comme dans la grande LS hyper luxueuse. Bref, pour le NX, Lexus n’a pas tourné les coins ronds.

Des petites retouches subtiles
Pour 2019, le NX demeure inchangé, car il a été légèrement remodelé l’an dernier, sans pour autant que son design déjà très provocateur ait été altéré. Par « légèrement », je veux dire qu’il est presque impossible de détecter les révisions à l’œil nu. Qu’on l’aime ou pas, ce Lexus est sans aucun doute le VUS le plus original du segment.

Après tout, le NX fait désormais face à une dizaine de concurrents, alors il est tout à fait acceptable de lui avoir donné un peu plus de gueule. C’est justement cette « gueule » qui a permis à Lexus de s’affirmer depuis quelques années, une qualité qui semble avoir porté fruit au niveau des ventes, car plus de 65 000 NX ont été vendus au Canada et aux États-Unis en 2017.

Côté mécanique, il continue de reposer sur la plate-forme du Toyota RAV4 de dernière génération. Sous le capot, rien de palpitant : un quatre cylindres turbo de 2,0 litres développant 235 chevaux et un couple de 258 lb-pi. Il enregistre une consommation mixte ville/route d’environ 10 L/100 km, mais il nécessite de l’essence super. Seule une boîte automatique à six rapports est disponible pour toutes les déclinaisons munies de ce moteur.

Quant à la variante hybride, le NX 300h, rien ne change côté motorisation. Il est toujours propulsé par un quatre cylindres de 2,5 litres associé à un moteur électrique. Le système permet, grâce aux deux moteurs, de conserver la transmission intégrale. La version électrifiée perd un peu de capacité de remorquage (1 500 lb / 680 kg au lieu de 2 000 lb / 907 kg), mais gagne plus de 2,0 L/100 km sur le plan de l’économie d’essence – et fonctionne à l’essence ordinaire. De plus, Lexus a ajouté une version plus abordable de la version hybride pour 2019, avec un peu moins d’équipement, abaissant son PDSF d’environ 4 000 $.

Le confort avant tout

Le Lexus NX n’est aucunement un VUS compact sportif, il est plutôt axé sur le confort et le luxe. Sur ce point, il est de loin celui qui possède les sièges avant les plus confortables du créneau et sa suspension est tellement bien calibrée, que l’on a l’impression qu’il flotte sur les imperfections de la route. Jamais il n’est désagréable à conduire, au contraire, il est même reposant!

Le moteur 2,0 litres fait bien le travail, mais sans plus. Les accélérations sont laborieuses et la boîte automatique, bien qu’ultradouce, accuse un délai lorsque l’on écrase le champignon. Les modes Sport et Sport+ ne changent pas grand-chose et l’ensemble F SPORT ne fait rien pour augmenter la dynamique de conduite.

L’habitacle est cependant attrayant, spacieux, surtout à l’arrière, et la qualité des matériaux est supérieure. En revanche, le système multimédia demeure la plus grande faiblesse du NX. On le manipule via un pavé tactile peu intuitif. Le gros bémol du système, ce sont ses menus et ses fonctionnalités complexes. De simples tâches telles que consulter la carte de navigation s’avère frustrant. En plus, l’interface n’incorpore toujours pas Android Auto et Apple CarPlay.

L’espace de chargement total est intéressant lorsque l’on rabaisse la banquette arrière. Toutefois, avec un volume de 1 545 litres, le NX 300 se situe légèrement en-dessous de la moyenne du segment des VUS de luxe compacts. Malgré la présence des batteries de la motorisation hybride, le coffre du NX 300h ne souffre pas, avec un volume total de 1 520 litres.

Bref, le Lexus NX se démarque par un habitacle comparable à celui d’une voitures de luxe, tout en proposant une plus grande polyvalence. Sans oublier qu’il profite de la légendaire fiabilité des produits Lexus. Il n’est pas plus abordable que ses rivaux, mais en le conduisant, on réalise agréablement où nos précieux dollars ont été investis.

Feu vert

  • Qualité d’assemblage et niveau de luxe réussi
  • Confort des sièges avant
  • Espace de chargement impressionnant
  • Fiabilité établie

Feu rouge

  • Mécanique ennuyante
  • Boîte de vitesses manque de réactivité
  • Système multimédia complexe
  • Déclinaison F SPORT peu sportif

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Commentaires