Nissan Rogue 2019: L’aubaine à saisir

Fiable, pas cher, pratique et doté de sièges chauffants! Pour plusieurs, c’est tout ce qui compte. Pas surprenant que l’on en vende autant!

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2019

Cette année, la grande nouveauté de Nissan survient dans un segment où la popularité est en chute libre. En effet, le constructeur nippon renouvelle une berline Altima aujourd’hui convaincante en offrant beaucoup d’innovations technologiques, se trouvant toutefois dans un segment que la clientèle déserte rapidement pour se tourner vers des VUS. Nissan est d’ailleurs à même de le constater, puisque les ventes de ses Qashqai, Murano, Pathfinder et même de l’Armada, se portent très bien. Or, le Rogue est de loin le succès le plus important du constructeur qui, uniquement l’an dernier, en écoulait plus de 43 000 au pays.

Si le Rogue est aussi populaire, ce n’est pas en raison de la technologie de pointe qu’il intègre. Certes, on rend disponibles des gadgets comme le ProPILOT Assist (régulateur de vitesse intelligent, assistance au freinage jusqu’à l’arrêt complet, trajectoire assistée et plus), mais ce genre de technologie devient maintenant de plus en plus commune. Il faut donc plutôt attribuer le succès du Rogue à un format et un aménagement pratique, mais surtout, à un prix qui défie toute concurrence.

75-80 $ par semaine, taxes incluses
Voilà ce que vous coûtera approximativement un Rogue de base à roues motrices avant, équipé décemment, pour une location de 48 mois. Difficile de faire mieux. Bien sûr, vous pourriez vouloir opter pour un véhicule plus équipé, avec rouage intégral, ce qui ferait grimper le coût hebdomadaire de location à plus de 100 $, mais il n’en demeure pas moins que le montant exigé pour ce véhicule est extrêmement raisonnable.

Ajoutez à cela des coûts d’entretien minimalistes et une consommation d’essence parmi les meilleures de l’industrie (moyenne d’à peine 8 litres aux 100 km en conduite combinée), et vous avez là une formule gagnante. La fiabilité n’est pas vilaine, quoique l’on puisse constater une usure prématurée de certaines pièces de suspension, ainsi qu’une vulnérabilité à la corrosion. Un traitement antirouille, si vous souhaitez le conserver longtemps, serait donc à prévoir.

Nous savons maintenant que la facture est alléchante. Or, le prix ne fait pas foi de tout. Il faut que le véhicule plaise. Et à ce compte, Nissan réussit de belle façon. D’abord, le véhicule a bonne mine. Sa ligne n’a rien d’original, et le choix des teintes est franchement désolant (surtout en version S), mais règle générale, on apprécie sa présentation.

Le même commentaire s’applique à l’habitacle, pas aussi moderne que celui de certains rivaux, mais qui est d’une ergonomie sans faille. L’espace y est généreux, la position de conduite est agréable et la modularité des sièges arrière constitue un réel avantage. Vous pouvez choisir une version à sept passagers… si vous souhaitez punir certains de vos passagers! La seule déception concerne la finition, bon marché par endroits, ce qui explique en partie une facture plus raisonnable que chez certains concurrents.

Pas d’hybride
Alors que la clientèle cherche à diminuer sa consommation d’essence, mais sans vouloir faire de compromis sur le format des véhicules, la version hybride du Rogue aurait pu être une approche intéressante. Hélas, seuls les Américains y ont droit, ceux-ci n’y voyant d’ailleurs que peu d’intérêt. Il faut dire que le moteur quatre cylindres du Rogue n’est pas très gourmand à la base, et parvient à offrir des performances honnêtes. Évidemment jumelé à une boîte CVT qui engendre un désagréable sentiment d’élasticité, ce moteur n’a rien de techniquement très moderne, mais ne requiert qu’un minimum d’entretien.

Voilà un avantage non négligeable face à la panoplie de nouveaux moteurs turbocompressés qui, à long terme, pourraient occasionner certains problèmes et des coûts d’entretien supplémentaires. Du reste, le Rogue est confortable, équilibré dans son comportement et efficace en matière de freinage. On ne lui reprocherait en fait que son manque de vivacité, la conduite étant plutôt ennuyeuse.

Maintenant, comment se compare-t-il face à ses rivaux? Assurément plus fiable et moins cher qu’un Ford Escape, plus spacieux, mais moins dynamique qu’un Mazda CX-5, et nettement moins raffiné que le Honda CR-V. Comme le Mitsubishi Outlander, il propose une technologie fiable, mais conservatrice, ayant toutefois l’avantage d’une meilleure économie d’essence. Quant au rouage intégral, il se compare à celui des CR-V, Tucson et Sportage, n’étant donc pas aussi performant que ce que l’on retrouve chez Mitsubishi ou Subaru. Cela dit, M. Tout-le-Monde n’y verra que du feu.

En terminant, vous êtes attiré par le nouveau Volkswagen Tiguan, mais n’avez pas le budget? Le Rogue peut constituer une belle option. Considérez-le d’abord pour son coût de revient, qui demeure sa grande qualité, mais également pour son aménagement très pratique, que la petite famille adorera.

Feu vert

  • Coûts d’achat et d’entretien compétitifs
  • Faible consommation d’essence
  • Aménagement intérieur efficace
  • Équipement honnête

Feu rouge

  • Agrément de conduite quelconque
  • Qualité de finition inférieure à la moyenne
  • Choix de couleurs ridicule (S)

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

guideauto.tvEn studio : pourquoi les VUS sont-ils aussi populaires?
On l'a souvent répété, les véhicules utilitaires sont de plus en plus populaires. La position de conduite surélevée, le sentiment de sécurité et les avancées en termes d’économie d’essence sont à l’origine de cette préférence marquée des acheteurs. Au Québec comme ailleurs en Amérique du Nord, il est devenu récurrent …
Commentaires