Bentley Bentayga 2019: Suprématie tout-terrain

Un VUS rapide et luxueux, mais très dispendieux. Et c’est exactement ce que recherche la clientèle de Bentley!

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2019

À peine quelques mois après son arrivée sur le marché, le Bentayga est devenu le véhicule le plus populaire de la marque. En fait, au Canada, il s’est vendu plus d’unités du VUS que toutes les voitures Bentley additionnées ensemble.

Sommes-nous surpris? Pas du tout. Bentley doit se mordre les doigts d’avoir attendu aussi longtemps avant de commercialiser un utilitaire. Et toutes les marques de luxe en proposeront au moins un d’ici quelques années. En 2019, outre le Porsche Cayenne Turbo et les versions les plus huppées du Range Rover, le Bentayga doit se mesurer à un nouveau rival, le Rolls-Royce Cullinan. Pour y arriver, Bentley a ajouté deux nouvelles motorisations.

Huit ou douze cylindres, ou six et une prise de courant

Évidemment, depuis son introduction sur le marché, le Bentayga offre un douze cylindres biturbo de 6,0 litres, produisant la bagatelle de 600 chevaux. Cette cavalerie est acheminée aux quatre roues par l’entremise d’une boîte automatique à huit rapports. Grâce à ce moteur, le gros VUS affiche des accélérations surprenantes, voire grisantes. Toutefois, on peut faire preuve de retenue en optant plutôt pour le V8 biturbo de 4,0 litres, disponible depuis le printemps 2018. Il déploie une puissance de 542 chevaux, pas si mal pour une cylindrée un tiers plus petite que celle du W12, et le sprint de 0 à 100 km/h ne prend que 0,4 seconde de plus qu’avec le W12. Il allège aussi le train avant du camion, un léger bénéfice pour ce qui est de l’agrément de conduite.

Ceux qui voudront paradoxalement faire preuve d’une bonne conscience environnementale pourront se rabattre sur la motorisation hybride, composée d’un V6 turbocompressé de 3,0 litres et d’un moteur électrique. Au moment d’écrire ces lignes, la puissance n’a pas été officialisée, mais on s’attend à au moins 460 chevaux et un couple de 516 livres-pied. Son autonomie en mode 100% électrique est estimée à 50 kilomètres. Quel acheteur de Bentley prendra la peine de brancher religieusement son véhicule chaque jour à la maison, et pratiquera une écoconduite assidue afin de maximiser son autonomie électrique? Aucun, sauf à des endroits où l’on impose des restrictions d’émissions polluantes, comme à Londres, par exemple.

Peu importe la version, on obtient une boîte automatique à huit rapports et un rouage intégral avec une grande sélection de modes de conduite, dont quatre de série et – avec l’ensemble tout-terrain optionnel – quatre pour les périples hors route. On ne voudra probablement jamais s’aventurer dans le fond des bois avec un VUS d’au moins 250 000 $, mais si l’envie nous prend dans un moment de pur délire, ou pour gagner un pari avec nos potes tout aussi riches que nous, le Bentayga en est capable.

Cuir, boiseries, moquettes et champagne

Évidemment, comme tout véhicule Bentley assemblé à l’usine de Crewe, le Bentayga profite d’un éventail exhaustif de garnissages de cuir, de placages de bois ou de fibre de carbone, de surpiqûres et de passepoils assortis ou de couleurs contrastantes ainsi que de moquettes en laine d’agneau. Les artisans de la marque confectionnent ces matériaux à la main avec le plus grand soin, et la qualité de finition de l’habitacle du VUS est des plus impressionnantes. On a droit à de puissantes chaînes audio, dont un système Naim à 1 920 watts avec 20 haut-parleurs, ainsi qu’à une interface multimédia à écran tactile plutôt ordinaire, sans molette multifonction pour rehausser sa convivialité.

On peut équiper le Bentayga, entre autres, d’une troisième rangée de sièges pour accueillir jusqu’à sept passagers, ou d’un siège d’appoint dépliable dans le coffre pour les amateurs de tailgate parties. Un cabinet de refroidissement pour une bouteille de champagne peut être installé entre deux sièges capitaine dans la deuxième rangée, afin de trinquer sur la route – en se faisant reconduire, bien sûr. On retrouve même un compartiment de rangement sous l’appuie-bras se déverrouillant à l’aide d’une reconnaissance de nos empreintes de doigts. Et pour couronner le tout, pourquoi ne pas opter pour l’horloge Breitling ornée de huit diamants, logée bien en vue au centre de la planche de bord, se détaillant au même prix qu’une Mercedes-Benz Classe S?

L’ultime Bentayga demeure toutefois l’édition Mulliner à tirage limité. Il comprend plusieurs options mentionnées ainsi qu’une peinture bicolore, des éléments de finition exclusifs de même que le moteur W12. Le tout pour la modique somme de 400 000 $. Et plus, car on cherchera probablement à le personnaliser davantage.

Sur le plan technique, le premier véhicule utilitaire de Bentley est une réussite, et au chapitre du luxe, c’est un Bentley à part entière. Il figure parmi les VUS les plus chics et les plus raffinés sur le marché, et il s’impose autant par sa dynamique de conduite que par son confort de roulement douillet.

Feu vert

  • Puissantes motorisations
  • Habitacle somptueux
  • Dynamisme et confort de roulement réunis

Feu rouge

  • Système multimédia peu impressionnant
  • Consommation importante (sauf hybride)
  • Prix élevé (surtout l’édition Mulliner)

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ÉlectriqueAprès 100 ans, Bentley aura sa première voiture électrique
Bentley , qui fête son 100e anniversaire en 2019, possède une longue et riche tradition ancrée dans des voitures de très grand luxe alimentées par de gros et puissants moteurs à combustion, dont le célèbre V8 de 6,75 litres et le nouveau W12 biturbo de 6,0 litres. Toutefois, la compagnie …
Technologie/Véhicules autonomesL’hybridation légère, c’est quoi au juste?
C’est la révolution dans les batteries! Depuis le passage aux 12 volts dans les années 50, il ne s’était pas passé grand-chose côté stockage et distribution d’électricité pour les voitures à essence. Mais les besoins et les réalités changent. Le passage aux systèmes à 48 volts (ou hybride léger) répond …
Commentaires