Ford Fiesta 2019: Au revoir, ce fut trop court

La Fiesta impressionne par son agrément de conduite, mais déçoit par son manque de polyvalence.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2019

L’année 2019 sera celle où les voitures Ford quitteront le marché du Canada et des États-Unis, remplacées par des VUS. Même si, pour être franc, le sous-compact EcoSport n’a rien d’un camion, même s’il est catégorisé ainsi.

La Fiesta fait partie des modèles qui feront leurs adieux, et comme beaucoup de produits Ford, elle est déclassée à plusieurs points de vue par sa concurrence. Pourtant, une nouvelle génération de la Fiesta est en vente en Europe depuis 2017. Pourquoi n’est-elle pas disponible ici? Parce que le marché des sous-compactes est en baisse, et les coûts de mise en marché dépassent probablement les revenus basés sur les prévisions de ventes au cours des prochaines années. Autrement dit, la Fiesta ne serait plus profitable. En tout cas, beaucoup moins profitable qu’un VUS construit sur la même architecture, mais vendu plusieurs milliers de dollars de plus…

Pour la dynamique de conduite

Dans le segment des sous-compactes, la Fiesta figure parmi les plus agréables à conduire, grâce à sa suspension bien réglée et sa direction bien dosée. Son court diamètre de braquage le rend agile en circulation urbaine et lors des manœuvres de stationnement au centre commercial.

Le trois cylindres turbo étant abandonné pour le millésime 2018, il ne reste que le quatre cylindres de 1,6 litre qui équipe la voiture depuis son arrivée sur notre marché. Fort de 120 chevaux, ce moteur accomplit la tâche avec brio, mais il n’est pas des plus économiques à la pompe. En effet, les rivales plus modernes de la Fiesta consomment moins, mais l’on parle de quelques dixièmes de litre aux 100 km. C’est un compromis que nous sommes prêts à faire afin d’obtenir une automobile plus engageante à conduire.

Autant que possible, il faut préférer la boîte manuelle à l’automatique PowerShift à six rapports, laquelle connaît des problèmes de durabilité tant dans la Fiesta que dans la Focus – cette dernière étant abandonnée à la fin de 2018 au Canada.

On va s’ennuyer de la Fiesta ST, cette petite boule d’énergie qui brille par ses performances et sa tenue de route, grâce à son moteur turbo de 197 chevaux et sa suspension plus sportive. Elle arbore également un look résolument plus agressif avec son aileron sur le hayon, ses jupes de bas de caisse et ses jantes en alliage de 17 pouces. À près de 27 000 $, elle est dispendieuse pour une petite bagnole, mais au moins, elle est plus accessible pour les acheteurs qui n’ont pas les moyens de se payer une Volkswagen Golf GTI. C’est votre dernière chance d’en profiter.

Un habitacle trop petit

La Fiesta est disponible avec deux types de carrosserie, soit un hatchback cinq portes et une berline. Dans les deux cas, on peut l’équiper de sièges avant chauffants, d’un toit ouvrant, d’une sellerie en cuir et d’un système de navigation. Elle est également proposée avec un choix de couleurs de carrosserie éclatantes, rehaussant son caractère enjoué.

Dans les déclinaisons mieux équipées, on a droit à l’excellent système multimédia SYNC 3, y compris un écran tactile de 6,5 pouces et un puissant logiciel de reconnaissance vocale. On peut aussi utiliser Apple CarPlay ou Android Auto si ça nous tente. Même la chaîne audio de base n’est pas piquée des vers, bien qu’elle ait moins de fonctionnalités et que son interface soit plus basique. La version SE est celle offrant le meilleur ratio prix-équipement.

Le design intérieur de la Fiesta trahit son âge, alors que la qualité d’assemblage est acceptable tout au plus. Au moins, on peut profiter d’un éclairage d’ambiance avec un choix de quelques couleurs pour égayer l’habitacle selon notre humeur. L’écran tactile est légèrement hors de portée, mais autrement, l’ensemble des commandes est facile d’utilisation.

Le gros point négatif de la Fiesta, c’est la petitesse de son habitacle et de son coffre. Si l’espace à l’avant est adéquat, les places arrière sont tout simplement trop étriquées. Que ce soit pour des enfants ou des adultes, le dégagement pour les jambes est déficient, alors que la courbure des portes et du toit réduit l’espace pour les épaules. La Nissan Versa Note et la Honda Fit sont les championnes des sous-compactes en matière d’espace aux places arrière. Donc si plus de deux personnes voyageront régulièrement à bord, la Fiesta n’est pas la meilleure solution.

C’est pareil en ce qui concerne la capacité de chargement. En fait, le volume du coffre est convenable, mais en abaissant les dossiers, on se retrouve avec à peine plus d’espace, alors la petite Ford est loin d’être la plus polyvalente de son segment.

La Fiesta a bien vieilli, mais ses lacunes sont devenues de plus en plus évidentes tandis que ses concurrentes se sont améliorées au fil des ans. C’est l’une des sous-compactes les plus petites, mais aussi l’une des plus maniables. Tout dépend de nos critères d’achat.

Feu vert

  • Conduite inspirante
  • Excellent système SYNC 3
  • Version ST enivrante

Feu rouge

  • Places arrière peu spacieuses
  • Espace de chargement maximal peu élevé
  • Consommation supérieure à la moyenne

Partager sur Facebook
Commentaires