Mitsubishi Eclipse Cross 2019: Beau, bon, pis cher…

La facture de l’Eclipse Cross est salée. Or, la meilleure valeur se trouve avec la version SE, vendue à 30 000 $, et que vous louerez sur quatre ans pour environ 400 $ par mois.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2019

Du nouveau chez Mitsubishi, ça fait du bien! Les concessionnaires doivent d’ailleurs être soulagés par l’arrivée de ce multisegment qui, malgré son nom aussi mal choisi que difficile à prononcer, apporte un vent de fraîcheur à une gamme qui en avait bien besoin. Ironiquement, l’arrivée de l’Eclipse Cross coïncide avec le départ de la Lancer, une voiture qui a su faire bonne carrière pendant une décennie complète sans changement. Conscient du succès de ce modèle et du long héritage du nom Lancer pour le constructeur, il ne serait pas étonnant que l’on nous la ramène, mais sous la forme d’un multisegment. Peut-être, la Lancer Cross?

Il faut dire que la stratégie future de Mitsubishi consiste à n’offrir qu’une gamme de VUS/multisegments, en incluant aussi des véhicules électriques. Il n’est donc pas question du retour de la berline Lancer, ou d’une autre voiture. Seule la Mirage demeure au catalogue, pour ce que ça change…

La bonne nouvelle, c’est que Mitsubishi confirme l’arrivée prochaine d’une version électrique de l’Eclipse Cross, ainsi que la possibilité d’une version hybride rechargeable, à la façon de l’Outlander PHEV. Pas de date déterminée, seulement les mots d’un relationniste qui, lors d’un événement l’hiver dernier, s’est échappé en discutant avec quelques journalistes canadiens… dont moi-même!

En attendant
Jusqu’à ce que les hybrides/électriques débarquent, Mitsubishi nous propose néanmoins un produit sérieux. Sans doute le plus convaincant de la famille, avec son grand frère (Outlander). D’ailleurs, l’Eclipse Cross reprend plusieurs éléments techniques de ce dernier, notamment la plate-forme, ce pour quoi on pourra facilement lui intégrer une technologie hybride. Maintenant, avec quel véhicule le compare-t-on? Selon Mitsubishi, on cible l’acheteur d’un Mazda CX-5, d’un Ford Escape. Une comparaison boiteuse si vous voulez mon avis, puisque le côté pratique de notre prétendant n’est certainement pas comparable à ceux-ci.

En fait, en analysant l’Eclipse Cross de près, on réalise que sa plus proche rivale serait la Subaru Crosstrek. Même format, même puissance, avec boîte automatique CVT et un rouage intégral de série qui de surcroît, est franchement efficace. Mitsubishi fait d’ailleurs appel à un nouveau système de transmission intégrale baptisé Super All-Wheel-Control, doté d’un vecteur de couple agissant de façon latérale pour toujours optimiser l’adhérence des roues ayant le plus de traction. Le dispositif vise, contrairement à celui de l’Outlander, à freiner la roue intérieure, permettant ainsi une réaction plus rapide et un agrément de conduite optimisé. Hélas, ce plaisir au volant, qui demeure palpable, est gâché par cet effet d’élasticité désagréable de la boîte CVT.

Heureusement, l’Eclipse Cross est mieux insonorisé que son petit frère, le RVR. Il étonne par son confort, sa stabilité routière et surtout, sa grande impression de solidité. On apprécie également le couple de son moteur, généreux à tous les régimes.

Réellement nouveau?
Concernant sa bouille, les avis sont partagés. Certains critiquent la partie arrière qui peut, en tirant par les cheveux, évoquer des souvenirs d’un certain Pontiac Aztek. Or, j’accorde personnellement une très bonne note au design de ce modèle, qui se démarque des autres justement en raison de certains éléments esthétiques bien distincts.

L’impression d’un véhicule fraîchement sorti du four n’a cependant pas lieu d’être. Les vitres non affleurantes, la forme ciselée de la fenestration ainsi qu’une partie avant trop semblable à celle de l’Outlander laissent croire à un véhicule qui roule sa bosse depuis quelques années, et que l’on introduit tardivement sur notre marché, un peu comme pour le Nissan Qashqai. Pourtant, l’Eclipse Cross est bien nouveau. Vous le remarquerez en vous glissant à bord, où le poste de conduite est manifestement plus contemporain que celui de l’Outlander.

Amateurs de gadgets, vous serez ainsi heureux de constater la présence de série de l’incontournable intégration Apple CarPlay/Android Auto, ainsi que des sièges chauffants, de la climatisation automatique et de la radio satellite. Visualisation tête haute, toit ouvrant panoramique et multiples systèmes d’assistance à la conduite sont offerts dans certaines versions. Vous serez également à même de voir que la finition est plus sérieuse qu’avec les autres véhicules de la famille. Une présentation plus riche, sans être exceptionnelle, ainsi qu’une position de conduite très agréable. Les sièges sont bien sculptés et confortables, quoique celui du passager soit hautement juché et non réglable à la verticale.

L’Eclipse Cross n’est donc pas parfait et doit se faire une place dans un segment où les concurrents sont extrêmement nombreux. L’argument de la garantie pourrait bien sûr contribuer à son succès, mais le prix risque de freiner les ardeurs de plusieurs acheteurs. Car même si on le compare à une Subaru Crosstrek, Mitsubishi souhaite plutôt nous le vendre au prix d’un Forester.

Feu vert

  • Ligne originale
  • Rouage intégral performant
  • Garantie de base convaincante
  • Version électrique à venir

Feu rouge

  • Effet d’élasticité de la boîte automatique CVT
  • Espace aux places arrière/coffre
  • Prix trop élevé
  • Nomenclature mal choisie

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisMitsubishi Eclipse Cross 2019 : entre l’arbre et l’écorce
Permettez-nous d’utiliser cette expression, non pas à cause de la couleur discutable de notre modèle d’essai, mais plutôt parce que le Mitsubishi Eclipse Cross , bien qu’il soit le produit le plus récent et le plus distinctif de la marque japonaise, tarde à s’imposer. À cheval entre les segments compact …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires