smart Fortwo 2019: On se revoit en 2030?

Parfaite pour se déplacer en ville, l’attrait envers la smart fortwo est toutefois gâché par sa faible autonomie et son prix élevé.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2019

Au Salon de Francfort, au mois de septembre 2017, Mercedes-Benz présentait la smart vision EQ fortwo sur son immense scène. Elle était la vedette d’une chorégraphie dans laquelle de jeunes adultes chantaient et dansaient en attendant qu’une smart fortwo, entièrement électrique et autonome, les prenne chez eux pour les amener à leur destination.

Cette voiture conceptuelle représente la vision de la marque smart en 2030, la petite fortwo devenant un simple outil de transport, que l’on commande à l’aide d’une application mobile. Un peu comme le service Uber actuel, mais avec des smart sans conducteur ni volant. Bref, plus personne n’achèterait une smart en 2030.

Le hic, c’est que personne, ou presque, n’en achète en 2019. Du moins, au Canada et aux États-Unis. La marque survivra-t-elle un autre dix ans?

100% électrique…

Si vous ne le saviez pas déjà, la marque smart ne vend plus de voitures dotées de moteurs à combustion chez nous ni chez nos voisins du Sud. Pour l’instant, ailleurs dans le monde, on peut encore acheter des smart fonctionnant à l’essence ou au diesel, mais leurs jours sont comptés. D’ailleurs, la fortwo fait maintenant partie de la famille EQ de Mercedes-Benz, indiquant sa motorisation électrifiée.

On se retrouve donc avec un moteur électrique, assorti d’une batterie au lithium-ion d’une capacité de 17,2 kWh. Pour mouvoir les quelque 1 100 kilogrammes de la fortwo, cette motorisation produit 81 chevaux métriques et un couple de 118 livres-pied, ce qui est somme toute suffisant pour la conduite en ville. De toute façon, les trajets autoroutiers n’ont jamais été la tasse de thé de la petite smart, qui se fait tasser allègrement par le vent et le sillage des poids lourds, et à cette vitesse, l’autonomie de la version tout électrique chute aussi rapidement que ses ventes.

Puisqu’on en parle d’autonomie, Mercedes-Benz estime celle de la smart EQ fortwo à environ 160 kilomètres. Ça, c’est en Europe, où les calculs de consommation d’essence et d’électricité sont plus optimistes. Au Canada et aux États-Unis, la distance typique qu’une fortwo peut parcourir sur une pleine charge est évaluée à… 93 kilomètres. Et même 92, dans le cas de la fortwo cabrio.

En revanche, la conduite d’une smart électrique est beaucoup plus plaisante que celle des smart équipées d’un moteur à combustion. Les accélérations sont plus linéaires, on ne se fait pas brasser le coco à chaque changement de rapport, et la voiture est passablement plus silencieuse.

De plus, avec un diamètre de braquage de seulement 6,95 mètres, la fortwo peut se faufiler partout en ville et peut se garer presque n’importe où.

…0% polyvalente

Une voiture biplace, ce n’est pas très pratique. La smart EQ fortwo, comme son nom l’indique, ne peut que recevoir un passager, pas plus. On limite donc la clientèle cible aux gens célibataires, aux couples sans enfants ou à la retraite, ou aux gens possédant plus d’une voiture dans le garage.

Dommage, car la smart est jolie, ou différente, selon vos goûts, et brise la monotonie du paysage automobile avec des couleurs de carrosserie vives et une bouille sympathique. Son habitacle propose un design éclaté, moderne et coloré, avec du tissu recouvrant le dessus du tableau de bord. Le coupé est livré de série avec un toit en composite, mais pour ajouter plus de luminosité dans l’habitacle, un toit transparent panoramique fixe est disponible en option. Quant à la version cabrio, son toit souple à commande électrique peut être replié vers l’arrière pour simuler un toit ouvrant, ou complètement abaissé ou remonté en 12 secondes.

Côté divertissement, la fortwo est équipée d’une chaîne audio à deux – oui, deux – haut-parleurs, d’un port USB et d’une connectivité Bluetooth. Un socle monté directement sur le centre de la planche centrale est disponible pour y loger notre téléphone et y accéder facilement. Sinon, on peut opter pour un ensemble à écran tactile intégrant Android Auto, mais pas Apple CarPlay, alors qu’une chaîne JBL à huit haut-parleurs offrira une meilleure qualité sonore.

L’espace est étonnamment généreux dans la smart, sauf en largeur. L’aire de chargement dispose d’un volume de 260 litres, bien qu’en empilant nos bagages jusqu’au plafond, on obtienne presque autant d’espace que dans le coffre d’une berline compacte.

La fortwo coûte aux alentours de 30 000 $ avant l’application du rabais gouvernemental, de 8 000 $ au moment d’écrire ces lignes, soustrait après le calcul des taxes de vente. Avec une autonomie si basse et un prix si élevé, il est difficile de recommander l’achat d’une smart. Mais bon, selon son constructeur, les gens ne pourraient plus s’en acheter une en 2030 de toute façon.

Feu vert

  • Bouille sympathique
  • Ultramaniable en ville
  • Design intérieur moderne

Feu rouge

  • Feux rouges :
  • Autonomie insuffisante
  • Côté pratique déficient
  • Prix élevé (même pour une voiture électrique!)

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

guideauto.tvEn studio : Smart tire sa révérence
Après une carrière de 15 ans au Canada, Smart a annoncé la fin imminente de sa commercialisation en Amérique du Nord. La Fortwo, le seul modèle qui était vendu chez nous, a vu ses ventes décliner de façon assez majeure dans les dernières années. Au cours de cette capsule vidéo …
Commentaires