Volkswagen Beetle 2019: Même les légendes finissent par vieillir

La Beetle, c’est un modèle que l’on achète avec son cœur, pas avec sa tête.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2019

On dit que pour savoir où l’on va, il faut d’abord savoir d’où l’on vient. Et chez Volkswagen, c’est avec la Coccinelle que tout a commencé.

Certes, la version moderne ressuscitée en 1998 est à des années-lumière de la Coccinelle à moteur arrière trop peu puissant qui a vu le jour vers la fin des années 30. Sauf qu’avec sa silhouette en demi-lune et ses phares circulaires, la Beetle 2019 ne retient manifestement pas du voisin.

Il s’est passé beaucoup de choses, en 80 ans. En cours de route, Volkswagen a dévié de l’idéologie de la voiture du peuple qui définissait pourtant la Coccinelle originale. La Beetle a peut-être conservé son charme, mais elle s’est dangereusement embourgeoisée avec le temps.

Avec un prix de base qui demeure dans la mesure du raisonnable, on ne peut quand même pas parler d’une voiture excentrique. Mais quand on sait que la Golf et la Jetta coûtent moins cher, on comprend que la vocation de la Beetle n’est pas rationnelle. C’est un modèle que l’on achète avec son cœur, pas avec sa tête. Rendu là, on parle pratiquement d’un accessoire de mode, au même titre que la Fiat 500.

On coupe dans le gras

Pour 2019, Volkswagen simplifie son offre avec la Beetle : il n’y a plus que deux versions au choix, soit la Wolfsburg et la Dune. La mouture de base ainsi que la variante Coast, que l’on adorait pour ses roues « Heritage » et son tableau de bord en faux bois, nous font pour leur part leurs adieux.

L’édition Wolfsburg, nouvelle pour 2019, propose un équipement complet incluant des roues en alliage de 17 pouces, un accès sans clé avec bouton-poussoir au démarrage, quelques technologies d’aide à la conduite, un système de navigation et une compatibilité avec Android Auto et Apple CarPlay.

Puis il y a la Dune, qui reste également en poste. Tout à coup, la Beetle change radicalement de personnalité avec ses roues de 18 pouces et sa suspension rigidifiée. Tout à coup, on a envie d’aller jouer dans le sable. Sauf qu’à près de 30 000 $, le prix est quelque peu exagéré. Aussi, la couleur jaune qui faisait pourtant la signature du modèle est abandonnée pour 2019. Dommage!

Sous le capot, les deux versions de la Beetle sont animées par un moteur à quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres développant 174 chevaux et un couple de 184 livres-pied. Sa consommation d’essence combinée ville/route de 8,1 à 8,2 L/100 km n’a rien d’exceptionnel, mais on n’est pas dans l’excès non plus.

Ce moteur turbo est plus que suffisant pour faire de la Beetle une voiture très amusante à conduire. Jumelez ça à une direction précise dont seul Volkswagen semble détenir la recette et vous vous retrouvez avec un bolide étonnamment agile.

Avec un espace de rangement très limité autant dans le coffre que dans l’habitacle, la Beetle n’est toutefois pas la plus pratique. Et n’essayez pas d’asseoir des adultes à l’arrière, parce que vous risquez d’en entendre parler longtemps!

Faute de popularité, la boîte manuelle a été abandonnée en 2018 et n’est pas de retour cette année. Toutes les Beetle sont ainsi équipées d’une boîte automatique à six rapports. Celle-ci fait bien le travail, néanmoins dans une voiture aussi iconique, l’absence d’une boîte manuelle est tout simplement inacceptable.

Bien évidemment, la Beetle est proposée en variante décapotable, question de profiter de l’été en champion.

Parlant de l’été, vous êtes mieux d’en profiter. Parce que l’hiver en Beetle, c’est plutôt pénible. Avec son système antipatinage qui ne peut pas être désactivé, on vous souhaite bonne chance pour vous déprendre d’un banc de neige. Les vitres électriques sont très sensibles au froid et refusent parfois carrément de s’ouvrir. Autre désagrément, les essuie-glaces ne peuvent être relevés que si le capot est ouvert. Pendant une tempête, ça fait sortir des beaux mots d’église…

Une fin imminente

Elle n’est pas parfaite, la Volkswagen Beetle. Loin de là. Mais on dira ce que l’on voudra, ce sont des modèles comme ça qui nous font pardonner tous les défauts de Volkswagen, de ses petits problèmes électriques à ses gros mensonges à l’EPA.

Plus de 20 ans après sa résurrection, la Beetle approche finalement la retraite. D’ailleurs, l’adoption d’une édition Wolfsburg signifie souvent que la génération d’un modèle tire à sa fin chez Volkswagen. Et un dirigeant de l’entreprise a confirmé qu’il n’y aurait pas de nouvelle Beetle après celle-ci… Ça commence à sentir mauvais.

Lorsque l’on y pense, c’est peut-être mieux ainsi. Ce serait triste de voir Volkswagen s’acharner sur un modèle aussi important jusqu’à ce que l’on s’en lasse. Déjà qu’après deux décennies, elle ne fait plus tourner les têtes comme au premier jour.

Reste qu’au moment où le constructeur lancera finalement la serviette avec la Beetle, c’est un gros morceau de l’histoire de Volkswagen qui sera relégué aux oubliettes.

Aussi bien en profiter pendant que ça dure.

Feu vert

  • Design intemporel
  • Version Dune attrayante
  • Plaisir de conduire indéniable
  • Moteur de 2,0 L vigoureux

Feu rouge

  • Places arrière inconfortables
  • Espace de rangement limité
  • Faibles compétences hivernales
  • Boîte manuelle indisponible

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Pleins feux surLa dernière Volkswagen Beetle sort de l’usine
Officiellement, c’est la toute dernière fois qu’on dit au revoir à la singulière, populaire et légendaire Volkswagen Beetle – du moins, pour ce qui est du modèle à combustion. Rappelez-vous, la Beetle originale avait quitté les chaînes de montage en 2003. Voilà maintenant près de 70 ans que Volkswagen est …
Événements spéciauxAdieu Volkswagen Beetle, bonjour le futur!
Presque tout le monde a une histoire à raconter sur la Volkswagen Beetle . Il n’y a jamais eu de sondage là-dessus au Canada, mais nous sommes convaincus qu’au moins une personne sur trois a un oncle, un parent ou un ami qui a vécu une expérience avec cette voiture …
Commentaires