Land Rover Range Rover Sport 2019: La vraie concurrence vient de l’interne

Le plus gros concurrent du Range Rover Sport, cette année, est peut-être le nouveau Velar, qui se trouve à quelques mètres de lui dans les salles d’exposition Land Rover.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2019

Tout allait bien pour le Range Rover Sport jusqu’à l’arrivée, cette année, du Velar, un modèle qui risque de lui voler des ventes malgré le fait qu’on ne parle pas exactement du même segment ni du même prix. Alors que le public connaît bien le Sport, il est moins familiarisé avec le Velar, qui propose un style aussi sportif et un habitacle plus moderne et haut de gamme, malgré un prix inférieur.

Cela, en combinaison avec cette petite touche d’exclusivité supplémentaire, pourrait faire mal au sujet de ce texte bien qu’il demeure un modèle avec nombre d'atouts. Au moins, il ajoute une version hybride rechargeable, cette année, afin de le garder d’actualité.

Le Range écolo

Baptisé P400e, le VHR de la famille Range Rover Sport combine un moteur à quatre cylindres de 2,0 litres avec 296 chevaux à un moteur électrique de 85 kW. La puissance totale de 398 chevaux est suffisante pour atteindre 100 km/h en 6,7 secondes. Les performances sont donc au rendez-vous, toutefois, la version verte de la gamme Sport aura malgré tout de la difficulté à suivre un Cayenne E-Hybrid ou encore un XC90 T8 en ce qui a trait aux accélérations.

Il est également plus dispendieux de quelques milliers de dollars que le Porsche, et environ 13 000 $ de plus que le Volvo. Au moins, son autonomie annoncée de 51 kilomètres devance ses deux rivaux, mais pas de beaucoup. Il faut prévoir environ 2h45 pour recharger la batterie lithium-ion de 13,1 kWh avec une prise de 240 volts alors que celle de 120 volts nécessitera plus de sept heures pour la recharge.

Land Rover n’a pas manqué l'occasion de vanter les prouesses hors route de son Range Rover Sport hybride rechargeable. Aucun doute qu’il soit plus à l’aise loin des sentiers battus qu’un Cayenne ou qu’une XC90 à moteur hybride, on se permet néanmoins de questionner combien de propriétaires iront s’aventurer dans les bois avec leur Range Rover électrifié. Pareille question se pose pour tous les Range Rover Sport d’ailleurs, malgré les capacités impressionnantes du VUS britannique à ce sujet.

Une version pour tout le monde

Outre le P400e, il existe sept autres versions et quatre autres moteurs dans la gamme Range Rover Sport. Le modèle SVR et son moteur V8 suralimenté de 575 chevaux siège au sommet de la famille. Il promet à quiconque osera être différent des performances qui rivalisent avec tout ce qui se fait de mieux chez M ou AMG. La sonorité est bestiale et digne d’une voiture exotique, ce qui rend plus tolérable sa consommation ridicule. C’est une véritable bombe d’une inutilité totale, par contre, on ne peut s’empêcher de sourire derrière son volant.

Le moteur d’entrée de gamme, un V6 suralimenté de 3,0 litres développant 340 chevaux, n’a rien qui le démarque réellement de ses rivaux. Il est relativement silencieux et performe correctement, mais on aimerait un peu plus de punch et de personnalité. Le diesel, pour différentes raisons touchant autant à la réputation actuelle de ce type de moteur qu’à ses performances, est difficile à recommander pour la vocation de ce véhicule, mais sa consommation réduite est intéressante.

Vient finalement le V8 suralimenté de 518 chevaux, offert dans la version Supercharged. Ce dernier permet d’atteindre 100 km/h en 5,3 secondes seulement et un Range Rover Sport en étant équipé pourra rivaliser en toute confiance avec les VUS allemands de même segment en matière de dynamisme.

Le problème de ce moteur, un problème qu'il partage avec les versions SVR et P400e, est qu’il n’est pas donné. En effet, il faut prévoir plus de 90 000 $ pour un Supercharged ou un P400e, et plus de 130 000 $ pour un SVR. Ce qui est très cher, surtout quand on le compare.

Le compromis idéal aurait pu être le V6 suralimenté de 375 chevaux, mais ce dernier n’est offert qu’à plus de 95 000 $ dans le modèle HSE Dynamic. Ses performances sont bonnes, c’est vrai, mais il faudrait qu’elles soient encore mieux avec un prix si élevé.

L’embarras du Range Rover Sport se résume donc au fait que seules les versions haut de gamme, et plusieurs diront hors de prix, sont réellement intéressantes. Quant aux déclinaisons plus accessibles, elles devront faire face au Velar, qui offre un rendement pratiquement équivalent en ce qui concerne le comportement routier et le confort.

Oublions cependant le petit nouveau chez Range Rover, quelques instants. Le modèle Sport demeure intéressant si notre portefeuille est épais. On obtient un VUS de luxe raffiné dont le confort ne vient pas au détriment de la tenue de route et de l’agilité en virage. La version SVR est certainement celle qui se démarque le plus de la gamme, mais le Supercharged fera amplement l’affaire.

Feu vert

  • Beaucoup de prestance
  • Confort de haut niveau
  • Performances et sonorité incroyables (SVR)
  • Autonomie utile (P400e)
  • Toujours aussi habile hors route

Feu rouge

  • Version HSE Dynamic trop dispendieuse
  • Moteur diesel peu intéressant
  • Version P400e plus chère que la concurrence
  • Consommation assez élevée (surtout SVR)

Partager sur Facebook
Commentaires